Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 13:28

Article paru dans l'Echo Républicain samedi dernier  vendredi 15 Avril :

De l’approvisionnement dans l’ancien arsenal à l’afflux de nouvelles populations :

Jean-Paul Cabart révèle la vie quotidienne à Dreux pendant la guerre 14-18. 

 Professeur d'histoire à la retraite, Jean-Paul CABART a rédigé un pavé de 400 pages sur le quotidien des Drouais pendant la grande guerre. Son ouvrage est le fruit d'un travail de plusieurs années, riches de recherches aux archives municipales mais aussi de rencontres avec des historiens ou des descendants de poilus. Il est encore professeur à Louis-Armand quand l'idée lui vient de raconter Dreux pendant la grande guerre. « À l'époque, je trouvais que les livres d'histoire ne parlaient de la guerre sous l'angle militaire ou politique. On parlait peu des gens de l'arrière, du quotidien des civils, des femmes, des enfants, des démobilisés… ».

Centenaire 14-18 - Comment la ville de Dreux a continué de vivre pendant la guerre 14-18.

Malgré la guerre, les commerces restent ouverts, comme cette boucherie de la rue Parisis. Pour limiter le prix des denrées, Maurice Viollette a créé une boucherie municipale, en Grande-Rue, puis rue de Sénarmont. Archives P.F.

 

 

 

Boucherie devenue municipale en 1916 (rue de sénarmont)

Boucherie devenue municipale en 1916 (rue de sénarmont)

Dreux a-t-elle payé un lourd tribut au conflit ? Avec 367 habitants morts, la ville reste dans la moyenne nationale. Les décès représentent 3,43 % de la population (3,40 % en France). Dreux était une ville de garnison, et plusieurs régiments (101 e, 301 e et 29 e territorial), ont combattu sur le front de l'Est.

Combien y avait-il d'habitants en 1914 ? Environ 12.000 habitants. Du jour au lendemain, des centaines de Drouais partent au front et abandonnent leurs familles, leur travail. Ils quittent notamment les usines qui étaient nombreuses, avec notamment 15 entreprises de chaussures (Ravalée, Garousse, etc.), une fonderie (Thirouin), des filatures et une imprimerie en vallée d'Avre. Les hommes délaissent aussi les fermes qui étaient nombreuses dans la région.

Malgré tout, la vie continue La ville continue de se développer. Le maire Maurice Viollette, qui est aussi vice-président de l'Assemblé nationale, prend d'importantes décisions. Il prend en charge le ravitaillement des Drouais en produits de première nécessité (pommes de terre, lentilles, poissons, etc.). Cette "épicerie municipale" était organisée dans l'ex arsenal, place Mésirard. Le marché du lundi était aussi important grâce aux maraîchers qui étaient nombreux dans la ville, notamment à l'emplacement du parc des expos.

Maurice Viollette a-t-il pris des décisions importantes ? Alors que la guerre perdure, contrairement aux prévisions de départ, il veut que l'activité économique de sa ville se poursuive. Très influent auprès du gouvernement, il demande donc au ministre de la Guerre que l'on mette en permission des "vieilles classes" (plus de 35 ans) afin qu'on les affecte aux usines drouaises ou pour le travail dans les champs. Maurice Viollette va aussi lancer des chantiers, comme celui de la crèche près de l'actuel musée, qui, dans un premier temps, accueillera les blessés du front. Le collège de jeunes filles de la place Mésirard est agrandi car Viollette souhaite y développer de nouvelles filières. Il achète 2 hectares de terrain pour créer l'actuel stade du Vieux Pré mais aussi 50 hectares aux Buissons pour son futur sanatorium.

 

Maurice Viollette : Député. Caricature du ministre du ravitaillement.
Maurice Viollette : Député. Caricature du ministre du ravitaillement.

Maurice Viollette : Député. Caricature du ministre du ravitaillement.

Y a-t-il encore des lieux de distractions ? Il n'y a plus de bals, mais l'élection de la rosière est maintenue. Le cinéma L'Idéal reste ouvert : Mistinguett s'y est rendue le 27 octobre 1917. De nombreuses actions sont organisées en solidarité avec les poilus. Des journées sont organisées pour récupérer de l'argent au profit des familles dans le deuil ou séparées du père parti au front.

Est-ce vrai que la prostitution se développe ? Effectivement, des filles font du racolage sur la voie publique. Une affaire éclate chez une marchande de couronnes mortuaires qui, en réalité, proposait les services de jeunes femmes en échange d'argent. Comme le dit un officier de la caserne drouaise : "les hommes ne peuvent se limiter à se distraire au bistrot".

Il n'y a jamais eu d'Allemands dans la ville. Juste des prisonniers. Maurice Viollette réclame des contingents entiers pour le travail dans les champs, dans les usines ou à l'activité ferroviaire. Dans les plus petites fermes, certains Drouais refusent cette main-d'œuvre étrangère.

Dreux a connu un afflux de population venue de l'extérieur. Il y avait notamment les militaires du 67RI de Soisson qui ne pouvaient pas se rendre dans leur caserne, trop proche du front. Dreux a aussi accueilli les blessés mais aussi des personnes ayant le statut de réfugié. Viollette était très favorable à la venue de nouveaux habitants. Il disait : "cela dynamise les activités de la ville". Une partie de ces gens sont restés. Pendant la guerre, Dreux a presque doublé sa démographie, passant à 20.000 habitants en 1918.

-> Pratique. Jean-Paul Cabart : Tél. 02.37.42.35.25. Olivier Bohin
olivier.bohin@centrefrance.com

=================================================

A SUIVRE, JUSQU'AU 11 NOVEMBRE 1918-2018..

Partager cet article

Repost 0
Published by PIERLOUIM - dans -Centenaire 14-18
commenter cet article

commentaires

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt