Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 07:00

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

Pour vous permettre de lireou relire  le feuilleton depuis le début :
cliquez sur :
 
http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
----------------------------------------------------------------------------

 1 9 5 5-(première partie)

 

 

-9ans, une année de transition : Une année de dépaysement, une année de prise de conscience….  

Mois de mai. C’est le dixième anniversaire de la libération des camps de concentration.

Une exposition se tient à cette occasion  dans la chapelle de l’ancien Hôtel Dieu. Je la visite avec un petit groupe de camarades. Mme Martin nous sert de guide, son fils de mon âge est avec elle.  C’est une institutrice, amie de maman. Une petite bonne femme,  le cheveu rare, le teint fatigué, vieillie avant l’âge, malgré sa petite quarantaine. On sent qu’elle a souffert, mais cependant elle est d’un aspect souriant, dynamique, son regard pétillant derrière ses lunettes rondes. Elle a fait de la résistance et s’est retrouvée internée dans un camp de concentration (je ne souviens plus lequel, Ravensbrück je crois.)

 Elle nous montre dans une vitrine, des vêtements. Une veste, un pantalon comme celui d’un pyjama, une espèce de calot rond,  le tout dans un tissu raide grisâtre avec des rayures  d’une couleur bleuâtre délavée, une sorte de savates en corde.

-« C’est ce que nous portions »

 Dit-elle d’une voix blafarde,

-« Seulement ça, pas d’autres vêtements, même sous la neige, il faisait très froid là-bas »

Puis brusquement, d’une voix presque enjouée :

-« Ah c’est cela qui nous a aidé à survivre » 

Elle nous montre un minuscule calepin auquel est attaché  un petit crayon.

-« Entre Françaises, nous nous donnions des recettes de cuisine que je recopiais dans ce carnet. Nous avions très faim et rien qu’en pensant à ces bonnes choses le moral revenait. C’est tout ce que  j’ai ramené de là-bas »

Elle saisit le petit calepin délicatement, comme on prend un bijou précieux, tourne lentement les pages, lit à voix basse quelques lignes : il est question de poularde, de crème, de cuisson à la broche…

Elle s’interrompt et pendant un long moment semble partie ailleurs.

Puis d’une voix blanche, hachée :

-« Nous, on a eu froid, on a eu faim on a été malades, mais aujourd’hui on est là…Celles des baraques d’où sortait la fumée, elles ne sont pas revenues.. »

Des larmes roulent sur ses joues. Avec mes camarades je ne sais plus où je me trouve, une impression bizarre, terrible…

 

Au retour à la maison plusieurs choses me reviennent à l’esprit.

 


-Papa quand il raconte sa vie de prisonnier de guerre en Allemagne,  précise toujours :

« J’étais au camp de Lûckenwald (en insistant sur la prononciation du l de lûckenwald) près de Berlin, et non à Buchenwald  (il insiste sur le B), car je ne serais probablement plus là pour vous en parler »

Il me semble bien avoir lu sur les panneaux de l’exposition le nom de Buchenwald accolé du terme « camp d’extermination ».

 

- Un lundi, place Métézeau, j’accompagnais Maman au marché "textile" . Elle m’achète une paire de chaussettes à un vieux monsieur en blouse grise aux cheveux longs et blancs sortant d’une casquette à carreaux. Pour voir si les chaussettes me vont, il m’entoure le poignet d’une chaussette et comme les bords se joignent il en conclut que c’est bien celles-ci que maman doit acheter.

Après avoir payé le vieux monsieur nous nous éloignons du marché pour remonter aux Rochelles. Maman me dit à voix basse.

« Tu as vu le Monsieur ? C’est un juif. Tu sais, ils en ont bavé pendant la guerre. Plus que nous, et pourtant j’ai reçu la maison sur la tête lors du  bombardement et papa était prisonnier..»

 

L'album  « La guerre chez les animaux, la bête est morte » de Cavo dont j'ai déjà parlé, comporte des dessins atroces où l’on voit des enfants arrachés à leurs maman par des loups féroces. C’était ça la déportation ? Même des enfants.. ?..

Calvo-Dancette : La bête est morte (1945). Deux dessins terribles pourtant destinés aux enfants..

medium_calvo_bétes_est_morte_shoah_21.jpg

 

medium_calvo_bétes_est_morte_shoah_fusillé_3.jpg

 

-Maman en a aussi après ceux qui ont « fricotté » avec les boches, c'est-à-dire  les collaborateurs avec l’occupant allemand.. Quand elle dénonce « c’était un collabo pendant  la guerre »  Je sais qu’à ses yeux,  c’est un pas beau.

Pendant très longtemps le terme de collaborateur aura sur moi une connotation malveillante. J’aurai toujours un réflexe de recul quand mes hiérarques  me présenteront comme étant leur "collaborateur".

 - Je vais maintenant assez souvent à Paris avec mes parents chez les cousins Lucien et Gilberte. En se promenant dans le centre de la capitale  j’aperçois  souvent des plaques commémoratives avec un bouquet de fleurs « Ici est tombé (ou habitait) le vaillant résistant tué par l’ennemi en 1944. »

Il faudra attendre très longtemps, à l’aube du prochain siècle millénaire, pour voir enfin apposée à l’entrée de certaines écoles une stèle : « Ici des enfants, parce qu’ils étaient Juifs ont été raflés et déportés par les nazis. Ils ne sont pas revenus. » Pourquoi cette différence ? Pourquoi faudra t’il attendre aussi longtemps pour honorer ces enfants innocents ?

 

Pour l’instant tout cela reste un peu confus dans mon esprit. Au moment du vingtième anniversaire de la libération des camps  c'est-à-dire dans dix ans  j’aurai probablement une autre approche de tous ces événements. J’aurais l’occasion dans ma vie future de rencontrer des survivants des camps de la mort. Quand je pense que certains affreux diront que ce n’était qu’un détail et que les chambres à gaz n’ont pas existé.


P.S. Une rue à Dreux, aux Rochelles,  porte désormais le nom de Madeleine ROUSSEL MARTIN. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

joce 19/09/2009 14:23

J'éprouve un réel plaisir à lire tes souvenirs. C'est une page d'histoire que l'on tourne, à chaque fois.
Bon week-end Pierlouim.

Vix 19/09/2009 11:41

"les anges marqués" V.F. Vix.

papydompointcom 18/09/2009 21:34

Je peux te rassurer ; je reviens de chez ma collègue peintr eet ses tableaux sont secs. Je pourrai donc en faire prochainement un diaporama.

Beau reportage , mais je n'ai pas autant de souvenirs ni de mémoire : ce doit être pour cela que je fais de la photo.

Dominique

Vix 17/09/2009 13:36

The Search is a 1948 film directed by Fred Zinnemann which tells the story of a young Auschwitz survivor and his mother who search for each other across post-World War II Europe. It stars Montgomery Clift, Ivan Jandl, Jarmila Novotna and Aline MacMahon.

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt