Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 07:00

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

Pour vous permettre de lireou relire  le feuilleton depuis le début :
cliquez sur :
 
http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
---------------------------------------------------------------------------

 1 9 5 5-(deuxième partie)

 

 

Cependant, la vie continue assez joyeuse et fructueuse pour moi :

 

Avec l’Espérance Drouaise je participe à la fête de la jeunesse à Anet. Des mouvements d’ensemble à plusieurs centaines de gamins.


 
Dans notre quartier s’est constituée une commune libre, un peu à l’instar de celle de Montmartre.
 
« La commune libre des Rochelles ».
C’est tout à fait folklorique, uniquement pour faire la fête. Il y a un maire d’opérette, c’est le grand-père d’un de mes copains. Il est retraité des chemins de fer, gros, moustachu et rigolo. Lors des fêtes et des défilés, il parade avec une écharpe  bleu blanc rouge  de fantaisie, accompagné d’un garde champêtre et d’autres personnages bonhommes.
Il y a aussi une fanfare improvisée. Pendant les fêtes, place de Verdun, l’espérance Drouaises souvent se produit. J’en fais partie, on fait des mouvements d’ensemble, des pyramides humaines. Les grands font des exhibitions de barres parallèles, de cheval d’arçon,  etc.

Il y a aussi des stands tenus en partie par les instituteurs de Ferdinand Buisson, MM CARON, SAVIN, CHAUVET, etc..... Des loteries, des chamboules tout, des buvettes. L’argent récolté tombe dans les caisses de la coopérative scolaire pour nous permettre à nous écoliers  de faire de beaux voyages en fin d’année.


J'ignore la date exacte de cette photo vue chez mon camarade G.C. Je ne connais pas non plus le nom de cette jeune reine des Rochelles Par contre je reconnais bien le Maire ,M.PALICOT avec en ceinture son écharpes "les rochelles". Si vous avez des commentaires à faire sur cette photo, n'hésitez pas à me les comuniquer.

 

 

C’est un peu grâce à ces fêtes du quartier des Rochelles que je vois pour la première fois la mer. Tous les ans avec mes camarades d’école grâce à la coopérative scolaire  je fais un voyage en car : Rouen et le château de Robert Le diable, Paris et le zoo de Vincennes, les châteaux de la Loire et cette année Houlgate et la mer. C’est beau la mer, mais il faisait un peu froid pour se baigner. J’ai ramassé sur la plage des coques que maman me fera cuire le lendemain. Les coques resteront mes fruits de mer préférés même s’il n’est pas toujours facile d’en trouver à l’étal des poissonniers.

 

 

Pour leur fête nationale du 4 juillet, les militaires américains de la base aérienne de Dreux-Crucey ont convié un certain nombre de petits écoliers et écolières français à passer une après-midi avec eux. J’ai été choisi je ne sais comment. Nous  sommes une dizaine de garçons et filles de Ferdinand Buisson dans le car qui nous emmène à la base aérienne à quinze kilomètres de Dreux. Nous voyons de près ces forteresses volantes qui survolent la région drouaise. Finalement ce n’est pas si grand que cela. On va même à l’intérieur. On en voit décoller et atterrir.

Les aviateurs américains défilent en musique, c’est la fête !

On nous distribue un certain nombre de trucs à manger inconnus pour nous.  C’est la première fois que j’avale une saucisse dans un pain tendre et presque sucré. Il parait que cela s’appelle «hot dog». Un camarade déjà féru d’américanisme nous dit que cela signifie «Chien chaud». Notre instituteur nous rassure, il s’agit bien de cochon qu’il y a à l’intérieur. Moi j’apprécie ce sandwich particulier, mais certains n’aiment pas du tout, surtout les filles. Beaucoup de pains et de saucisses sont jetés sur un petit talus herbu. On nous donne aussi de drôle de petites bouteilles avec un l’intérieur une boisson sucrée à goût de caramel pleine de gaz. Berk que c’est pas bon, on appelle ça du « coca cola », je crois. Cela me fait roter.

Des bouteilles souvent pleines sont ainsi jetées par dégoût sur le talus. Mais les instituteurs qui nous encadrent se mettent en colère et nous obligent à ramasser ces restes de nourriture  et à les mettre dans de grands sacs en papier.
Les Américains sont ébahis et un peu vexés :
-Ah ces Frenchies !!.


A SUIVRE : Jeudi prochain : 1955 (troisième partie). 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

durocasse 28/09/2009 21:58


La photographie de la fête de la Commune Libre des Rochelles a été prise par mon père Gustave Chauvet le 24 juin 1951. Mr Palicot, le maire de cette Commune Libre était le grand-père de l'un de mes
meilleurs amis de l'époque, fils d'un employé à la SNCF, ce qui contredit quelque peu tes propos (mépris de certains élèves pour d'autres) rapportés dans tes précédents "souvenirs". À ce propos,
par simple respect pour la vérité, tu devrais mieux te renseigner sur le mode de sélection des élèves autorisés à se présenter au concours d'entrée en sixième des collèges.
Cordialement
guy Chauvet


pierlouim 29/09/2009 17:53



Merci de ton commentaire, Guy..


 


Dans ma «nouvelle mouture» d’An par An que j’éditerai bientôt je modifierai profondément le texte. Mépris n’est évidemment pas le
terme approprié. Disons qu’il se formait par ces différentes sections des clans dans lesquels il était difficile de rentrer.


Nous parlons probablement du même camarade. : Fils d’un employé de la SNCF. C’était par  la suite jusqu’au certif  (jusqu’en 59) un de mes meilleurs camarades. Je le rencontre quelque fois à Dreux.


L’examen pour entrer en sixième qui n’envoyait dans le secondaire qu’à peine 20% des élèves du primaire fut supprimé en 1957 (raté de
deux ans pour moi)


Je me permets de copier coller une partie d’une étude sur la démocratisation de l’enseignement faite par l’Académie de Bordeaux.(site
Web Persée.)


A une époque où l'examen d'entrée en sixième est supprimé  et où le critère essentiel d'admission dans le second degré est le jugement des maîtres, il était intéressant de confronter (ainsi que cela a été fait dans
l'enquête nationale de 1957), l'opinion des maîtres sur leurs élèves, avec le classement objectif découlant des épreuves subies.


Jugements des maîtres
Les jugements portés par les maîtres suret niveaux objectifs des élèves, leurs élèves s'expriment par une des quatre mentions : très bien, bien,
moyen,


médiocre. Si ces jugements étaient en accord parfait avec les résultats aux
épreuves, on devrait obtenir pour chacune des quatre catégories d'élèves, des groupes de notes sans chevauchement : les élèves classés « médiocres » occuperaient alors une zone de notes basses,
distincte de la zone des notes des élèves classés « moyens », etc. Or il n'en est rien : les histogrammes se recouvrent largement. Sans entrer dans le détail de ces recouvrements, précisons, par
exemple, que l'on a pu déterminer que 42 °/o des élèves classés « médiocres » en calcul avaient obtenu des notes suffisantes pour justifier leur classement dans une des trois autres rubriques, ce
qui, du même coup, les aurait fait considérer comme aptes à entrer en sixième.


Cela ne signifie pas que les maîtres ne connaissent pas leurs élèves; personne
n'est plus qualifié qu'eux pour apprécier l'état des connaissances des enfants dont ils ont la charge. Mais, faute de disposer d'un étalon commun qui refléterait l'état moyen des connaissances
habituellement atteint à cet âge, dans l’ensemble de la population, les maîtres portent des jugements qui se réfèrent largement au niveau moyen de leurs élèves. Or, à l'échelon de ces petites
unités, les disparités du savoir peuvent être considérables et les choix qui sont faits, analysés dans leur ensemble, peuvent apparaître comme une loterie : c'était précisément cet arbitraire que
l'on entendait faire disparaître en supprimant l'examen.


 


En ce qui me concerne je ne me souviens pas d’un tel jugement en fin de CE1, classe ou j’étais « bon élève ». En tous cas je
ne me souviens pas que l’on ait demandé mon avis. Heureusement en 58 par l’élévation de l’âge de la scolarité à 16ans j’ai pu par concours rejoindre l’enseignement « secondaire ».
Malheureusement dans le « technique », et n’ayant pas fait de 6°et de 5°, handicapé au niveau des maths et sans première langue anglaise Je ne me plains pas ayant pu obtenir un BTS de
gestion (Première session de cet examen en 67) et fait une carrière honnête en banque. Mais ce n’était pas le métier de mes ambitions ;


Assez parlé de moi. je passerai te voir pour des questions plus « historique ».


 


Cordialement.


Pierre.


 



Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt