Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 07:00

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

Pour vous permettre de lireou relire  le feuilleton depuis le début :
cliquez sur :
 
http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
----------------------------------------------------------------------------

 1 9 5 6-(Première partie)

 

 Une année cruciale pour moi mais aussi pour papa.

 

Papa à plusieurs reprises a entendu son contremaître (celui qui a une femme bistrote chez qui papa ne va jamais dépenser sa paye) dire insidieusement au grand patron de la menuiserie :

« Il commence à se faire vieux, à 49 ans il n’assure plus  le rendement d’avant. »

Papa qui lui ne se trouve pas trop vieux pour travailler, décide donc de changer de patron, une idée qui lui trottait dans la tête depuis longtemps.

Par des copains, il a appris que la ville de Dreux cherche un menuisier. Appuyé par le Président des prisonniers de guerre, Edmond Thorailler (qui fut aussi maire de Nogent le roi et député RPR de Dreux de 1962 à 1967)  papa s’est présenté aux services municipaux de la mairie.

Le maire de Dreux est encore Maurice Viollette, le radical socialiste, il a 86 ans, il vient de fêter ses cinquante années de magistrature de la ville.

C’est un de ses adjoints qui embauche  Papa.

Papa est content, il est maintenant employé municipal c'est-à-dire fonctionnaire.

Il ne sera plus à la merci d’un contremaître irascible.

Il connaît la plupart de ses futurs compagnons, et surtout son responsable direct, Monsieur Girard, qu’il a connu lors de son apprentissage. Papa l’aime bien et l’appelle le «grand». Il faut dire qu’il est grand pour l’époque, un grand échalas, maigre, à fines moustaches. Il porte un chapeau marron cabossé à larges bords et une espèce de gabardine éculée qu’il porte même quand il faut beau.

Papa sera le quatrième menuisier des services municipaux. Il retrouve aussi quelqu’un que je connais bien : « piedalu », le plombier unijambiste gymnaste de l’espérance drouaise qui, lui aussi, travaille «à la ville».

 

Le travail de papa n’est plus le même qu’à la menuiserie :

Il ne consiste plus à fabriquer à la chaîne  portes et fenêtres, mais surtout à  installer et réparer tout ce que est menuiserie dans les bâtiments de la ville : mairie, écoles, stade, musée, bibliothèque, abattoirs, douches municipales, etc. Il y a même encore pour quelques années une «Boucherie municipale» dont la boutique se trouve derrière l’église.

Papa est donc sans cesse en déplacement. Quand le chantier est important et nécessite plusieurs personnes il utilise la camionnette de service de la ville. Mais comme il ne sait pas conduire, c’est le plus souvent avec son vieux et lourd vélo, la caisse à outils sur le porte bagages qu’il se rend seul là où il est demandé.

Je le vois quelque fois à l’école, dans ma classe, venir réparer une porte qui grince, changer une serrure, refaire un placard etc. il me fait s’il le peut un petit coucou


Ce dont il est le plus fier
c’est d’avoir restauré les meubles anciens et installé la plupart des vitrines du musée, « C’est mon vrai métier, l’ébénisterie» rappelle til.

Ce musée municipal s’installe petit à petit sous la Direction de monsieur Dessal. Le musée prendra d’ailleurs le nom de ce monsieur dans l’avenir.

Le musée prend place dans la chapelle de ce qui était avant la loi de 1905, un pensionnat tenu par des frères maristes. Dans ces bâtiment se trouve maintenant l’école des filles du centre de Dreux: l’école St martin par opposition à l’école Godeau, celle des garçons. Papa est content et fier de retourner à l’école Godeau, son école dans les années 1913/1917 pour en assurer l’entretien en menuiserie.

 

Un jour, alors qu’il travaillait à l’école st Martin, l’ancien pensionnat des frères, le «Grand» Mr Girard, son chef, l’air  mystérieux, le sourire en coin, l’entraîne dans les sous-sols.

«Venez je vais vous montrer quelque choses de curieux, un secret, je l’ai découvert il y a peu »

Dans un détour de la cave il montre une petite porte dérobée…

«Voyez, derrière cette porte il y a  le départ d’un sous terrain qui menait directement à l’ancien couvent des soeurs visitandines à deux cent mètres environ. Le tunnel est en partie remblayé maintenant. Hé oui, les frères allaient rendre visite incognito aux sœurs et vice-versa.»

Il se met à rire, Papa était un peu gêné.

 

Papa quand il était apprenti dans les années vingt avait deux maîtres d’apprentissage : Mr Bourges et Mr Lainé.

Mr Bourges vient de mourir, il a légué ses outils à Mr lainé et à Papa. Papa hérite de quelques outils mais surtout de trois établis. Un grand, un moyen et un petit. Papa est ému de recevoir ce gage d’estime venu d’outre tombe. Il installe le grand et le petit établis dans son atelier. Cela va remplacer ceux qu’il avait avant guerre, sérieusement endommagés par le bombardement et rafistolés de fortune. Le troisième établi est remisé dans la cave.

En 2009 j'aurai toujours le plus petit de ces établis. Spécialisé pour l'ébénisterie et la marquetterie. Son utilisation sera alors  détournée.


Papa va donc pouvoir travailler dans de meilleures conditions pour lui, pour mettre un peu de beurre dans les épinards, comme il dit. C'est-à-dire  en dehors de son  travail à la ville qui lui convient très bien mais n’est pas très bien payé, surtout pendant cette période d’un an avant d’être titularisé.

Monsieur Lainé, ancien de 14/18 qui a déjà plus de 65 ans, ne peut plus réellement travailler. Il tient un petit magasin d’antiquité rue d’Orfeuil à Dreux. Il confie à Papa la réparation des meubles et des objets en bois qu’il destine à la vente. Papa est ravi de travailler pour son ancien maître d’apprentissage. Il lui voue un grand respect presque une dévotion. Il le vouvoie, et Mr Lainé le tutoie. Trente ans après c’est encore le maître et l’apprenti.


A SUIVRE : Jeudi prochain : 1956 (deuxième partie) .
  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt