Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 07:00

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

Pour vous permettre de lire ou relire  le feuilleton depuis le début :
cliquez sur :
 http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html

--------------------------------------------------------------------------

1 9 5 9- La pension (première  Partie.)



On a bien tort de se mettre à écrire ses mémoires quand on commence à perdre la sienne". (Général Albert de Vaulgrenant) 



A N    P A R    A N

 DEUXIEME TOME

1959 – 1970.

   

En cette belle matinée d’octobre le train à vapeur, en cahotant et crachotant  m’éloigne de mon enfance, et m’entraîne vers mon adolescence.

Cela je ne le sais pas encore et pourtant je sens que tout va changer pour moi. Dans le couloir de ce wagon à compartiments, les coudes sur la fenêtre ouverte, la tête en dehors  et les cheveux au vent, je regarde le paysage ,le cerveau  vide et le ventre serré. Il fait beau, mais il fait froid. Les champs labourés encore recouverts du givre de la nuit brillent au soleil d’Automne. Le vent glacial me pique autant que les escarbilles que m’envoie la fumée âcre et noire de la loco à vapeur poussive. Derrière moi dans le compartiment il y a mes parents et surtout ma valise. Ce n’est pas une valise pour partir en vacances ou en colonie de vacance. Il ne s’agit pas de vacances du tout, mais de pension. Rien qu’à penser à ce mot « pension » mon estomac se noue douloureusement.


La plupart de mes camarades
de l’école primaire Ferdinand Buisson de Dreux que je viens de quitter entrent aussi dans une nouvelle ère de leur existence. Certains ont reçu en cadeau pour le certificat d’études une magnifique mobylette bleue. Oh ce n’est pas pour se promener mais pour se rendre au centre d’apprentissage et chez un patron. Eh oui, ils ont quatorze ans et commencent déjà à travailler.

Par rapport à eux il paraît que j’ai de la chance : Je vais continuer à étudier. Oui, mais eux, ils restent chez leurs parents.

Comme quatre de mes camarades j’ai réussi un concours pour prendre en route le train du secondaire c'est-à-dire arriver en classe de quatrième en ayant laissé de coté la sixième et la cinquième. Mais cela ne nous donne pas droit à la voie « royale », c'est-à-dire la quatrième « moderne » ou « classique ». Nous sommes cantonnés dans la filière « technique ». Mes camarades vont en sections industrielles à Creil ou à Evreux. Pour moi ce sera la section études comptables et commerciale du Collège National Technique et Moderne lycée Jules Ferry à Versailles. Un titre ronflant qui impressionne le gamin de tout juste treize ans que je suis.

 

A l’arrivée du train à la gare Versailles chantiers, mon oncle Gilbert vient nous chercher en voiture. Il nous amène à Buc à trois kilomètres. C’est lui et ma tante Cécelle, la sœur de Maman qui seront mes correspondants en cas de problèmes à la pension.

Le repas de midi est difficile à avaler pour moi car l’angoisse m’étreint au fur et à mesure qu’approche l’heure fatidique.
Et pourtant le début de cet après-midi de Dimanche est très animé à Buc.
Jacques_anquetil.jpgDans la rue passe une course cycliste « Le critérium des as ». Il s’agit d’une course contre la montre dont le départ, toutes les trois minutes, coureur par coureur a lieu, c’est très curieux, devant l’entrée de mon Lycée.
Cette course, entraîne les coureurs par les côtes de la vallée de Chevreuse et après environ 80 kilomètres à la « cipale « (vélodrome municipal) de Vincennes. La course est en partie relayée en noir et blanc par la télévision. Mes parents n’ont pas encore de téléviseur. Je suis, malgré ma fébrilité, captivé par l’écran du poste que possède mon oncle, le veinard. Mais quand le départ d’un coureur connu est annoncé, nous sortons sur le trottoir pour l’apercevoir et l’applaudir. Comme la rue Louis Blériot monte assez durement, les coureurs ne sont pas en pleine vitesse et nous avons un peu de temps pour les voir passer les uns après les autres. Je vois ainsi Jacques Anquetil (Qui gagnera l’épreuve) et Louison Bobet, « vas y Bobet «  qui vient de gagner coup sur coup trois tours de France.


Je ne sais pas encore que cette fameuse « cipale »qui reçoit encore l’arrivée du Tour de France à Vincennes portera plus tard le nom de « vélodrome Jacques Anquetil. » 

 

-« Bon et bien  il est bientôt six heures il faut y aller…. »

L’oncle Gilbert nous conduit au Collège, moi et mes parents.

Le temps va s’accélérer.

Tout est nouveau pour moi. Je suis emporté par les événements comme un petit bateau en papier plié sur l’eau d’un caniveau J’ai l’impression que tout se passe en dehors de moi en petites scénettes d’une pièce décousues d’un  théâtre rituel dans lesquelles je suis plus spectateur qu’acteur : .

-Ma valise ouverte sur un lit, un jeune pion souriant et décontracté contrôle mollement le contenu en le comparant  à la liste du trousseau de vêtements et d’accessoires demandée par le l’administration du Collège. Maman est rassurée, elle n’a rien oublié. Même pas le béret noir, pourtant sur la liste, mais que ne porterais jamais.

-Le départ de mes parents dans la voiture de l’oncle Gilbert.

(Je ne l’apprendrai qu’une semaine plus tard : A cent mètres de là, la voiture de Gilbert à eu un accrochage avec un autre véhicule. Peu de dégât, juste un peu de tôle froissée. Mais maman a subi le coup du lapin. Elle souffrira longtemps du cou. Elle en rejettera la responsabilité (même trente ans plus tard) sur le pauvre Gilbert.

========================================================================

A SUIVRE : Jeudi prochain : 1959 (seconde partie).
  

 
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail
Pierlouim@cegetel.net    



Partager cet article

Repost 0

commentaires

CHAP 18/03/2010 13:22


Il est agréable à parcourir, ton blog !
Et, en plus, tu écris fort bien ton histoire.
Bonne journée,
Gérard.


Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt