Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 07:00

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

Pour vous permettre de lire ou relire  le feuilleton depuis le
début :cliquez sur :
 http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
--------------------------------------------------------------------------

1 9 60- La pension (Seconde partie.)

 

 

La dame professeur de Français au bout d’un trimestre de cours,  s’est mise en congés  à Noël pour faire son quatrième bébé.

Son remplaçant est un être étrange. Un grand bonhomme à la stature imposante. Il vient au collège  revêtu d’un chapeau de Guardian, d’une cape noire virevoltant au vent et recouvrant en partie un énorme sac de cuir qu’il porte en bandoulière. Il  marche raidement, comme un grand personnage, se servant peu d’une canne au pommeau d’ivoire qu’il fait tournoyer devant lui.

En classe, dépouillé de son galurin, de sa cape, de sa cane  et de sa gibecière, il apparaît vêtu d’un costume de velours écoulé noir, d’une chemise blanche et en guise de cravate, une cordelette en cuir avec des embouts et une épingle ronde en métal doré.

Il parle d’une voix forte et rocailleuse avec une pointe d’accent méditerranéen.

Curieusement il porte le même nom que notre vendeur de glace : Mr Vital. Pas de lien familial pourtant. Il y a aussi à Radio Luxembourg un Jean Jacques Vital qui présente la Famille Duraton, ce feuilleton radiophonique dont raffole maman.

Monsieur Vital organise son cours de façon peu orthodoxe. Il suit le programme par des chemins de traverse. Il lit des chapitres de livres qu’il nous faut résumer sur une feuille.

Il nous raconte beaucoup de choses qui nous semble à mille lieues du cours de Français traditionnel. Par exemple, à partir d’une tirade de l’Avare de Molière il nous fait l’apologie du plaisir que l’on peut éprouver à manger avec les mains, sans fourchettes. De façon gourmande il nous mime la scène : La cuisse de poulet rôtie encore chaude, tenue entre les doigts, la sensation charnelle procurée par le contact direct de la bouche et de la viande.

leMotJuste.jpg Malgré sa brièveté, (à peine 4 mois)  l’enseignement de Mr Vital m’aura apporté un élément essentiel pour ma dialectique à venir : « le mot juste ». Je le verrais toute ma vie,  les yeux ronds, la bouche en cul de poule, prononcer avec délectation, lentement, ces trois mots « Le mot juste ».

Puis il continuait : « Ne faites pas de longues phrases ampoulées, faites court, soyez précis, un seul mot employé comme il faut vaut mieux qu’un long discours. Seul « le mot juste » va droit au but et touche votre lecteur »

Et toute ma vie je serai à la recherche du « mot juste », celui qui fait mouche à tout coup. Mais ce n’est pas facile.

Et comme disait la Marquise de SEVIGNE :

-« Excusez-moi, je n’ai pas eu le temps de faire plus court ! ».

 

Notre professeur de sport, Mr Duthen  est un littéraire inassouvi

Lui aussi cherche le mot juste C’est un ancien joueur de rugby, plusieurs fois sélectionné en Equipe de France. Il écrit dans le journal « Le Monde » les articles concernant le rugby dans la rubrique sportive.

Les abords de la pièce d’eau des Suisses derrière le collège ainsi que les allées du parc du château nous servent de terrains de sport. Monsieur Duthein nous y apprend les rudiments du rugby. Comme je n’ai pas d’attirance spéciale pour le jeu, je préfère courir autour de la pièce d’eau. (Le « petit tour » fait plus d’un kilomètre de longueur et  le « grand tour » prés de trois Kilomètres.)

Un jour d’hiver  Robert Duthen nous entraîne pour un cross dans les jardins du château. Le soleil brille  d’une chaleur tiède et fait rutiler la neige qui recouvre d’une couche légère les gazons, les statues et les bosquets. Le paysage est magnifique. Tout en courant je me régale de ces vues superbes… Mais certains camarades râlent, épuisés. Le prof arrête le groupe et ulcéré, crie -« Vous n’êtes pas content de courir dans ce site exceptionnel. Vous avez tort. Il y a dans le monde des gens qui seraient très heureux de venir ici, dans les jardins du Château de Versailles. Pour certains ce n’est qu’un rêve. Vous n’avez aucune idée de la chance que vous avez ».

 Certains idiots insensibles à la beauté du lieu, ricanent. Moi je suis entièrement d’accord avec ces propos.

Duthen a une façon très spéciale de punir les élèves en faute. Un jour, après une bêtise je ne sais plus laquelle. Peut être étais-je  arrivé en retard à la fin du cours m’étant  attardé auprès des pêcheurs de la pièce d’eau au lieu de courir. Bref, pour me punir il me demande pour la semaine suivante d’écrire un texte sur la pièce d’eau en Automne. Beaucoup d'autres élèves auraient rechignè, mais moi, il ne pouvait pas me faire plus plaisir. Huit jours plus tard je lui ais apporté un texte plutôt sympa, très pictural poétique et romantique comme peut le faire à 14 ans ..

Il a été impressionné, Il ne m’a jamais rendu ce texte.

Dommage…..

 

 

*- Robert Duthen (mon prof) formait avec son frère Georges la paire de centres de l'équipe de Paris..qui, le 11 nov 1944 disputa au Parc devant Churchill et le général de Gaulle l'historique match de réconciliation avec les Anglais contre la R.A.F.

Robert avait le surnom de "Petit Poête d'Ovalie ". Tel que je l'ai connu il méritait bien ce surnom.

 

Georges  son frère fut journaliste chef des sports de l"Equipe" du Parisien Libéré" et du "Miroir des sports". Il écrivit plusieurs livres références sur le Rubgy. Le jour de sa mort en 2000 à 81 ans, le "Petit poête" constatait :

- "Il part le jour de la Saint-Georges, le jour de la Résurrection".

-

Robert Duthen a écrit entre autres livres  en 2003 :"Le Rugby d'antan".

 Il est décédé en mars 2008 à l'âge de 87 ans. 

.  

========================================================================
A SUIVRE : Jeudi prochain : 1960 (Troisième partie).
  
  
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail
Pierlouim@cegetel.net    

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt