Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 07:00

------------------------------------------------------------------------------------------------ 

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..
Pour vous permettre de lire ou relire  le feuilleton depuis le
début :cliquez sur :
 http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
--------------------------------------------------------------------------

1 9 61- La pension (Première partie.)

  

Ma deuxième année scolaire en pension.

 Tout va bien, c’est presque la routine à présent.

Je suis en classe de troisième, section commerciale depuis septembre dernier.

Cette deuxième année d’internat collégien ne présente plus pour moi  le même choc émotionnel de la première. Je retrouve la même vie d’interne mais, cette vie devient un peu plus confortable. Fini le grand dortoir de 70 internes avec des lits superposés. Je dors maintenant dans uns chambrée de trente six (quand même) dans un lit normal, dans un environnement plus spacieux, un véritable vestiaire personnel fermé avec un cadenas..

Quant à la vie scolaire elle devient plus linéaire. Je n’ai pratiquement plus de professeurs de l’année dernière. Ceux que j’ai cette année sont différents. Ils me semblent moins atypiques plus « dans le moule » que ceux de la classe de quatrième. Même si certains vont m’accompagner pendant plusieurs années, je n’aurais d’eux que peu de souvenirs.

Alors que les noms, les visages, les personnalitésde tous ces professeurs que je n’ai côtoyé qu’une année scolaire, resteront indélébiles dans ma mémoire. De Rose Dubois la prof de commerce, Vital le prof de Français, Lecoq le prof de dessin, Lopez le prof de maths, à Duthen, le prof de gym.  J’ai l’impression en quatrième d’avoir étudié avec tous les professeurs «hors normes » du collège.

Bref, 1961 est une année que je perçois un peu comme une période intermédiaire. Période scolaire s’entend, car pour le reste, c’est une année plutôt formatrice, en pleine adolescence que j’aborde avec calme et sérénité.

 

Cette année, les longues stations dans les allées de la pièce d’eau des Suisses le jeudi après midi se font rares.

 

Un ciné club vient d’être crée au collège.

Des séances de cinéma ont lieu maintenant à la cantine le jeudi après-midi pendant cette petite période de « liberté » ou plutôt de non cours au milieu de 1961jules-ferry-refectoire.jpgla semaine studieuse. La coopérative scolaire a permis l’achat d’un projecteur 16 mm sonore. Rangé dans un placard, il est sorti pour la projection et installé dans la mezzanine réservée aux repas des professeurs. La projection est donc réalisée de ce balcon surplombant la grande salle du réfectoire. Un écran de toile est suspendu au plafond, au milieu de la pièce à une douzaine de mètres du projecteur. Cette toile  marouflée  est déroulée avec une perche munie d’un crochet. Le plus dur est de rendre la salle obscure. La hauteur de plafond est de plus de 4 mètres. Fermer les doubles rideaux relève de l’exploit sportif et les faire joindre sans laisser passer de jour tient du miracle.

Une centaine d’internes et quelques demi pensionnaires ou externes font la queue pour rentrer dans la salle de cinéma car il faut payer vingt centimes, quatre sous comme dit papa, pour voir le film. Cet argent sert à la location des bobines auprès d’une association cinématographique de l’éducation nationale. C’est un peu la bousculade et le chahut joyeux pour s’approprier les meilleures places.

On peut voir ainsi des films un peu anciens français ou américains. « Marius », « Regain », « François 1er avec Fernandel », des Westerns et des documentaires.  Je suis particulièrement impressionné par le jeu d’Humphrey Bogart dans le rôle du capitaine obsédé par le devoir dans « Ouragan sur le Caine. »

 

1961 projo 16mm 1 C’est un copain de seconde techno qui officie derrière l’appareil de projection. Je l’aide quelquefois, en début et en fin de séance pour rembobiner la pellicule, mais pendant la projection je n’ai pas le droit de rester au balcon. Je vois mieux le film en bas dans le réfectoire. Il me semble que le projecteur a été acheté d’occasion car il tombe régulièrement en panne. On voit alors soudain l’image s’immobiliser sur l’écran, la pellicule se consumer en rond comme le bout d’une. Cigarette. S’ensuit aussitôt une odeur de brûlé, un chahut organisé, des cris scandés « la suite, la suite » accompagnés de martèlement de chaises, des hurlements des pions pour tenter de rétablir l’ordre. Mon copain met bien dix minutes à rafistoler les deux bouts de la pellicule.

Il arrive que le surgé alerté par le barouf intervienne avec quelques heures de colle à la clé.

 

Je vais vous révéler un petit secret. :

Le projectionniste d’occasion joue de temps en temps des ciseaux. Il censure à sa manière les copies des films qu’il a en main. Il coupe ainsi des bouts de pellicules de scènes osées un peu dénudées (Elles sont rares en 1961) Il nous les montre triomphant après la projection. Mais il faut dire que très souvent le découpage a déjà été effectué par le projectionniste précédent.

 C’est pour cela que l’histoire que nous suivons voyons à l’écran nous parait souvent décousue et manifestement dépouillée de scènes importantes.

 

========================================================================
A SUIVRE : Jeudi prochain : 1961 (Seconde partie).
  
  
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail
Pierlouim@cegetel.net 
 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt