Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 07:00

Samedi dernier avaient lieu à Dreux deux championnats de France.

Celui de Lutte Libre honneur et open féminin  
et celui de tennis de table séniors.

Je n''ai pu m'y rendre que quelques instants samedi après-midi mais j'en rapportequelques images :




--------------------------------------------------------------------------------------------------


CHAMPIONNAT DE FRANCE
 LUTTE LIBRE HONNEUR et OPEN FEMININ.
Au palais des Sports de Dreux.  


Ambiance et vidéos :




===============================================================================

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE TENNIS DE TABLE SENIORS
Au Plais des expositions de DREUX.


Quelques photos de ce 79ème championnat de France. Je n'ai pu assister qu'aux finales des doubles dames et doubles messieurs.






Si vous voulez connaître tous les résultats et voir de magnifiques images, cliquez sur le site officiel de ce championnat :
http://www.france-dreux-mil-neuf.com/
Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 07:00

  

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                              
AN PAR AN,
               Chronique d'une jeunesse drouaise
.

J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année.
La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :
de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

----------------------------------------------------------------------------

 1 9 5 2 (troisième et dernière partie) 


 

Mi Septembre : le grand changement : je rentre à la grande école.

Cette école Ferdinand Buisson, que l’on nomme dans le quartier « l’école blanche », a été construite en 1937 par notre maire actuel Maurice Violette le radical ancien dirigeant du front populaire  (sur la photo célèbre de la place de la bastille, à coté de Léon Blum qui lève le poing, le petit bonhomme à barbiche et chapeau, c’est lui. Je ne manquerai pas d’en reparler.)

Si l’on nomme cette école « blanche » c’est qu’elle est recouverte en crépi blanc et non pas comme les autres établissements scolaires en pierre ou en brique apparente, comme "Godeau" (école de Garçons) ou "Saint Martin" (Ecole de filles) du centre ville ou Même "Paul Bert" au plateau sud.  Elle n’a pas d’étage. Elle est curieuse, elle a la forme d’un T. Dans la branche de gauche, quatre classes, celles des garçons, dans celle de droite les quatre classes des filles. Dans la barre du milieu qui, elle comporte un étage, la cantine, le bureau du directeur, les douches et en haut, quatre petits appartements pour les instituteurs. Oui, il y a des douches qui permettent aux enfants qui n’ont pas chez eux de vraies commodités de se laver entièrement une fois par semaine. (Et ils sont nombreux. Je suis dans ce cas là, même si j’habite une maison toute neuve, il n’y a bien  une « salle d’eau » mais pas de salle de bain.)

Cette école fut nommée pendant l’occupation « l’école noire. ». Les allemands l’avaient réquisitionnée pour en faire une sorte d’infirmerie hôpital et pour se dissimuler aux regards des avions alliés, l’avaient badigeonnée à la peinture noire..Les enseignants ont du se répartir avec leurs élèves dans différents endroits aux alentours : hangars, ateliers ou granges aménagés de façon sommaire en salle de classe…

Devant cette école se trouve le square Alexandre 1er de Yougoslavie qui comporte en son milieu un bassin d’environ quinze mètres de diamètre et d’une profondeur d’à peine un mètre. Maman me raconte que les jeunes soldats allemands s’y baignaient souvent. Mais ils étaient tout nus. Et les mamans d’alentour éloignaient horrifiées leur progéniture de ce square.

 

Ma première rentrée scolaire se déroule bien. Je vais apprendre à lire et à écrire avec Mme Chauvet. Son mari, est lui aussi instituteur, il s’occupe de la classe de cm1 et des rares élèves qui vont passer l’examen d’entrée en sixième au collège Rotrou. Les autres sont bons pour le certif et le centre d’apprentissage à 14 ans….

Le directeur Monsieur Fauvel qui s’occupe des grands, passant le « certif », est un ancien de la guerre de 1914/18. Il est d’ailleurs Président des anciens combattants Drouais de cette guerre. Mes parents lui vouent  un grand respect teinté d’admiration. J’imagine que mes grands pères s’ils n’avait pas été fauchés par cette terrible « grande guerre » auraient son âge et lui ressembleraient.

 C’est sa dernière année d’enseignant, il partira  à la retraite à la fin de l’année scolaire. Monsieur Fauvel, comme beaucoup a été blessé à plusieurs reprises lors de cette boucherie. Il n’a plus de bras gauche. Il porte une blousse grise et la manche vide se promène ballante le long de son buste. Il vient quelques fois nous faire cours. Quand il écrit de la main droite à la craie sur le tableau noir en nous tournant le dos, la manche libérée fait des moulinets à la cadence des mots qui s’inscrivent en crissant sur le tableau. 

Papa est content. Au premier classement je suis bien placé : quatrième sur trente. Papa me fait tournoyer de joie  sur ses épaules  dans la cuisine.

Eh oui cela sera mon lot toute ma vie : Toujours bien placé, quatrième cinquième voire  sixième mais jamais sur le podium des trois premiers. C’est dommage que l’on ne s’intéresse avec admiration et félicitation qu’au premier, avec un peu de condescendance pour le second et le troisième mais jamais aux deux ou trois suivants. C’est grâce aux talents de ceux là que la performance des premiers peut avoir de la valeur. D’ ailleurs cela me rappelle une histoire que dans mon cas je ne trouve pas drôle….

Un grand père à son petit fils : Une pièce d’un franc si tu es premier, une pièce de 50 centimes si tu es second, une pièce de 20 centime si tu es troisième et mon pied au cul si tu es quatrième ! 

Mais personnellement je ne m’en plains pas cela me permettra quand même de faire des choses sympas dans la vie. 

Je suis dans le grenier avec papa. J’aime bien cet endroit poussiéreux, il y a plein de trucs bizarres que j’aime manipuler, le tuba de papa, cabossé par le bombardement et tout vert de gris, le casque de la guerre 14/18 de mon grand père et plein de bidules indéterminés   

Papa est descendu, je me précipite dans l’escalier et pouff, je glisse,  roulé boulé de marche en marche (y en a 14) Aïe! Aïe !  Mon épaule. Aïe!  Démise l’épaule, mon bras pendouille le long du corps Je suis emmené d’urgence, je ne sais plus, en vélo  ou dans la voiture d’Armand, le voisin .  A l’hôpital ?

Non ! Chez le rebouteux !
Papa et Maman me diront plus tard que les médecins, ils ne savent pas faire.

Me voilà devant la Mère Tricot. Le rebouteux est une rebouteuse. Son aspect n’est pas rassurant, un air de sorcière. Elle me tâte l’épaule, aïe! L’arrose de vinaigre, oui de vinaigre ! Elle me demande comment se suis tombé, je réfléchi pour répondre et crac, elle me retourne complètement l’épaule. Voilà c’est fini.

Pendant longtemps je vais garder une sainte horreur de l’odeur du vinaigre. 

Dans de nombreuses années un médecin me dira que j’ai une épaule plus basse que l’autre et que cela doit poser de problèmes à mon tailleur. 
La mère Tricot aurait-elle mal fait son boulot ? D’ailleurs je m’apercevrai qu’un bon nombre de mes contemporain Drouais ont gardé un souvenir cuisant du vinaigre de la mère Tricot.
 

Un événement marquant en cette année 1952, le roi d’Angleterre est mort, vive le roi, non, vive la reine Elisabeth II.

Long règne à elle,  comme à moi.

A SUIVRE : Jeudi prochain : 1953.
Si vous voulez lire ou relire les chapitres précédents, 
:
A droite de ce texte, dans la rubrique : Catégories. Cliquer sur "le feuilleton".

Repost 0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 07:00
A LURAY, tous les deux ans se rassemblent les anciens de l'usine FACEL de Dreux,
les heureux propriétaires des belles Facel
et une vingtaines de ces voitures françaises de prestiges
 fabriquées à Dreux de 1950 à 1964. 

C'était cette année le 17 Mai dernier....


FACEL : FORGES et Ateliers de Construction d'Eure et Loir.
Siège et usine à DREUX .


L'amicale Facel Vega organisatrice de ce rassemblemement à Luray.

Le patron et concepteur des voitures de luxe françaises : Jean DANINOS.



Quand la Chapelle Royale rencontre une belle FACEL :

Quand les belles Facel font leur cinéma.
Elles apparaisent dans de nombreux films.
 Actuellemnt Se tourne un film relatant la vie d'Albert Camus et malheureusement auusi sa mort accidentelle en 1960 dans une Facel Vega conduite par son éditeur Gallimard.


Les Facel Vega ont aussi inspiré la B.D.



Bon sortons pour admirer ces belles françaises.
Allons... un peu de nostalgie et de rêve
Souvenirs souvenirs, Quand vers 1960, les yeux écarquillés je voyais avec mes camarades sortir de lourds camion transportant ces voitures de rêves. (la production était d'un vécule par jour) .
En 10 ans, 2900 voitures ont été construites



Le moteur a cinquante balais et il mouline toujours aussi bien...






Caméramens pour la conception d'un D.V.D. pour l'Amicale Facel Vega.
Interwiev d'un heureux propriétaire de Facel Vega


Claude HERVIER de l'amicale Facel Vega 




Les Facel Vega quittent Luray. A dans deux ans.






SI VOUS VOULEZ TOUT SAVOIR SUR FACEL VEGA (cliquer sur link)
-Articles déjà parus sur mon blog. 
link
-Amicale FACEL VEGA.
link

-Forum FACEL VEGA. Vous y verrez le compte rendu de Luray traité par des spécialiste (à la page 160).
 
link
Repost 0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 07:00
 medium_1-durocasseries_pierlouim.4.jpg

Cette semaine paraît dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
une vingt deuxième Durocasserie : 

.

 

La ville de DREUX pendant plus de vingt siècles a vu son histoire évoluer au même rythme que l’Histoire de FRANCE. A chaque étape marquante de l’histoire nationale correspond un fait analogue à Dreux. Quatre Durocasseries vont à peine suffire pour survoler deux mille ans d’histoire.
quatrième et dernier chapitre :


4- DE LA RESTAURATION A LA LIBERATION.

  

-En FRANCE les Rois reviennent, à DREUX construction de la Chapelle Royale.

Pendant la Révolution Française beaucoup de châteaux et de lieux de culte ont été vendus comme biens nationaux et  détruits. Revenue d’exil, la duchesse d’Orléans épouse de Philippe «Egalité» et fille du Duc de PENTHIEVRE, dernier Comte de DREUX rachète le château et la collégiale St Etienne complètement ruinés. En 1816 elle décide  de  faire construire une chapelle pour recueillir les dépouilles de ses ancêtres jetés par les révolutionnaires dans une fosse commune. C’est son fils, devenu le roi Louis Philippe qui terminera les travaux. Cette chapelle devenue «Royale» sert maintenant de nécropole à la famille d’Orléans.  

 

-En France, NAPOLEON III, à DREUX, l’arrivée du chemin de fer. En 1864, par la construction de la ligne PARIS-GRANVILLE, DREUX, est relié par train à la capitale et à la mer. Ce qui va amener une transformation radicale de la vie à DREUX. Une des conséquences fut la disparition du vignoble drouais. La lutte devint inégale  avec des vins venant du Languedoc directement par trains. Le mildiou puis le phylloxéra aidèrent  aussi à cette disparition.


-La Guerre Franco Prussienne  de 1870 sévit aussi  à DREUX
. Après la rédition de NAPOLEON  III à SEDAN et la proclamation de la république, les combats devant DREUX  du 17 novembre 1870 furent parmi les derniers menés par l’armée de la Loire. Paris assiégé résistera jusqu’au 28 Janvier 1871.


-Un des chefs de l’insurrection de la commune à Paris en 1871 fut  un Drouais. Charles DELESCLUZE républicain convaincu  participa aux révolutions de 1830, 1848 et passa une partie de sa vie en prison. Il mourut sur une barricade lors de la semaine sanglante qui mit fin à la commune.  Le deuxième  centenaire de la naissance de DELESCLUZE sera-t-il fêté à DREUX en octobre prochain ?


-La première guerre «mondiale» 1914/1918.   Si la ville de DREUX ne fut pas directement concernée par les combats, elle se trouva en première ligne de l’arrière pour approvisionner le front : en hommes (par ses régiments, dont le 101°R.I.), en bois pour les tranchées (sa forêt fut en grande partie déboisée), en soins (l’hôpital et de nombreux bâtiments furent réquisitionnés pour soigner les blessés) en nourriture (la campagne avoisinante sera mise à contribution pour nourrir les poilus).


-La troisième république et l’entre deux guerres seront symbolisés à DREUX par  Maurice VIOLLETTE. Plusieurs fois ministre, membre du  front populaire en 1936, gouverneur de l’Algérie et maire de Dreux pendant plus de 50 ans.(de 1902 à 1959)


-La Deuxième guerre «mondiale» 1939/45 sera synonyme à DREUX comme en FRANCE d’occupation, souffrances et restrictions,  bombardements et destructions, mais aussi résistance et libération.


Je laisse la comparaison contemporaine
entre histoire de FRANCE et de DREUX à votre mémoire, chers lecteurs drouais.


Dans quinze jours, nous  inaugurerons  la gare de Dreux (en 1864).
A bientôt, si Dreux le veut bien. Pierlouim
 

Repost 0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 07:00

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
                              
AN PAR AN 
         Chronique d'une jeunesse drouaise
.

J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année.
La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :
de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

----------------------------------------------------------------------------

 1 9 5 2-deuxième partie   

 

Pour moi, une page se tourne, Je quitte la maternelle. Je reçois à la distribution des prix de fin d’année un livre de coloriage pour apprendre les lettres et des bonbons.
Au mois de septembre j’entrerai à la « grande » école.

 

Mais pour l’instant, ce sont les vacances.  Comme maman travaille, se pose bien sûr la question de ma garde. C’est une des cousines de maman qui habite à Germainville un petit village à 10 Km de Dreux qui va me recevoir pendant le mois d’Août. .

Papa m’emmène sur son vélo, sur le porte-bagages dans un siége en osier. Papa m’a offert une petite bicyclette rouge. Après maintes chutes dans le jardin et sur le macadam de la place de Verdun je sais à peu prés faire du vélo. Mais la distance est encore trop grande pour que je puisse pédaler seul sur mon vélo d’enfant. Maman nous suit, avec, sur son porte-bagages une valise contenant mon trousseau.  

 

La cousine Yvonne habite une ancienne petite ferme au milieu du village de Germainville.
 En réalité elle habite en banlieue parisienne à Yerres. Son mari Marceau, selon Maman, travaille dans les bus. Vous savez bien, le Monsieur à casquette, avec une sacoche sur le ventre et une espèce de boite à manivelle avec laquelle il distribue et poinçonne les billets et qui se tient à l’arrière sur la plateforme et tire la sonnette pour que le bus démarre …

Yvonne et Marceau sont en congés à Germainville. C’est leur fille qui habite la fermette avec son mari et leur deux filles. Pour faire un peu mieux bouillir la marmite  la famille accueille quelques petits Parisiens pour les vacances. Je fais un peu partie de ces Petits parisiens tout en étant de la famille.
Je suis le plus jeune, et je me fais chouchouter sans complexe par les grandes filles…

Je m’amuse bien.
 Nous allons jouer avec les grands gamins de la ferme d’à côté. On va promener les vaches, elles ont peur de l’éolienne. (Dans bien longtemps il y aura un grand débat sur l’installation ou non d’éoliennes à Germainville).
 Il nous arrive même avec le troupeau de cinq six vaches de traverser la route de Paris pour les faire brouter sur des meilleurs pâturages (Imaginez la scène quand la nationale 12 sera à quatre voies !)

 

Il m’arrive même une petite aventure rigolote.
Sur le bord de la route je trouve une vielle botte de caoutchouc abandonnée…Pour jouer, je passe aussitôt mon pied droit dedans, mais je peux plus le retirer, ma chaussure est coincée. Je rentre clopin-clopant. . Marceau est obligé de couper la botte avec un sécateur pour me libérer.

Je dors dans un lit clos. Il me faut monter sur un escabeau pour y grimper. Je joue avec le rideau qui, fermé, m’isole du monde Le matelas est complètement défoncé  mais je m’y sens bien dans cette grosse armoire lit. Pour m’endormir je me raconte à mi-voix des histoires de cirque……

 

Mais un événement va écourter mon séjour à la campagne.
Dans le jardin il y a un prunier aux fruits bien tentants. Je ne peux y résister, mais les prunes sont vertes et me donne une superbe diarrhée. Je ne peux me retenir et mes vêtements sont copieusement remplis et tachés. Marceau et Yvonne ne peuvent comprendre qu’un grand garçon comme moi (6ans) ait pu se laisser surprendre ainsi. Marceau m’humilie, en me faisant sentir mes vêtements souillés plongés dans l’eau d’une bassine.

Maman alertée par téléphone à son bureau arrive très vite dans la camionnette de la quincaillerie, conduite par son patron qui possède une ferme à Germainville.
Elle me ramène à la maison et se fâche définitivement avec ses cousins.

Il ne faudra plus jamais parler devant elle de Marceau et Yvonne.
Marceau pendant des années essayera, en vain, de renouer les relations, en  envoyant ses vœux en fin d’année.  Maman les déchirera sans les lire…

 

Ce sera la dernière tentative de maman pour me faire garder….Dorénavant, je vais rester en l’absence de mes parents seul à la maison avec pour compagnie ma chienne Louloute. Cela en attendant l’âge du patronage laïc du jeudi après midi et des colonies de vacances l’été…..


 A SUIVRE : Jeudi prochain : 1952.-deuxième partie.
Si vous voulez lire ou relire les chapitres précédents, 
:
A droite de ce texte, dans la rubrique : Catégories. Cliquer sur "le feuilleton".
 

 

Repost 0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 06:30


Vers 1960 dans l' "Action Républicaine"je lisais des petites chroniques humoristiques sur la vie quotidienne à Dreux.
Ces petits billets signés "SIMPLET", un râleur impénitent, se terminaient souvent par une supplique à un mystérieux
ami QUI DE DROIT. 


Permettez-moi, de temps en temps de faire
 mon SIMPLET en vous envoyant
ces petits billets d'humeur et en invoquant
notre ami QUI DE DROIT.   




--------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Le cirque LYDIA ZAVATTA était attendu cette semaine à DREUX.
 Les représentations ont été annulées car la direction du Cirque refuse d’aller place de Verdun.
(Info Echo Républicain-18 Mai 2009).

 

Dans ma jeunesse j’aimais beaucoup aller au cirque à Dreux. Les chapiteaux et caravanes s’installaient place Mésirard.Puis, vers 1960 les cirques se sont décentralisés vers le plateau sud des Rochelles, place de Verdun. Ca c’était chouette, à deux pas de chez moi.

Puis jusqu’à l’installation du Ciné- centre cet hiver, les chapiteaux se dressaient place du champ de Foire. Et à nouveau la place de Verdun pourrait faire l’affaire.

 

Mais voilà, le cirque ZAVATTA voudrait s’installer en  centre ville .Cela n’est plus possible. Le cirque ne veut pas faire plaisir aux enfants Drouais car les Rochelles et la place de Verdun lui font peur. Il pense que le coin est peu sûr et qu’il risque de se faire caillasser. Ah bon, qui  dit cela ?

 Aux Rochelles il n’y a à craindre que les nids de poules de la rue de Rieuville, (attention aux suspensions fragiles).  D’ailleurs le quartier attend de pieds fermes la prochaine visite « Proximum ».

Ces mauvaises réputations infondées venues d’ailleurs, comment faire pour s’en débarrasser ?  

La mairie cherche désespérément un nouvel endroit à Dreux  pour y faire venir cirques et fêtes foraines. 


Quelques suggestions d’emplacement à notre ami QUI DE DROIT. :

-Dans le parc de la Mairie : Endroit  bien situé au centre ville, beau gazon entouré de hautes grilles donnant sur la police municipale. Il suffirait de faire venir du gué aux ânes où ils sont entreposés depuis peu, les véhicules militaires, tanks et batterie anti-aérienne pour assurer la sécurité du cirque.

-Dans le parc de la Chapelle Royal : les Naturalies ont montré à maintes reprises que le site est accueillant…

-Ou pourquoi pas, creuser un troisième parking souterrain sous la place du champ de foire qui serait alors libre pour recevoir chapiteaux et manèges...

Bon ,je sais cela est irréaliste. Mais faudra bien trouver une solution car j’aimerais bien pouvoir emmener mes Zouzous au cirque. Comme moi, ils adorent cela
Oui, cher  ami QUI DE DROIT on compte sur vous !

Au fait, chers amis surfeurs drouais, si vous avez quelques souvenirs sur celui qui se servait du pseudo de Simplet vers 1958/1960, communiquez le moi. Cela me ferait plaisir car l'équipe actuelle de l'Action Républicaine l'ignore....

Repost 0
Published by pierlouim - dans -BILLETS DE SIMPLET.
commenter cet article
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 07:21

Dreux le samedi 15 Mai a fêté ses musées par une "nuit" comme partout en France.


MUSEE MARCEL DESSAL.

Une fanfare dans le musée.


En musique:

A l'intérieur du musée.



En dehors, place du Musée.



FLORA GALLICA: MUSEE DU VIGNOBLE DROUAIS.

Un grand saut dans le passé au XIIème siècle.


Zut, photo  ratée! . La charmante Estelle de l'office du tourisme du Drouais crachant le feu cela valait pourtant le détour.... 


Combat.


Retour au XXIème siècle. (enfin presque). 


En dehors de la nuit des musées ces deux musées méritent le détour et la visite...
Cliquer pour avoir des infos sur ces musées  drouais : link

Dommage que ces intéressants musées n'aient pas leur propre site internet.
"FLORA GALLICA " en avait un qui semble être fermé. 

A l'ANNEE PROCHAINE POUR UNE NOUVELLE NUIT DES MUSEES. 
Repost 0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 07:00
Le Quintet ZITOUN en concert à l'auditorium de l'Odyssee  mercredi dernier. 



ZITOUN QUINTET groupe chartrain composé de : 
Olivier GALLOU sax.
Antoine DELAUNAY piano.
Thomas VARRET guitare.
Cyrille CATOIS basse
Eric CAPITAINE batterie.
  

Ecoutez "ZITOUN" le morceau composé par le groupe et qui lui a donné son nom :



Du rab...



Peu de monde pour écouter ZITOUN ce soir là, mais les absents avaient tord...
Ne les ratez pas quand ils reviendront à Dreux.
Repost 0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 07:00
Du 2 Mai au 30 Juin "Ateliers d'Artistes"
présente une exposition des oeuvres de Marie-José MALARGE
 à l'Hôtel de Montulé à DREUX. 
Des peintures? Non! des Dessins? non.
des gouaches  à la plume. Technique particulière
Laissons parler l'artiste :
"Ma technique : J'applique ma gouache à la plume par un graphisme continu, chaque ton étant obtenu par supperposition de couleurs primaires.
Mon intention : partant de ma perception des choses telles quelles, lmodulant ordonnance, distance, angles de vue, lumière et travaillant ensérie, je cherche ce point d'équilibre entre figuration et abstraction où se suspend le temps....."

Quelques oeuvres.. (Difficiles à photographier à cause des vitres)


Gros plan sur la technique employée par Marie José MALARGE.



Puisque le reflet de l'école Godeau s'impose sur les vitres, montrons le....

Exposition à voir, Hôtel de MONTULE à Dreux jusqu'au 30 juin.

Pour connaitre toutes les activités de l'association "TERRE D'ARTISTES" Visitez son site : 
http://www.terre-artistes.com/index.html
Repost 0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 23:34
Samedi 16 Mai si vous n'avez rien à faire de 14h à 14h30, Branchez vous sur

"RADIO GRAND CIEL".
A DREUX féquence : 97.7.

Dans son émission "Histoire de la région drouaise" MAXANCE
 recevra PIERLOUIM" sur le thème :
"Histoire de Dreux, miroir de l'histoire de FRANCE".
Repost 0
Published by pierlouim - dans -VIE DU BLOG
commenter cet article

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt