Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 18:29

A la suite de ma dernière notre relatant la brève rencontre avec Simon Veil, j'ai reçu le mail suivant: 

Vous décrivez agréablement votre rencontre avec Madame Veil.
Ma mère le peintre Verochek, portraitiste des personnalités du monde du spectacle et de la politique dont Dalida et François Mitterrand, a réalisé son portrait pour ses tableaux. La fresque Europa, parle d'une Europe symbolique et culturelle à la fin du second millénaire. C'est un témoignage historique.

Simone Veil parmi les personnalités de la toile "Europa".

" Europa " est une grande toile de 130 x 200 cm, sur une Europe culturelle qui rêve de son union et de s'agrandir.C'est donc un témoignage historique. On y retrouve des rois, des reines, des présidents et des artistes.Le Pape Jean-Paul II essaie de son côté d'arrêter la guerre en Yougoslavie.
L'enlèvement d'Europe, en bas à droite, sur son taureau, qui avant de toucher le sol européen, rencontre drapeaux et personnages qui surgissent de la mer et représentent chacun leur pays, en traversant la mer.

 

 

 

 

Madame Veil aimait beaucoup, et elle s’excusait de ne pas pouvoir se rendre aux vernissages.
Son fils Nicolas Veil que l’artiste connaissait bien, était également amateur d’art.

Giselle-Agnès Verochek était une artiste touche-à-tout. Originaire de Crêches-sur-Saône, Suite à un début de carrière sur scène (théâtre et musique), l'artiste Vérochek s'oriente dans la peinture artistique. Portraitiste de Dalida, Orlando, François Mitterrand, Eric Bompard, Daniel Gérard, Michel Rocard, Bruno Coquatrix (directeur de l'Olympia) et de nombreux particuliers.
E
lle est décédée le 14 juillet 2016 à Nice.
Elle n’a pas été victime de l’attentat meurtrier de Nice, mais c’est dans cette ville, le même jour terrible, qu’une enfant du pays mâconnais s’est éteinte. Giselle-Agnès Verochek avait 74 ans et une vie artistique riche. Elle laisse derrière elle les souvenirs de sa vie, que sa fille Constance Berger a souhaité délivrer.

Pour tout connaitre sur le peintre VEROCHEK et sa fille Constance BERGER rendez-vous sur le site.

https://www.lalchimere.fr/

Repost 0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 16:56

 

 

 

 

Les employés municipaux

de la ville de Dreux 

ont présenté leurs 87 métiers

à la chapelle de l'Hôtel Dieu.

 

Les agents de la ville de Dreux se sont mis en scène.
Les agents de la ville de Dreux se sont mis en scène.
Les agents de la ville de Dreux se sont mis en scène.
Les agents de la ville de Dreux se sont mis en scène.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.
Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.

Photos réalisées par Arnaud LOMBARD.

Repost 0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 14:05

C'est avec une grande émotion que je ressort une note ancienne de mon blog sur une rencontre furtive.avec Madame VEIL

22-11-2008 -SIMONE VEIL : UNE GRANDE DAME DEVENUE IMMORTELLE.

L'élection à l'Académie Française, à 81 ans de Madame Simon VEIL me donne l'envie de vous remontrer ma note écrite  le 29 Novembre 2007.
 Madame Simone VEIL dans ma mémoire.

Cette photo est scannée d’un article de  « l’express » de cette semaine relatant le livre de mémoires que  Mme Simone VEIL vient d'écrire. Ce cliché évoque pour moi un moment furtif d’émotion. Vers 1990, je me trouvais en début d’après midi dans la nef du grand palais à Paris C’était avant qu’un boulon ne  tombe du haut de la verrière et démontre la vétusté du bâtiment.
C’était  avant 1993, avant que l’édifice centenaire soit fermé pour 12 ans avant rénovation complète. Je visitais une exposition de peinture, peut être le salon des indépendants, peut être le salon d’automne. C’était en tout cas un jour froid d’octobre ou novembre. Mais le soleil de midi passait de tout son éclat à travers la verrière, éblouissant de lumière l’intérieur du Grand palais. Je me trouvais dans une galerie à l’étage, surplombant la grande nef. Les petites salles d’exposition étaient pratiquement désertes. Je regardais de façon un peu rapide ces tableaux pas toujours géniaux, des paysages, des natures mortes, de l’abstrait. Alors que je m’attardais devant une toile un peu différente des autres, je senti une présence feutrée prés de moi.
Une dame élégante, en manteau de fourrure, un petit sac à main en bandoulière, était entrée sans bruit dans la petite salle. Je ne fis pas tout de suite attention à elle. J’avançais le long du mur d’exposition; en regardant un à un  les tableaux. La dame en faisait autant. Au bout d’un certain temps, nous étant rapproché l’un de l’autre, je me mis à l’observer avec plus d’attention. Son visage me dit tout de suite quelque chose. Un homme jeune, habillé de sombre se tenait à distance derrière elle et m’observait fixement. Je regarde à nouveau la dame absorbée dans l’observation d’un paysage. Je reconnu sans hésitation Mme Veil. Et l’homme qui l’accompagne était certainement un garde du corps. Finalement  mon regard croise celui de Mme Veil. De beaux yeux gris verts presque félins. 

Elle esquisse un sourire auquel je réponds, nous regardons le même tableau, nous échangeons à mi voix quelques banalités sur la qualité des œuvres exposés. L’homme en noir, certainement rassuré de ma personne, s’est éloigné et surveille maintenant le couloir. La visite continue ainsi quelques minutes, presque sans paroles, sur trois ou quatre salles, sous l’aile protectrice et discrète de l’homme sécuritaire. Je suis impressionné par la présence toute proche de cette Dame exceptionnelle, qui a tant souffert, qui s’est tant battue pour la dignité des femmes, pour l’unité européenne et le souvenir des victimes de la barbarie. J’ai tout prés de moi en toute simplicité, une des femmes Françaises qui ont les plus compté dans ce vingtième siècle qui se termine.  Nous nous frôlons presque en regardant le même .tableau. Il émane de cette femme d’une soixantaine d’année à la beauté sereine, un tel calme, une telle concentration morale que je ressent comme un apaisement, comme un rayonnement du silence qui nous entoure.

Je ne sais qui a accéléré le pas, en tout cas nous nous sommes séparés en un sourire et un « Au revoir » esquissé du bout des lèvres. J’ai failli dire « au revoir Mme Veil ». Mais son nom est resté au bout de mes lèvres, ne voulant pas lui montrer que je l’avais reconnue et peut être respecter ainsi son incognito. Le garde du corps s’est écarté pour me laisser sortir de la salle.….
Mme Veil, à cette époque, n’avait plus de fonctions officielles. Elle n’était plus ministre de la santé et de la famille de Giscard, elle n’était plus Présidente du parlement Européen et pas encore Ministre de la Santé de Chirac. Je l’ai ainsi vue dans une période « de repos » où elle pouvait sans cérémoniel visiter seule une exposition de peintures dans les Galeries du Grand Palais à Paris. Quand je la vois maintenant, dans les cérémonies officielles à la télévision je pense toujours à ce petit instant de presque complicité qui, bien sur ne lui a laissé aucun souvenir, mais qui pour moi reste comme une petite pépite dans ma mémoire. Cette photo de l’Express représente exactement Mme Veil telle que je l’ai rencontrée il y a une quinzaine d'années. Sauf  qu’elle regardait non pas ces horribles photos de la shoha, mais des tableaux beaucoup plus bucoliques.

Longue vie à vous, Madame VEIL....  

Repost 0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 18:29

Dans la dernière note du blog je posais la question:

"A qui est dédié ce monument funéraire,"

 

===============================================

 

 

 

 

Vous trouverez la réponse page 16 

du nouveau numéro 107 du journal MtaVille.

Louis Claude ROTROU maire exemplaire de la Révolution

Avez-vous remarqué dans un angle du mur de l’ancien cimetière de Dreux une tombe surmontée d’une sorte d’obélisque, haut de près de dix mètres ? Sur la face extérieure une inscription un peu effacée dans la pierre :
« ROTROU LOUIS CLAUDE-ANCIEN MAIRE DE DREUX- DECEDE LE (illisible) 1829 - A 75 ANS - SES CONCITOYENS RECONNAISSANTS-CE MAGISTRAT ETAIT PARENT DU GRAND ROTROU. » 
Qui était donc cet ancien maire au nom de Rotrou ? En dehors du dramaturge Jean Rotrou, la famille Rotrou donna au fil des siècles à la ville de Dreux cinq maires, dont le dernier en date fut ce Louis Claude. Louis Claude Rotrou né à Dreux en 1754 était employé dans les vivres à Paris. Il fut maire de Dreux à deux reprises : maire pendant la Révolution et maire pendant l’Empire et l’occupation prussienne de 1815. 1er mandat : Maire pendant l’Assemblée Législative (Octobre 1791-Septembre 1792). Louis Claude Rotrou est élu maire le 14 Novembre 1791 à la place de son beau-père Charles Le Ménestrel. La famille le Ménestrel, comme la famille Rotrou donna cinq maires à Dreux. Dès son entrée en fonction le nouveau maire, Louis Claude Rotrou dut s’occuper de l’application des décrets prescrivant la fonte des cloches des églises pour leur transformation en canon. Il réussit à sauver les reliquaires pré- cieux vénérés des Drouais. Il dut en outre affronter les troubles de la disette en 1792 qui entrainaient l’invasion des marchés de bandes incontrôlées. Contre ces bandes venues en particulier de la forêt de Rambouillet il mobilisa chaque lundi pour la protection du marché, la garde nationale et ses canons. La municipalité en reçut les félicitations de l’Assemblée Nationale.
Après un an d’exercice Louis Claude Rotrou fut remplacé à la mairie de Dreux par Nicolas Louis Clément le 07 décembre 1792.
Après son premier mandat de maire Louis Claude Rotrou fut, pendant la période de la terreur, élu président du District de Dreux. Le district était une division du département, grosso modo une sous-préfecture. Une des grandes tâches des districts fut la vente des biens nationaux. Ils eurent aussi à s'occuper du partage des biens communaux, sujet très explosif. En avril 1794 Louis Claude Rotrou reçut du Comité de Salut public une circulaire, invitant le Comité de surveillance du district de Dreux à établir d’urgence des tableaux d’accusation contre les citoyens, détenus comme suspects et susceptibles d’être envoyés à la guillotine. Mais Rotrou était un homme de grand cœur s’élevant au-dessus des dénonciations.
 Il était aussi généreux et préoccupé du sort de ses concitoyens que le fut son lointain ancêtre, le dramaturge Jean Rotrou, lors de l’épidémie de peste de 1650. Il fit tout pour trainer en longueur l’établissement de ces listes avant la chute de Robespierre. Ces habiles manœuvres sauvèrent entre autre la marquise de Tourzel, propriétaire du châ- teau d’Abondant, ancienne gouvernante des enfants royaux. Malheureusement le président Rotrou ne put éviter l’échafaud à tous ceux de son district que poursuivait la haine révolutionnaire.
La période révolutionnaire vit en 15 ans de 1793 à 1808 se succé- der 9 maires de Dreux dont certains donnèrent leur nom à des rues drouaise, en particulier autour de la place de Verdun (Nicolas Clément, Bernard Amoreau, Pierre Leroux, Thomas Joly). Louis Claude Rotrou fut à nouveau maire en 1808 sous l’Empire de Napoléon 1er.

A suivre dans le prochain numéro de MTaVille. 

Repost 0
Published by PIERLOUIM
commenter cet article
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 10:00

Quel est donc ce curieux monument dans le cimetière ancien de Dreux?. 

 

Vous le saurez en lisant la chronique de Pierlouim dans le numéro 107 paraissant le vendredi 16 juin (dans votre boite aux lettres) de votre journal gratuit favori "MtaVille " 

 

Si vous voulez lire ou relire les "chroniques de Pierlouim" depuis le début, vous les trouverez sur le site de MtaVille.

Comme les chroniques de Pierlouim n'apparaissent plus dans la rubrique "chronique", reportez vous sur le haut de la page d'accueil, cliquez sur "magazine". Vous avez ainsi tous les numéros parus de MtaVille, dans lesquels vous trouverezles chroniques de Pierlouim..

http://www.mtaville.fr/magazines/

 

Repost 0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 17:11

Le député Raymond BERENGER en 1936.

J'ai retrouvé dans mes paperasses une profession de foi d'un député drouais pour les législatives de 1936. 

 

Raymond Albert Ernest Bérenger

 est un homme politique français né le  à Dreux (Eure-et-Loir) où il est mort le .

Employé aux écritures à l'entrepôt de tabacs de Dreux, il devient aide-comptable à Paris en 1904, puis devient comptable et fondé de pouvoir dans une importante graineterie à Nonancourt, jusqu'en 1930.
Il est député d'Eure-et-Loir de 1930 à 1940, inscrit au groupe SFIO.
Le 10 juillet 1940, il vote pour les pleins pouvoirs en faveur du maréchal Pétain. Son inéligibilité, liée à ce vote, est maintenue en 1945.

    En 1930 Bérenger a succédé à la chambre des députés à Maurice Viollette. (du même parti) à la députation de Dreux..

    En mai 1936 , sorti vainqueur de ce ballottage il fit partie de la chambre des députés du front populaire.

    Après la guerre, Maurice Viollette repris en 1945 le poste de député d'Eure et Loir. 

    Repost 0
    10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 16:23

    Article d'Echo Républicain du 15 mai dernier.

    La boutique d’électroménager victime de la conjoncture17
    José Mota, aux côtés de Catherine Suard, confie « être triste pour tous les retraités du centre-ville qui vont se retrouver sans boutique près de chez eux ». 

    Baisser le rideau est la seule solution pour le patron du magasin qui déplore la concurrence des centres commerciaux et d'intenet.

    Françoise se demande bien où elle va acheter son téléviseur pour sa cuisine. « Je suis toujours venue chez Gitem ». Pour Bernard, retraité demeurant dans une résidence toute proche, la boutique, située place des Fusillés, était bien pratique. « J'y ai acheté un sèche-linge, un réfrigérateur, une machine à laver,… ». Ces clients ont effectué, hier, une ultime visite dans un magasin aux rayons bien dénudés.
    « Au même prix qu'ailleurs ! » L'annonce de la liquidation totale du stock, pour cause de fermeture définitive, attire le chaland. José Mota, le patron du magasin d'électroménager, aurait aimé voir autant de monde par le passé…. « Car les dernières années ont été difficiles. On a tout essayé pour relancer l'affaire, mais je perdais de l'argent ». Il baissera définitivement le rideau le vendredi 19 juin. Cet ancien employé de diverses quincailleries drouaises (Boissay, Thirion) était à la tête de Gitem depuis 1994. « J'y étais auparavant employé ». La concurrence des nouvelles enseignes comme Darty, l'attractivité des centres commerciaux des Yvelines mais aussi le développement de l'e-commerce ont été fatals pour le magasin. « Et pourtant, nos produits étaient au même prix qu'ailleurs, livraison et installation à domicile comprises ! Je n'en veux à personne, mais c'est une institution qui disparaît, une de plus ».
    « C'est un crève-cœur » Et d'ajouter que « les nouveaux habitants n'achètent pas en centre-ville. Venant de la région parisienne, ils considèrent Dreux comme une cité-dortoir ».Parmi les 3 employés, qui pointeront bientôt au chômage, il y a Catherine Suard. « J'ai 25 ans de maison et cette fermeture est un crève-cœur ». Elle explique « être triste pour Dreux et les Drouais qui étaient si gentils. Je connaissais tout le monde. Ici, c'était ma deuxième maison, mon petit monde ». À 55 ans, elle ignore si elle retrouvera du boulot, mais garde espoir. « Je suis prête à donner un coup de pouce à la personne qui reprendrait le magasin. Je le ferai d'abord pour tous ces gens qui se sentent déjà orphelins ».Olivier Bohin

     

    En 2014 pourtant la boutique était rénovée, laissant apparaître une ancienne enseigne des années 50.

     

     

     

     

     

    Petite rétrospective de ce magasin dans le temps: 

     

     

     

    Je vous rappelle ma note récente sur

    la désertification du centre ville de Dreux.

    http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/2017/03/le-desert-du-centre-ville-de-dreux.html

     

    Repost 0
    8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 16:06

    Sur le site internet GALLICA-BNF une rubrique fort intéressante "Les unes du jour d'il y a cent ans".

    C'est à dire du 8 Juin 1917.

    Voici une petite sélection parmi les unes du 08 juin 1917 des 12 principaux journaux français proposées par Gallica.

    La bataille qui commence ce jour là par l'offensive de l'armée britannique au sud  d'Ypres se déroule à Messines.

    La seconde bataille de Messines, du  au  est une offensive de la 2e armée britannique du général Plumer près de la ville de Messines en Flandre occidentale belge  contre la IVe armée allemande dirigée par le général von Armin sur le front occidental.

    Après l'échec de l'offensive du général Nivelle au Chemin des Dames en avril et mai 1917, les troupes françaises sont secouées par une série de mutineries modifiant les plans stratégiques anglo-français pour l'année 1917.

    L'armée anglaise déclenche l'offensive de Messines pour forcer l'armée allemande à déplacer vers la Flandre des réserves soulageant la pression sur les troupes françaises.

    L'objectif tactique de cette bataille est de capturer les positions allemandes sur la colline de Messines afin de priver la IVe armée allemande des positions dominantes du sud du saillant d'Ypres. Cette bataille est le prélude d'une opération plus ambitieuse, menée par l'armée britannique au cours de l'été et de l'automne 1917 visant la capture de la crête de Passchendaele puis la percée du front jusqu'à la frontière hollandaise afin de capturer la côte belge.La bataille débute par l'explosion de 19 mines détruisant les défenses allemandes de première ligne suivi d'un barrage roulant qui permet l'avancée des troupes britanniques appuyées par des chars et troupes de cavalerie et des avions et la capture de la colline de Messines.

    Plumer déclara à son état-major avant la bataille de Messines

    « Gentlemen, we may not make history tomorrow, but we shall certainly change the geography. »
    « Messieurs, nous n'écrirons peut-être pas l'Histoire demain, mais nous changerons certainement la géographie. »

    Si vous désirez suivre au jour le jour l'actualité d'il y a 100 ans

    rendez vous sur le site:

    http://gallica.bnf.fr/UnesDuJour#

    A SUIVRE, JUSQU'AU 11 NOVEMBRE 1918-2018..

    Si vous voulez visionner l'ensemble des notes consacrées à la guerre 14/18 cliquez sur "Centenaire 14/18" au bas de cet article.

    Repost 0
    Published by PIERLOUIM - dans -Centenaire 14-18
    commenter cet article
    7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 18:50

    Le musée de Dreux premier établissement culturel
    d'Eure-et-Loir

    Article de l'Echo républicain , publié le 2/06/2017 

    La revue spécialisée le Journal des arts, a publié, mercredi 31 mai 2017, son quatorzième palmarès annuel des musées de France. Le musée d'art et d'histoire de Dreux est 61e et premier d'Eure-et-Loir, devant le musée des beaux-arts de Chartres (87e) et la maison Picassiette (116e).

    Avec sa collection de 18.000 œuvres, peintures impressionnistes ou postimpressionnistes, ses objets d’art ou d’histoire, le musée d’art et d’histoire de Dreux n’a pas à rougir. Il joue désormais dans la cour des grands. La revue spécialisée le Journal des arts, a publié, mercredi, son quatorzième palmarès annuel des musées de France. Les établissements culturels français sont répartis en deux catégories : le classement des métropoles et celui des communautés de communes ou d’agglomération. 600 musées recensés.Le musée d’art et d’histoire de Dreux est classé 61e sur 126 en France dans la catégorie Communautés de communes.

    Il fait son entrée dans ce classement et arrive premier d’Eure-et-Loir, devant le musée des beaux-arts de Chartres (87e), qui a été pris en compte dans le classement établi lors de l’année 2016, avant de fermer ses portes le 1er janvier 2017 .La maison Picassiette à Chartres se situe, elle, à la 116e place de ce classement. Les autres musées du département n’ont pas répondu à l’enquête et ne sont donc pas classés.

    Musée Le Journal des arts a adressé un questionnaire à 600 musées en France, qu’ils soient dédiés aux beaux-arts, à l’archéologie, de société ou d’histoire naturelle. 318 ont répondu et 209 sont classés (83 en catégorie métropoles et 126 pour les communautés de communes ou d’agglomération).
    10.052 visiteurs en 2016. Soixante-sept critères d’évaluation sont retenus, allant, par exemple de la qualité de l’accueil du public, comme le nombre d’expositions temporaires proposées dans l’année, l’accès au wi-fi gratuit, l’accessibilité aux personnes handicapées ou le nombre de toilettes pour 100 visiteurs, en passant par la médiation culturelle, la qualité de la collection, comme les prêts à des musées étrangers ou la surface d’exposition de l’établissement.Claire Béguin

    Fréquentation. Le musée de Dreux a passé, en 2016, pour la première fois, la barre des 10.000 visiteurs (10.052), soit une évolution de 57,6 %. Le musée des beaux-arts de Chartres en a comptabilisé 7.593 et 18.539 pour la maison Picassiette.

    COCORICO!!. Le Musée d'Art et d'Histoire de Dreux est un premier de la classe.

    Bravo à l'équipe du musée d'Art et d'Histoire de la ville de Dreux.

    Mais J'aimerai bien être une petite souris pour gambader parmi les 18 000 oeuvres dans les dépôts cachés du Musée d'Art et d'histoire.

    A mon humble avis trop peu sont pourtant exposées dans les salles du musée....

    Repost 0
    Published by PIERLOUIM
    commenter cet article
    7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 12:46

    Vu dans l'Echo Républicain du 29 mai dernier: 

    André Graillet mobilise pour sauver le bâtiment de 916Publié le 29/05/2017
    « Non à la démolition de l’ancienne crèche. » Ce simple mot d’ordre lancé par André Graillet a suffi pour recueillir plus de 500 signatures.L'ancienne crèche du centre-ville, bâtie en 1916 à l'ombre du musée, sera-t-elle rasée et remplacée par une résidence de la Croix-Rouge pour personnes âgées. Ce projet fait, une fois de plus, bondir André Graillet, le président de l'association de sauvegarde du patrimoine drouais.Mémoire de soldats. À 85 ans, l'infatigable défenseur des vieilles pierres entame une nouvelle partie de bras de fer avec les autorités. Et il brandit une pétition qui a recueilli pas moins de 500 signatures.
    « Une résidence pour les seniors, pourquoi pas ? Mais pas à la place de l'ancienne crèche ! Cette magnifique maison doit être sauvée et restaurée aux normes d'aujourd'hui et classée aux Monuments historiques car elle est un lieu chargé d'histoire. Avant d'être une crèche, elle accueillait les blessés et mutilés de la guerre de 14-18 revenus du front. Il faut respecter leur mémoire ! »
    Désaffectée par la Ville, il y a plusieurs années en raison de sa vétusté et de son inadaptation aux normes actuelles, l'ancienne crèche soulève la nostalgie chez ceux qui y ont fait leurs premiers pas et chez leurs parents. « Beaucoup d'anciens ont signé ma pétition, y compris des anciennes employées. Pour tous ces gens, cette crèche doit être rénovée et affectée à des associations »Dès cette semaine, André Graillet va poster son dossier et sa pétition à l'architecte des bâtiments de France, ainsi qu'aux autorités préfectorales. « J'ai bon espoir d'une prise de conscience, comme il y a vait eu à l'époque pour l'Arsenal et l'ancienne prison. » 
    Pascal Boursier

    (*) « Cette maison sera abattue » avait précisé Gérard Hamel, maire (LR) de Dreux, en parlant de l'ancienne crèche ( voir notre édition du 7 octobre 2016). Si cette dernière est vouée à la démolition, elle sera remplacée par une résidence seniors. Ce projet immobilier est porté par la Croix Rouge qui y construira une centaine de logements (studios et 2 pièces) pour des retraités autonomes. Le début des travaux est d'ailleurs prévu à la fin de l'année « pour une livraison prévue fin 2018, début 2019 »..

     

    Je ne peux m'empêcher de ressortir une de mes notes du 1er février 2011.

    La crèche alors devait être transformée en un centre commercial.

    =====================================

     POLE GARE : EXIT LA CRECHE,

    BONJOUR UN CENTRE COMMERCIAL.  

    En visitant l'expo "Pole Gare" à la chapelle de l'Hôtel Dieu, j'ai ressenti  une grande angoisse en voici la cause :  Une projection dans le futur vue du Boulevard Louis TERRIER:

    Hotel Dieu PoleGARE ST MARTIN

    La crèche a disparu ainsi que la cour de l'école St Martin....

    Comparons avec une photo actuelle:

    Hotel Dieu PoleGARE ST MARTIN photo actuelleNotre ami  QUIDEDROIT affirme que ce bâtiment typique des années 1920 n'a aucun intérêt .. . Beaucoup de Drouais n'ont pas la même opinion.
    Pourquoi pas, puisque les enfants du centre ville n'ont plus besoin de crèche, ne pas faire de ce beau bâtiment une annexe du Musée, un peu à l'étroit dans son ancienne chapelle.
    Quant à faire un centre commercial, commençons d'abord par donner des successeurs aux feux "Eurodif"," Leader Price" "Diagonal" etc et j'en passe, avant de fabriquer artificiellement un centre commercial. D'où viendront les clients ? Des parisiens descendant à la gare de Dreux pour faire leurs courses ???.

    Ami QUIDEDROIT soyez raisonnable.......

    Mais aussi un article de l'Echo Républicain

    du 12 octobre 2010.

    =======================================

    LA CRECHE PASSERA (peut être) DES BEBES AUX PAPYS BOOMERS.

    Un peu de souvenirs. avant destruction:

    ET COMME POUR TOUT PROJET MUNICIPAL :

     AFFAIRE A SUIVRE.

    Repost 0
    Published by PIERLOUIM - dans -BILLETS DE SIMPLET.
    commenter cet article

    Dreux Par Pierlouim

    • : DREUX PAR PIERLOUIM
    • DREUX PAR PIERLOUIM
    • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
    • Contact

    Profil

    • PIERLOUIM
    • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
    • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

    Recherche

    RECHERCHES D'ARCHIVES

    RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

    VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

    Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
    cliquer :
    http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



    SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

    Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt