Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 07:00

      Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la soixantième DUROCASSERIE
   
 

============================================================================================== 

LIEUX D’HISTOIRE DROUAISE.

DE LA PORTE CHARTRAINE A LA PORTE NEUVE (1)

 

Venant de la rue Saint Martin en quittant les anciens faubourgs nous allons entrer dans la «vieille ville» de Dreux.

Place des fusillés, ancienne place st Martin.

Une Stèle à l’entrée du quai aux arbres rappelle le sacrifice de six Drouais martyrs de la résistance pendant l’occupation allemande de 1939/45.

Au moyen âge cette place était un espace coincé entre deux portes et deux fossés, pièces maîtresses des fortifications de Dreux. Les deux fossés ont été remplis d’eau par détournement de la Blaise après le siège d’Henri IV en 1591. Ils subsistent encore: le bras de l’Ecluse est découvert et le bras des teinturiers coule sous le quai aux arbres. Cet ensemble constituait l’entrée principale fortifiée de la ville. Plusieurs chemins y convergeaient venant de Nogent le Roi par Saint Denis, de Chartres par Saint Martin, Senonches et Brezolles par la rue des embûches. Deux ponts levis successifs permettaient aux attelages de passer sous la porte Saint Denis puis sous la Porte Chartraine. Cet espace, nommé place de la Poissonnerie, entre les deux portes fortifiées recevait les «estaux» des poissons de mer, ceux des poissons d’eau douce étant installés sous la halle de la Grande Rue. Les fortifications de la ville devenues inutiles et non entretenues se sont peu à peu transformées en ruines tombant dans les bras de la Blaise. La porte St Denis fut détruite en 1771. De la Porte Chartraine il ne reste qu’une petite partie: la tour Hennequin, qui fut probablement au XIV° siècle une prison et maintenant le restaurant crêperie «la tourelle».

la-porte-chartraine-en-1850.jpg

Dessin de 1850 dans lequel on voit la deuxième tour peu avant sa destruction

Passons le pont et entrons dans la vieille ville.

Nous nous trouvons dans l’axe principal de la vieille ville : Porte Chartraine, Saint Pierre, Sénarmont jusqu’à la porte «Neuve». Un autre axe traverse la ville, celui de la « route de Paris à Brest» de la Porte Parisis à la porte d’Orisson (Bois sabot). Ces deux axes correspondent aux quatres portes de la ville fortifiée et sont reliés par la Grande Rue. Le reste de la ville n’est constitué que de petites ruelles, impasses et cours insalubres. Les places Métezeau et Rotrou ne seront ouvertes qu’au XIX° siècle. L’axe de la route de Bretagne est surtout résidentiel, longeant les services du Comté (Bourg clos, Grenier à sel). La Grande Rue participe en grande partie à la vie communale: Le Beffroi (Hôtel de ville), l’Hôtel Dieu (hôpital) les halles aux blés, aux draps voire aussi le gibet. L’axe de la Porte Chartraine à la Porte neuve est surtout consacré aux commerces, à l’artisanat et au religieux (Eglise et cimetière).

Rue Porte Chartraine : Le Syndicat d’initiative de Dreux et du Pays Drouais  y fut installé  de 1962 à 2001.

La rue des Changes : Actuellement une ruelle entre le Beffroi et l’angle de la rue Porte Chartraine où se faisait le change des monnaies. Les Comtes de Dreux purent battre monnaie jusqu’au règne de Charles V (XIV° siècle). La rue des changes faisait un arc de cercles autour de ce qui n’était pas encore la place Métezeau jusqu’au cimetière près de l’église Saint Pierre.

Le Beffroi : Construit entre 1512 et 1537, il symbolisait l’indépendance de la ville face au pouvoir royal (Le château et son Comte) et au pouvoir religieux (La Collégiale St Etienne et ses chanoines).

Dans 15 jours nous continuerons par la rue St Pierre et de Sénarmont.

A bientôt, si Dreux le veut bien.  

Repost 0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 07:00
victor-hugo-par-ad-le.jpg
VICTOR HUGO A LA RECHERCHE D'ADELE A DREUX .

Etant un peu à court d'idée pour mon blog je vous propose d'écouter le texte que j'ai lu dernièrement au micro de Radio Grand Ciel. 

Il s'agit du texte (avec de nombreux écrits de la main de Victor Hugo) lu par nos amis du Cercle Laïque de Dreux lors des journées du patrimoine des 18 et 19 Septembre 2010 pendant la visite de la ville autour du thème "Victor Hugo à Dreux".  Texte que je reprends modestement ici :  (Victor à 19 ans dessiné par Adèle.)

Pour revoir ma note des journées du patrimoine, sur le blog :

http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/article-sur-les-pas-de-victor-hugo-a-dreux-57582553.html 

et pour lire le texte cliquer sur :

SUR LES PAS DE VICTOR HUGO A DREUX.

Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 07:00

simplet

Vers 1960 dans l' "Action Républicaine"je lisais des petites chroniques humoristiques sur la vie quotidienne à Dreux.Ces petits billets signés "SIMPLET", un râleur impénitent, se terminaient souvent par une supplique à un mystérieux ami QUI DE DROIT. Permettez-moi, de temps en temps de faire mon SIMPLET en vous envoyant ces petits billets d'humeur et en invoquant notre ami QUI DE DROIT.  En faisant attention à ne pas trop écouter le faux ami ASQUONMADIT.   

 ==============================================================================================

 POLE GARE :

 EXIT LA CRECHE, BONJOUR UN CENTRE COMMERCIAL.  

En visitant l'expo "Pole Gare" à la chapelle de l'Hôtel Dieu, j'ai ressenti  une grande angoisse en voici la cause :  Une projection dans le futur vue du Boulevard Louis TERRIER:

Hotel Dieu PoleGARE ST MARTIN

La crèche a disparu ainsi que la cour de l'école St Martin....

Comparons avec une photo actuelle:

Hotel Dieu PoleGARE ST MARTIN photo actuelleNotre ami  QUIDEDROIT affirme que ce bâtiment typique des années 1920 n'a aucun intérêt .. . Beaucoup de Drouais n'ont pas la même opinion.

Pourquoi pas, puisque les enfants du centre ville n'ont plus besoin de crèche, ne pas faire de ce beau bâtiment une annexe du Musée, un peu à l'étroit dans son ancienne chapelle.

Quant à faire un centre commercial, commençons d'abord par donner des successeurs aux feux "Eurodif"," Leader Price" "Diagonal" etc et j'en passe, avant de fabriquer artificiellement un centre commercial. D'où viendront les clients ? Des parisiens descendant à la gare de Dreux pour faire leurs courses ???.

Ami QUIDEDROIT soyez raisonnable.......

Repost 0
Published by pierlouim - dans -BILLETS DE SIMPLET.
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 07:00

     Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la cinquante neuvième DUROCASSERIE
   
 

============================================================================================== 

 

LIEUX DROUAIS: RUE SAINT MARTIN (3)

 De la Blaise à la Blaise.

Continuons de descendre la Rue St Martin vers le centre ville.

Nous traversons la Blaise. Le pont de pierre aurait été construit en 1756 aux frais du roi de l’époque, Louis le bien aimé (quinzième du nom)

L’école primaire Saint Martin: Ses bâtiments ont une valeur historique indéniable puisqu’ils proviennent d’un hôtel particulier que les Drouais appelaient la maison du gouverneur. Cette construction de style Louis XIII fut érigée probablement à la fin du XVI siècle. Une légende peu fondée raconte qu’Henry IV aurait couché dans cette demeure près des murs fortifiés de la ville, lors d’un siège qu’il mit devant Dreux en 1590 ou 1593. En fait, on ne sait pas quand et pour qui fut édifié cet hôtel, probablement pour un gouverneur de la ville. Cette charge étant devenue purement honorifique à la fin du XVII° siècle, le gouverneur résida alors au château de Fermaincourt.

L’hôtel de la rue St Martin fut ensuite attribué aux sous-intendants de Dreux, ayant pour principale fonction de percevoir l’impôt, particulier la taille. Puis, un ancien valet de Mme de Pompadour, la famille du docteur Guersant et la famille Desmousseaux habitèrent  cette vaste demeure. Le dernier des propriétaires «privé» fut Esprit Constant de Couasnon. A son décès en 1855, sa veuve légua l’immeuble à l’Institut des Frères des Ecoles chrétiennes pour en faire un pensionnat de jeunes garçons, le «Pensionnat St Pierre». En 1877 les vieux bâtiments furent détruits, et  remplacés par la construction de l’immeuble actuel.

17 Novembre 1870: Lors de la guerre franco prussienne, après de rudes combats, les  Mobiles français ne purent empêcher une armée de 5000 Allemands d’entrer dans Dreux par la rue St Martin.

Le frère directeur du Pensionnat St Pierre ouvrit une «ambulance» dans les locaux de l’école religieuse. Des Drouais courageux se rendirent sur le champ de bataille entre les Rochelles et Nuisement pour relever les blessés, les transporter et les soigner rue St Martin. Arrêtée par les Prussiens, Mme de Montgomméry à la tête des sauveteurs fut relâchée à condition de ne pas faire de différence entre Français et Allemands blessés. Ce fut les débuts de la croix rouge à Dreux.

1905: Après la séparation de l’Etat et de l’Eglise, le pensionnat fut transformé par la municipalité en une école primaire de filles. Le pensionnat st Pierre reprit ses activités dans un autre lieu en 1934 grâce en partie au legs de la veuve de l’ancien maire Louis Victor Dubois.

La rue Desmousseaux: Antoine Desmousseaux  né à Rouen en 1757 et mort à Dreux en 1830 fut préfet et baron du premier Empire. Son fils, Bernard Desmousseaux de Givré, (Vernouillet 1794 -Paris 1854) écrivain, ami de Chateaubriand fut nommé secrétaire d’ambassade à Londres puis à Rome. De 1837 à 1851. Desmousseaux devint député d’Eure et Loir et fut le principal artisan du passage du chemin de fer à Dreux.

Rue-st-Martin-Hotel-de-France.jpg

L’Hôtel de France: Cet Hôtel Restaurant fermé depuis quelques années et transformé en appartements fut le plus bel hôtel de Dreux. . Il eut malheureusement comme hôte indésirable pendant les heures sombres de Dreux la «Feld Gendarmerie» de l’occupant germanique.

 

Dans 15 jours nous continuerons notre la visite des lieux drouais en entrant en centre ville par la porte chartraine en traversant un autre bras de la Blaise.

A bientôt, si Dreux le veut bien

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 07:00

flora gallica logo

 Samedi 22 Janvier 2011 "Flora Gallica" tenait dans ses locaux de l'Ecomusée des Vignerons et Artisans Drouais comme chaque année son assemblée générale.

 Petit clin d'oeil ": la présence de Xavier LOISELEUR-DESLONGCHAMPS descendant direct du grand botaniste drouais auteur de l'imposant dictionnaire des plantes de France (1805-1819) en latin "Flora gallica" dont l'association drouaise a pris le nom. 

 

 

 

Flora Gallica-Assemblée Générale 2010 .présidence.

Le Président François FILLON a rappelé les principaux événements pour "Flora Gallica" en 2010.   D'abord en chiffres : 248 adhérents à jour de leurs cotisations. 3858 visiteurs dont 18 groupes(Contre 4118 en 2009 mais en 2006). Le nombre de visiteurs aurait certainement atteint voire dépassé les 4000 si une malencontreuse panne informatique n'avait privé pendant plusieurs jours l'association de téléphone et d'internet, ce qui a probablement nuit aux réservations. Cela c'est terminé par un changement d'opérateur et d'indemnités.

Flora Gallica-Assemblée Générale 2010 assistance

Flora gallica a participé a de nombreuses manifestations (Ivry la Bataille, St Lubin, St Germain sur Avre, fête des moissons à abondant etc.. sans compter à Dreux: Naturalies, Journées des associations, Nuit des Musées , Marché de Noël. etc..sans oublier la participation du jardin médiéval aux Journées des Jardins en juin.

Flora Gallica a aussi reçu des manifestations diverses. Bref trois à quatres sorties ou réceptions par mois.

Cette année les vendanges du clos St Thibault ont été bonnes : Récolte de 1200Kg de raisins qui donneront environ 830 litres de vin mis en bouteille fin juin début Juillet 2011..

Malgré la diminution du nombre des pommiers à cidre dans la région drouaise, Fora Gallica a pu recevoir 3 tonnes de pommes pour 1100 litres de cidre.

Flora Gallica-1Assemblée Générale 2010 Machine à papier

 Flora Gallica a fait de nombreuses et intéressantes acquisitions, entre autre des casiers à imprimerie, une maquette de la machine à papier de Nicolas Robert (photo -jointe), un "déjeuner de berger" en poterie de Brissard ainsi qu'une carte de la région drouaise du début du XIX siècle.  

L'année 2011 devrait connaître une extension du site internet et une collaboration étroite entre l'Ecomusée des vignerons et artisans drouais et le Musée Marcel Dessal et l'Office du tourisme de Dreux agglomération ainsi que l'association VEAA d'Abondant pour les poteries anciennes d'art populaire de Brissard.

Flora Gallica-2Assemblée Générale 2010 poterie de brissa

L'avenir des cinq employés a été évoqué en présence de la représentante de la municipalité.

Le souvenir des adhérents de l'association décédés en 2010 fut honoré,  en particulier celui de l'ancien Maire Jean Hieaux sans qui l'Ecomusée du prieuré St Thibault n'existerait pas.  

L'assemblée s'est terminée autour de la traditionnelle galette des rois et du cidre maison (A agiter modérément. ) 

Voir le site de FLORA GALLICA : www.museedudrouais.com/    

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 07:00

Hotel Dieu Pole gare affiche

Dans la Chapelle de  l'Hôtel Dieu de Dreux une exposition :

 "Pôle Gare 140 ans d'existence" Une évolution en accord avec la croissance de la ville. " 

La réflexion sur l'aménagement du quartier de la gare de Dreux se poursuit dans le cadre du projet "Coeur d'agglo". Cette exposition relate les premier projets concernant le quartier de la gare.  "En 2006, 700 personnes prenaient le train chaque jour en direction de Paris. Il y en avait près de 3000 l'an passé".  

Une grande ambition. Mais sera t-elle réalisée?. La concertation devrait se poursuivre avec la population drouaise au printemps prochain.  

Cette exposition qui pose plus de questions que n'apporte de réponse est visible du mercredi au samedi.

 

Hotel Dieu Pole gare SALLE HOTEL DIEU

Hotel Dieu Pole gare 140ans affiche

Hotel Dieu Pole gare 140 ns ville en évolution.

 Hotel Dieu Pole gare historique..

 Les points noirs autours de la gare :

Hotel Dieu Pole points noirs

 Le tunnel de St Denis qui ne laisse pas passer camions de pompier et ambulances.

Hotel Dieu Pole passage st denis

Le pont de St Martin construit en 1870 et beaucoup trop étroit.

 Hotel Dieu Pole passage stMARTIN

La Gare dans l'avenir. Les voies sont couvertes par un toit. Est-ce réalisable ?... A voir........

Hotel Dieu Pole gareEN COUPE

Une exposition très instructive à voir par tous les habitants de Dreux.

Hotel Dieu Pole gare la gare.1

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 07:00

Du 04 Décembre 2010 au 23 Janvier 2011à Montulé Maison des arts de Dreux une exposition-rétrospective de Patrice HUGNET. 

Montulé Hugnet4Montulé Hugnet;3

Montulé Hugnet5

Montulé Hugnet6

 Montulé Hugnet;1

Montulé Hugnet7

Montulé Hugnet9

Montulé Hugnet8 Montulé Hugnet10

 

Plus que deux jours (jusqu'au 23 Janvier pour admirer cette intéressante exposition à Montulé Maison des Arts.)

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 07:00


"Découvrez le court métrage réalisé au printemps dernier par des "anciens" de l'ODARPA et les jeunes de l'IFAC des Bâtes, les Fenôts  dans le cadre de "Regards jeunes sur la Cité 2010".

Le film "Eugène" s'est classé quatrième (sur 180 films) dans cette opération de raprochement des générataions.

Dans une maison de retraite, un patient nostalgique de son passé se remémore ses jeunes années durant la 2éme Guerre Mondiale. Une jeune infirmière prise d'amitié pour lui l'aide à réaliser un souhait enfoui depuis longtemps en lui: retrouver des amis qu'il avait aidé autrefois.

 

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 07:00

 Dans les années 1950/60 les grands cirques viennaient à Dreux, place Mésirard. Souvent  la seconde partie du spectacle était consacrée à l’enregistrement d’émissions de radio (R.T.L.) comme le fameux « Quitte ou Double ».  Pour voir ou revoir mes articles sur les cirques d'Antan et Marcel fort, cliquer sur : 

http://lesdurocasseriesdepierlouim.blog50.com/archive/2007/06/13/l-album-photo-drouais-d-une-casteroussinne.html

J’ai pu applaudir au cirque Pinder des chanteurs célèbres à l'époque : Luis Mariano, André Claveau et John William.

J'ai appris avec tristesse le décès ce 10 Janvier 2011 de ce chanteur crooner franco-Ivoirien dont j'apréciais la voix grave et chaude. Dommage qu'il fut déjà oublié avant de disparaître.

    john william 1a

Il s’appelait, Ernst Armand Huss mais il était plus connu sous le nom de John William. Le crooner connu pour avoir chanté les versions françaises de chansons de films internationaux est mort samedi à Antibes, à l’âge de 88 ans. Parmi ses tubes :  

On lui doit aussi le générique de « Thierry la Fronde », une des séries télé les plus populaires.

  Enlevé à sa mère

Et pourtant la vie de John William ne ressemble en rien à une opérette. Il est né en 1922, à Grand Bassam, en Côte d’Ivoire d’un père alsacien colon et d’une mère ivoirienne. Enlevé à sa mère à l’âge de 18 mois, il est confié à une lointaine parente six ans plus tard dans un village de Seine-et-Marne. 
  Torturé par la Gestapo

À 17 ans, il entre chez Renault comme apprenti ajusteur-outilleur à Boulogne-Billancourt. En juin 1943, il est réquisitionné par le Service civique rural, afin de remplacer des paysans prisonniers en Allemagne. Il travaille à Montluçon pour une usine qui travaille pour l’aviation allemande. En 1944, après l’explosion de l’usine, il est arrêté et torturé par la Gestapo. Il ne livre pas le nom de l’auteur de l’attentat, un camarade de l’usine.

  Déporté au camp de concentration de Neuengame

En mars 1944, Ernst Armand est déporté au camp de concentration à Neuengame, près d’Hambourg. Il doit sa survie à ses connaissances techniques. Les nazis le font travailler comme ouvrier-ajusteur dans une usine d’aviation. Il est libéré en avril 1945.

Paquebot France

De sa déportation, Ernst Armand Huss retire une foi en Dieu. Il a aussi découvert sa voix. Il s’en servait pour réconforter ses camarades de camps.

De retour à Paris, l’usine lui rappelle trop le malheur, il prend des cours de chant et choisit le nom d’artiste John William.

Il est le premier à chanter le negro-spiritual en France. Il est le chanteur attitré du paquebot France.

En décembre 2005, John William a été fait chevalier de la Légion d’honneur   

 

Ecoutez "Si toi aussi tu m'abandonnes...
Une vidéo présentant les pochettes des microsillons les plus populaires de John William. 
(Eventuellement arrêtez le son du  post Deezer) 
Repost 0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 07:00

   Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la cinquante huitième DUROCASSERIE
   
 

==============================================================================================  

LIEUX D’HISTOIRE DROUAISE

    Rue Saint MARTIN-2-Du pont du chemin de fer à la Blaise.

Continuons notre promenade et descendons la Rue Saint Martin vers le centre-ville.

-Le pont du chemin de fer : En 1863 lors de l’inauguration de la ligne Paris-Dreux, malgré les demandes de la municipalité drouaise aucun pont ni tunnel n’étaient construits dans la ville (Ainsi existaient trois passages à niveaux: à Comteville, pour la nationale 12, au Bléras et au haut de la rue St Denis). Lors de la prolongation de la ligne de Dreux vers Granville inaugurée en 1870, un pont fut enfin construit pour permettre la circulation venant de la route de Chartres, sans éviter cependant un passage à niveau aux Corvées qui reste le seul encore en activité à l’intérieur de la ville de Dreux.

-Le tramway de Brezolles. Pendant plus de trente ans de 1899 à 1931 fonctionna un tramway entre Dreux et Brezolles. En cahotant et déraillant souvent, le tramway partait de la place de la gare, dévalait l’actuelle rue du bois des Fosses, traversait la rue St Martin à la hauteur du rond-point, se frayait un chemin parmi des jardins maraîchers, (Avenue de Melsungen), puis s’arrêtait à la station de la place du vieux pré (dont la maisonnette était encore visible vers 1960), puis à la station de la Place de la Bonde (Marché couvert) obliquait à angle droit devant le tribunal vers la rue St Thibault et après un dernier arrêt dans Dreux filait poussivement, à vingt à l’heure vers Brezolles

St-Martin-tramway-copie-1.jpg

-L’Octroi de St Martin. Comme au passage à niveau de Saint Denis et aux autres entrées de Dreux, existait à St Martin une barrière d’octroi qui permettait à la Ville de percevoir des taxes sur les marchandises entrant dans son territoire. Un conflit opposa vers 1900 l’Octroi à la société du tramway car les voyageurs pouvaient se soustraire à l’impôt.

dalou prieuré 2

-Le Prieuré et la chapelle St Martin: La Rue Saint Martin, longtemps dénommée «Rue du faubourg Saint Martin» suit probablement le tracé de l’ancienne voir romaine reliant la cité Durocasse à la capitale des Carnutes. Son nom provient d’un prieuré qui s’élevait autour d’une chapelle dédiée à St Martin construite avant le XIème siècle et dépendant de l’abbaye de Saint Germain des Prés de Paris. Le prieuré détruit à la Révolution se trouvait à l’emplacement actuel de la maison de retraite qui a naturellement reçu le nom de «Prieuré».

-Après la guerre 39/45 se trouvaient à cet endroit les services techniques de la ville de Dreux. En 1967 ils laissèrent la place à la maison de retraite qui après quarante ans de bon fonctionnement mais n’étant plus aux normes fut détruite et reconstruite en 2006. Dans la cour d’entrée du «Prieuré» une statue en bronze d’Aimé Jules DALOU (1838-1902) représente un paysan retroussant sa manche de chemise avant de travailler aux champs. L’original se trouve au musée d’Orsay à Paris.

-Passons devant l’ancienne devanture du Savoy, un bar à la sulfureuse réputation au milieu du siècle dernier, pour nous arrêter avant le pont de la Blaise au numéro 69 de la rue St Martin à l’angle de la rue du Docteur Jousselin.

 -L’équipe du Drouais Magazine vous y attend pour vous souhaiter, chers amis lecteurs, une nouvelle année pleine de joie et de bonheur. Je joins mes vœux pour 2011 «A Gui l’An neuf» comme disaient nos ancêtres Gaulois Durocasses.

 

Dans 15 jours: Rue St Martin (3): De la Blaise à la Blaise. 

 A bientôt, si Dreux le veut bien. 

Repost 0

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt