Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 07:00

 

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..
Pour vous permettre de lire ou relire  le feuilleton depuis le
début :cliquez sur :
 http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
--------------------------------------------------------------------------

1 9 60- La pension (Quatrième partie.)

 

D'aucun pourront s'étonner que je n’écrive rien sur mes congénères internes. En fait, je reste très solitaire. Dans cette première année de pensionnat versaillais, j’ai bien quelques copains, des camaraderies, mais pas encore d’amitiés solides dont je pourrais garder le souvenir.

 

En juin je passe le certificat d’études primaires  à Versailles.

Je n’ai pas suivi de préparation spéciale. Tout c’est bien passé dans l’ensemble :

 

Deux souvenirs cependant :

 

-Les épreuves « sportives » au stade des chantiers. Sans entraînement, sans rien. Courir 50 mètres sur un semblant de piste poussiéreuse. La première fois que je lance, han ! Le poids, bof, à trois mètres, bel exploit.

 

-L’épreuve de chant. Devant deux examinatrices. Je chante, chantonne vaguement de travers, « l’Eau vive » de Guy Béart.

-« Ma petite est comme l’eau, elle est comme l’eau vive, coule, coule personne ne te rattrapera » Les examinatrices hilares je ne sais pourquoi, me demandent finalement de chanter la Marseillaise. Je me dresse et clame : « allons enfants ».  Et là, c’est toutes les personnes dans la salle qui sont bouches bées. Les deux dames m’intiment l’ordre en rigolant de m’arrêter.

 

L'eau vive par Guy Béart.

 

Finalement je l’ai eu ce certif. J’ai cru comprendre que je me trouve à la quarante neuvième place de tout le département de la Seine et Oise. (Sur deux ou trois milles certifiés primaires. Pas mal non) Les cent quarante postulants de la « boite à Jules » sont tous reçus. Le taux de réussite à cet examen fut d’un peu moins de soixante pour cent pour toute la France.

Je vais recevoir pour la peine un beau dictionnaire de poche Larousse.

Les prix du Collège, sont distribués probablement pour la dernière fois dans un vieux cinéma de la rue de Sceaux. J’y assiste avec Maman qui a eu l’occasion de parler avec Melle Rose qui n’a pas dit trop de mal de moi, car je suis admis sans problème à passer en classe de troisième ….

 

1960-radio-3.JPGPour mes 14 ans, mes parents m’offre un poste de radio à transistor et à pile. Le cadre est encore en bois. C’est pratique, je peux l’emmener partout. Bien sur je ne l’emporterai pas en pension.  

A Noël dernier mes parents m’avaient offert un tourne disque de marque « la voix de son maître ». Je leur avais donné comme argument l’aide que cet appareil pourrait m’apporter pour apprendre l’Allemand avec la méthode Assimil.

 En fait j’ai très vite détourné l’utilisation de cet électrophone vers un usage plus prosaïque. J’achète avec mon argent de poche à la boutique de  "la rose des vents"  à Dreux, rue Saint Pierre quelques disques : Guy Béart (« l’eau vive » du certificat), Jean Ferrat, Henri Salvador, des comiques comme Robert Lamoureux ou Jacques Bodoin avec Philibert.

Quant aux disques Assimil je les ais mis assez vite au rancart.

 

Je n’ai pas eu le choix pour la langue étrangère à étudier. N’ayant pas fait de sixième ni de cinquième, je ne peux étudier la langue suprême qu’est l’Anglais mais dois  attraper en quatrième une seconde langue : l’Allemand est pris pour moi comme première et dernière langue. Personnellement je ne me plains pas.

 J’aime  bien cette langue que l’on dit (à tort, selon moi) difficile.

Il me sera presque impossible par la suite d’apprendre l’Anglais, cette langue horrible à prononcer.

 

Après des vacances avec mes parents dans le Pas de Calais, Arras, Boulogne,  la rentrée de septembre arrive vite.

Mais pour moi cette deuxième rentrée se passe sans surprises :

Je suis un ancien maintenant…..

 

========================================================================

A SUIVRE : Jeudi prochain : 1960 (cinquième partie).
  
  
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail
Pierlouim@cegetel.net 
 

Repost 0
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 07:00

LA CAMBIALE DI MATRIMONIO

(ou le Chèque mariage) de Gioacchino ROSSINI par le Centre Lyrique Clermont Auvergne.  (vendredi 23 Avril 2010 )au théâtre de Dreux.

Un opéra écrit il y a juste deux cent ans  (1810) par un jeune compositeur de dix huit ans : Rossini. 

theatre-opera-cambiale-di-matrimonio.-1.jpg

theatre-opera-cambiale-di-matrimonio-2-5399.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 theatre opéra cambiale di matrimonio 2

 

 Le mieux est d'écouter et de voir quelques extraits :   

 

1-La fille vendue par son père à un riche américain se rebiffe et clame à ce dernier qu'elle n'en veut pas.

 

2-Le dénouement : Le père ne décolère pas que l'amèricain ait décidé de laisser la jeune fille à son amoureux. 

 

3. Le final.  

 

Repost 0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 07:00


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante troisième  DUROCASSERIE: 

=========================================================================================

 

 

LES DROUAIS DANS LA TOURMENTE  DE 1870 :

 

 

-LES ANONYMES: Un monument dans le cimetière de Dreux entretient la mémoire des Drouais morts pendant les combats de cette guerre. 

1870-monument-guerre-70-cimetiere-Dreux.JPG 

-LES MAIRES DE DREUX :

-Eugène Charles BATARDON (1818-1895) Maire de Dreux depuis février 1869.

Le 8 Octobre 1870 il interdit à un groupe d’éclaireurs Uhlans de pénétrer dans la ville. Le 11, après l’incendie de Chérisy par l’ennemi il décrète Dreux «ville ouverte» pour éviter le sort tragique de la ville voisine. Les allemands se contentent de traverser Dreux sans y stationner. Emile LABICHE, Préfet de l’Eure et Loir furieux de ce qu’il considère comme une trahison, destitue BATARDON et le fait transférer à Tours devant le tribunal du Gouvernement provisoire, qui le remet très vite en liberté. Ironie de l’histoire: le 20 Octobre, le Préfet LABICHE se porte lui-même en calèche avec un drapeau blanc au devant de l’armée prussienne pour traiter la capitulation de Chartres.

-Elie TILLEUL (1804-1893) Maire de Dreux du 11 Octobre 1870 au 18 Avril 1871.

C’est lui qui négocie au soir de la bataille du 17 Novembre la reddition définitive de Dreux.

BATARDON est  à nouveau maire du 19 Avril au 22 Mai 1871.

 

-LE TEMOIN:

 -Charles Arsène DE COYNART (né en 1814 à Dreux) Commandant de la Garde nationale sédentaire de Dreux. En 1872 il fait paraître en recueil sa correspondance avec son frère habitant Trouville (en zone non occupée par les Allemands). Ce livre «La guerre à Dreux-1870/1871» sert de référence pour connaître cette période drouaise douloureuse. (On peut le lire à l’Odyssée).

 

1870-c-beaurepaire.jpg-LE HEROS:

  -Le commandant BEAUREPAIRE : (né en 1830 prés de Caen).

 

 

 Le 18 Octobre, le Lt Colonel de Beaurepaire commandant les mobiles du Calvados, désireux de surveiller des troupes ennemies signalées à Marolles, grimpe en haut de la Chapelle Royale.

 

 Sur le toit il glisse, traverse la verrière du dôme et se tue en tombant sur le carrelage de la Chapelle.

 

-LES DEUX EXTREMES:

1870---general-Ildefonse-FAVE.jpg-Le Général Ildefonse FAVE est né le 12 Février 1812 à Dreux. Comme les autres généraux drouais De BILLY, SENARMONT, DOGUEREAU c’est un artilleur. Mais FAVE est surtout un grand théoricien connu par la publication de nombreux ouvrages sur l’artillerie (Dont un cosigné avec le futur Napoléon III). Ancien élève de l’école polytechnique il y devint professeur puis le Commandant en 1866.

 

Quand éclate la guerre de 1870, le général FAVE, replié sur Paris, commande l’artillerie d’une partie des forts défendant la capitale. Il est blessé pendant la bataille de Champigny.

 Le général FAVE meurt à Paris le 14 Mars 1894.

 

delescluze-caricature.jpg-Charles DELESCLUZE: J’ai eu l’occasion en octobre dernier de vous parler de ce Drouais révolutionnaire surnommé par ses contemporain «Barre de Fer». Il aurait eut deux cent ans en 2009. Républicain acharné il s’opposa sans concession au second Empire et passa une partie de sa vie en exil, en prison ou au bagne. Il mourut sur une des barricades de la Commune le 25 Mai 1871.

 

Ces deux natifs de Dreux n’étaient pas très aimés de leurs contemporains. L’un pour avoir été trop prés du régime impérial (aide de camps de Napoléon III). L’autre pour sentir le souffre de cette période détestée par la troisième République que fut la Commune, triste épilogue de la guerre de 1870.

 

Dans 15 jours : plus gai : Anecdotes drouaises pendant la guerre de 1870.

Voyages en Ballon.

A bientôt, si Dreux le veut bien

========================================================================

Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 

====================================================================== 
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail

pierlouim@cegetel.net    

Repost 0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 07:00

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

Pour vous permettre de lire ou relire  le feuilleton depuis le
début :cliquez sur :
 http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
--------------------------------------------------------------------------

1 9 60- La pension (Troisième partie.)

 

Le professeur de mathématiques est tout jeune. C’est sa première année d’enseignement. Tout frêle dans sa grande blouse blanche.  C’est un espagnol, il est arrivé enfant réfugié avec ses parents en France lors de la guerre civile.

Il nous parle beaucoup de la situation actuelle de l’Espagne, du dictateur Franco. Etc. C’est un professeur engagé comme on ne dit pas encore en 1959. Je le préfère plus en  historien contemporain que lorsqu’il essaye de nous enseigner les mathématiques. Malgré mon peu d’appétit pour cette matière et par le retard pris pour n’avoir pas suivi les cours de sixième et de cinquième j’arrive assez bien à comprendre ses cours. Délaissant un peu le programme et son algèbre classique il nous démontre l’utilité des mathématiques modernes, et de la théorie des ensembles. Cette théorie toute nouvelle qui va révolutionner notre approche du monde, en mathématiques bien sûr , mais aussi en grammaire, en apprentissage de la lecture et aussi dans ce truc bizarre à venir : l’informatique

 

Un dernier portrait de professeur. Monsieur Lecoq. C’est le professeur de Dessin. Il professe dans un bâtiment en préfabriqué isolé du reste du collège, presque au milieu du minuscule terrain réservé aux sports. Les fenêtres sont grillagées car souvent bombardées de ballons de basket ou de foot. Il ne s’agit pas vraiment d’une classe, mais d’un atelier  capharnaüm jules-ferry-dessin-lecoq.jpgrempli de placards et de trucs en tous genres, vases, plâtres, affiches.

 Le maître des lieu est un petit bonhomme en blouse bleue aux taches de couleurs multiples,  aux cheveux noirs taillés en brosse, de grosses lunettes rondes en écaille et surtout, surtout, un mégot en permanence à la bouche. A l’intérieur de cet antre mystérieux, un nuage de fumée continuel. En deux heures de cours Monsieur Lecoq grille pratiquement un paquet de gauloises troupes papier maïs. Il tousse beaucoup et nous aussi d’ailleurs. Selon moi ce tabagisme effréné ne fera pas de lui un centenaire.

Pourtant c’est un dessinateur reconnu. Il assure l’illustration de nombreux livres : romans, essais, etc.

Dans ce que l’on peut quand même appeler sa classe, nous pouvons bouger, nous lever de notre place, table ou chevalet, voir ce que font les autres, critiquer, conseiller, parler et aussi travailler, créer des œuvres impérissables. Mais  Mr Lecoq a institué un règlement assez strict (règlement que je retrouverai plus tard dans les cours de dessin pour adultes) : A chaque fois qu’un gros mots est prononcé,  une pièce d’un nouveau franc doit être immédiatement  déposée dans une tirelire. Personnellement le mot de Cambronne m’arrive facilement aux lèvres : une mine de crayon qui casse, une tache de peinture inopportune, une gomme qui fait un trou dans le papier, bref tous les aléas lié au métier d’apprenti artiste. Je suis ainsi l’un des plus gros généreux donateurs de la tirelire. Le contenu fait de pièces sonnantes et trébuchantes sert à l’achat de fournitures non contrôlées par l’Administration : Papier, couleurs, etc.

Curieusement des six professeurs dont je viens de parler, aucun ne ferra la prochaine rentrée en Septembre 1960. Je ne les aurais connus qu’une année scolaire. A partir de la rentrée en troisième j’aurai des professeurs plus conventionnels et que je suivrai plusieurs années de suite.

Je ne peux oublier un autre personnage connu lors de ma première année de ma vie d’interne. : « Titine » l’Infirmière.

 

L’infirmerie se trouve sous les toits.

Deux petites pièces pour les soins. Une chambrée de quatre ou cinq lits pour les cas à surveiller. L’infirmière que l’on nomme « Titine » occupe un petit deux pièces contiguë aux locaux infirmiers. Titine est une petite bonne femme prés de la retraite aux cheveux rares et blancs bleutés, à la blouse de nylon rose et toujours en mouvements ne se laissant pas faire par les garnements que nous sommes. Pas question de lui dire n’importe quoi pour se faire dispenser de cours de gym... C’est elle qui assiste le médecin scolaire pour faire les visites annuelles. Après nous avoir pesé, toisé, elle nous faire pipi dans un petit bocal de verre. Je lai vu faire bouillir dans une casserole en bain marie sur un petit réchaud électrique les bocaux d’urine pour les analyser en y plongeant des produits bizarres.

Le soir avant de se coucher, les internes peuvent aller en pyjama à l’infirmerie s’ils ne se sentent pas bien ou s’ils doivent prendre des médicaments spécifiques.

Tous les jeudis matin, à la cantine au lieu du café au lait habituel nous est servi du mauvais chocolat. Dans la matinée des violents maux de têtes m’assaillent. Je vais voir Titine Qui commence par ronchonner, c’est son habitude, puis estimant que je digère mal le chocolat me fait un mot pour le « surgé ». Dorénavant, le jeudi je prends mon petit déjeuner  à une table où est servi spécialement du café à des petites natures comme moi. Ayant attrapé une sorte de grippe je passe 4 jours à l’infirmerie, au calme, au chaud, loin du dortoir bruyant. Finalement Titine est très gentille et je me fais chouchouter.

 

========================================================================

A SUIVRE : Jeudi prochain : 1960 (quatrième partie).
  
  
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail
Pierlouim@cegetel.net    

 

 

Repost 0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 07:00

logo_afcvm.gifafcvm-depanneur-1.jpgJ'ai reçu un message du Président  de l'AFCM -

ASSOCIATION FRANCAISE DES COLLECTIONNEURS DE  VEHICULES MILITAIRES

-Qui a son siège à la Mairie de Dreux et le Local assiociatif (ou l'on peut voir la collection de véhicules militaires) au

 2 rue du Gué aux ânes à Dreux.:

 

 

Une collecte de bouchons en plastique est actuellement mise en place au profit de l'association « le petit Marc ».
 Marc est un petit garçon, âgé de 10 ans vivant à ORLEANS, atteint d'une maladie orpheline : "le syndrome de Nétherton" (voir lien ).petit marc
Cette collecte de bouchons permettrait, grâce à leur vente, de réaliser des projets pour Marc (le rêve de Marc est d'aller à Barcelone voir un match de foot).
Tous les bouchons en plastique sont collectés : eau, lait, dentifrice, shampoing, couvercle de Nutella, moutarde, bouchons verseurs lessives et assouplissants. Grâce à la vente des granules plastiques issus de ces bouchons, la somme est versée aux associations pour soutenir des actions en faveurs des enfants handicapés.
En mettant de coté ses bouchons, chacun peut aider concrètement et financièrement.
 
J'ai pensé que l'AFCVM ( Association Française des Collectionneurs de Véhicules Militaires ) dont le siège est à la Mairie de DREUX, pouvait s'associer à cette oeuvre humanitaire et je sais compter sur vous tous.
 
Si vous désirez participer, faites moi parvenir vos bouchons en les déposant à notre local associatif sis 2 rue du gué aux ânes à DREUX quand nous sommes ouverts. Pour le savoir prendre contact avec moi même par mail ou téléphone : 06 03 32 26 73 ou M. MONNIER Bernard au 06 36 14 49 99  
Je ferai parvenir ces bouchons à ORLEANS où l'association "le petit Marc" prendra le relais.

Merci de votre solidarité  pour Marc et ses parents.

 Michel ARGENCE Président AFCVM

 

Pour connaitre le petit Marc. :

http://lepetitmarc.allmyblog.com/

 

 

Si vous voulez revoir la note faite en octobre dernier sur l'AFCVM :

DREUX PRIS DANS LA TOILE -6-Véhicules militaires au Gué aux Anes.

Repost 0
Published by pierlouim - dans -BREVES DROUAISES.
commenter cet article
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 07:00

jeux de l'esprit affiche 2Dans le cadre du festival des jeux de l'esprit à Dreux était organisé

entre autres Dictée, Quizz Découverte de Dreux agglomération,

Tournois de  :

poker, belote, scrabble Pyramide, d'échecs ou  jeux en bois etc..)

samedi 17 Avril un match de théatre d'improvisation au Cercle Laïque.

 

Deux équipes se sont affrontées sur différents thèmes

tirés au sort 

(l'hypocondriaque, la facture du télèphone, défilé de mode, répétition de

la fête de l'école...) 

 

 

en voici quelques photos.

 

1-L'équipe Jaune.

cercle impro j3cercle impro j12010 04 18 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  cercle impro j2

 

 

2-L'équipe Bleue.

cercle impro bleu 1cercle impro bl2 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 cercle impro b3 2010 04 18

 

  Bien sûr les  deux équipes ont terminées ex aeqo.....

 

 A L'ANNEE PROCHAINE POUR LE 15 ° FESTIVAL DES JEUX DE L'ESPRIT .....

Repost 0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 07:00

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

Pour vous permettre de lire ou relire  le feuilleton depuis le
début :cliquez sur :
 http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
--------------------------------------------------------------------------

1 9 60- La pension (Seconde partie.)

 

 

La dame professeur de Français au bout d’un trimestre de cours,  s’est mise en congés  à Noël pour faire son quatrième bébé.

Son remplaçant est un être étrange. Un grand bonhomme à la stature imposante. Il vient au collège  revêtu d’un chapeau de Guardian, d’une cape noire virevoltant au vent et recouvrant en partie un énorme sac de cuir qu’il porte en bandoulière. Il  marche raidement, comme un grand personnage, se servant peu d’une canne au pommeau d’ivoire qu’il fait tournoyer devant lui.

En classe, dépouillé de son galurin, de sa cape, de sa cane  et de sa gibecière, il apparaît vêtu d’un costume de velours écoulé noir, d’une chemise blanche et en guise de cravate, une cordelette en cuir avec des embouts et une épingle ronde en métal doré.

Il parle d’une voix forte et rocailleuse avec une pointe d’accent méditerranéen.

Curieusement il porte le même nom que notre vendeur de glace : Mr Vital. Pas de lien familial pourtant. Il y a aussi à Radio Luxembourg un Jean Jacques Vital qui présente la Famille Duraton, ce feuilleton radiophonique dont raffole maman.

Monsieur Vital organise son cours de façon peu orthodoxe. Il suit le programme par des chemins de traverse. Il lit des chapitres de livres qu’il nous faut résumer sur une feuille.

Il nous raconte beaucoup de choses qui nous semble à mille lieues du cours de Français traditionnel. Par exemple, à partir d’une tirade de l’Avare de Molière il nous fait l’apologie du plaisir que l’on peut éprouver à manger avec les mains, sans fourchettes. De façon gourmande il nous mime la scène : La cuisse de poulet rôtie encore chaude, tenue entre les doigts, la sensation charnelle procurée par le contact direct de la bouche et de la viande.

leMotJuste.jpg Malgré sa brièveté, (à peine 4 mois)  l’enseignement de Mr Vital m’aura apporté un élément essentiel pour ma dialectique à venir : « le mot juste ». Je le verrais toute ma vie,  les yeux ronds, la bouche en cul de poule, prononcer avec délectation, lentement, ces trois mots « Le mot juste ».

Puis il continuait : « Ne faites pas de longues phrases ampoulées, faites court, soyez précis, un seul mot employé comme il faut vaut mieux qu’un long discours. Seul « le mot juste » va droit au but et touche votre lecteur »

Et toute ma vie je serai à la recherche du « mot juste », celui qui fait mouche à tout coup. Mais ce n’est pas facile.

Et comme disait la Marquise de SEVIGNE :

-« Excusez-moi, je n’ai pas eu le temps de faire plus court ! ».

 

Notre professeur de sport, Mr Duthen  est un littéraire inassouvi

Lui aussi cherche le mot juste C’est un ancien joueur de rugby, plusieurs fois sélectionné en Equipe de France. Il écrit dans le journal « Le Monde » les articles concernant le rugby dans la rubrique sportive.

Les abords de la pièce d’eau des Suisses derrière le collège ainsi que les allées du parc du château nous servent de terrains de sport. Monsieur Duthein nous y apprend les rudiments du rugby. Comme je n’ai pas d’attirance spéciale pour le jeu, je préfère courir autour de la pièce d’eau. (Le « petit tour » fait plus d’un kilomètre de longueur et  le « grand tour » prés de trois Kilomètres.)

Un jour d’hiver  Robert Duthen nous entraîne pour un cross dans les jardins du château. Le soleil brille  d’une chaleur tiède et fait rutiler la neige qui recouvre d’une couche légère les gazons, les statues et les bosquets. Le paysage est magnifique. Tout en courant je me régale de ces vues superbes… Mais certains camarades râlent, épuisés. Le prof arrête le groupe et ulcéré, crie -« Vous n’êtes pas content de courir dans ce site exceptionnel. Vous avez tort. Il y a dans le monde des gens qui seraient très heureux de venir ici, dans les jardins du Château de Versailles. Pour certains ce n’est qu’un rêve. Vous n’avez aucune idée de la chance que vous avez ».

 Certains idiots insensibles à la beauté du lieu, ricanent. Moi je suis entièrement d’accord avec ces propos.

Duthen a une façon très spéciale de punir les élèves en faute. Un jour, après une bêtise je ne sais plus laquelle. Peut être étais-je  arrivé en retard à la fin du cours m’étant  attardé auprès des pêcheurs de la pièce d’eau au lieu de courir. Bref, pour me punir il me demande pour la semaine suivante d’écrire un texte sur la pièce d’eau en Automne. Beaucoup d'autres élèves auraient rechignè, mais moi, il ne pouvait pas me faire plus plaisir. Huit jours plus tard je lui ais apporté un texte plutôt sympa, très pictural poétique et romantique comme peut le faire à 14 ans ..

Il a été impressionné, Il ne m’a jamais rendu ce texte.

Dommage…..

 

 

*- Robert Duthen (mon prof) formait avec son frère Georges la paire de centres de l'équipe de Paris..qui, le 11 nov 1944 disputa au Parc devant Churchill et le général de Gaulle l'historique match de réconciliation avec les Anglais contre la R.A.F.

Robert avait le surnom de "Petit Poête d'Ovalie ". Tel que je l'ai connu il méritait bien ce surnom.

 

Georges  son frère fut journaliste chef des sports de l"Equipe" du Parisien Libéré" et du "Miroir des sports". Il écrivit plusieurs livres références sur le Rubgy. Le jour de sa mort en 2000 à 81 ans, le "Petit poête" constatait :

- "Il part le jour de la Saint-Georges, le jour de la Résurrection".

-

Robert Duthen a écrit entre autres livres  en 2003 :"Le Rugby d'antan".

 Il est décédé en mars 2008 à l'âge de 87 ans. 

.  

========================================================================
A SUIVRE : Jeudi prochain : 1960 (Troisième partie).
  
  
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail
Pierlouim@cegetel.net    

Repost 0
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 07:00

Loin de Dreux et pouvoir écouter les radios drouaises cela est possible sur le web :

 

 ========================================================================

rtv happy music only RTV 95 7-R.T.V. (La Radio des Trois Vallées) :

Fréquence 95.7

Happy Music Only

 

En direct sur : 

http://www.rtv-dreux.fr/

La radio drouaise par excellence.

Plusieurs rubriques sur le site :

- Actu 28  donne les infos du jour à Dreux et autour en mettant en lien les  sites et blogs concernés par l’actualité drouaise.

-Actu Musique, de la même manière informe sur la musique et la chanson et la radio en général.

Etc.

 

=========================================================== 

        

generation 28 WEBRADIO DROUAISE-GENERATION 28 

 La Web radio, rap, Hip hop, Rn’b de référence.

Uniquement en direct sur Internet : 

  

http://generation28.com/

 

======================================================================== 

  

njoyN-JOY RADIO:

 N-Joy Radio, webradio de Dreux "100% Dancefloor ! Nouveautés "House-Electro-clubbin'

 

 Uniquement en direct sur internet :

ttp://www.radionomy.com/njoy-radio.aspx#/njoy-radio.aspx?Dum=1

 

 

=============================================== 

   

evasion 888-EVASION

  –la radio  HIT : 99.2

La Radio de l’Ile de France.

 

En direct sur :

 http://www.evasionfm.com/

 

========================================================================= 

 

   

logo-radio-grand-ciel.jpg-RADIO GRAND CIEL :

Fréquence de DREUX : 97.7

 

 N’a pas encore de site sur la toile.

Mais cela est en projet. 

 

 

 =========================================================================

 

 

Certaines radios nationales pour être parfaitement écoutées à Dreux  ont leur fréquence particulière sur le Drouais et sont en direct  sur le Web :

 

-Les radios de RADIOS FRANCE :

 http://www.radiofrance.fr/

 

-France CULTURE : 88.3

-Fance INFO : 105.5

-France NTER : 91.5

-France MUSIQUE :93.8.

 

- RTL2 : 101.3 

 http://www.rtl2.fr/

 

-RADIO ORIENT : 106.6

 http://www.radioorient.com/

 

-RADIO NOVA :96.8 :

 http://www.novaplanet.com/radionova

 

-SKYROCK : 107.4 :

 http://www.skyrock.fm/front/

 

-BEUR FM : 92.7 :

 http://www.beurfm.net/

 

-EUROPE1 : 93.3  :

 http://www.europe1.fr/Radio/Direct/

===========================================================

N'hésitez pas chers amis Drouais à me proposer les sites de notre région que je pourrais oublier. A bientôt sur la toile

Repost 0
Published by pierlouim - dans -DREUX DANS LA TOILE
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 07:00

 


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante deuxième  DUROCASSERIE: 

=========================================================================================

 

 

LA GUERRE DE 1870 A DREUX.

   

Octobre 1870, Dreux a peur.  La guerre s’étend et se rapproche. Les allemands sont à Versailles depuis le 19 Septembre et assiègent Paris depuis le 22.

Dreux n’a plus de contact avec la capitale.

La voie ferrée Paris Granville et le télégraphe sont coupés. Les nouvelles apportées par un ballon venant de Paris et atterri à Dreux ne sont pas rassurantes. L’ennemi sera à Dreux dans les jours qui viennent.

Charles de Coynart, militaire à la retraite, commandant des gardes nationaux de Dreux conseille au maire Batardon de ne pas résister si une armée prussienne entre dans la ville. Une résistance serait vaine car la région de Dreux est un pays plat «à découvert».

 

 -8 Octobre : 7000 Allemands avec 12 canons sont arrivés à Houdan. Des éclaireurs Hulans se présentent à l’entrée de Dreux. Le maire ne les laisse pas entrer.

A Chérisy 24 Hussards bleus venu réquisitionner de l’avoine et des vaches pour l’armée assiégeant Paris se heurtent à 200 Français et prennent la fuite.

1870 requisition ferme guerre7013 Scéne de réquisition de l'occupant dans une ferme.

 

-9 Octobre : Les Allemands reviennent pour réclamer les réquisitions de la veille. Ils sont attaqués par un détachement des Mobiles de l’Orne et des gardes nationaux de Dreux. Une lutte acharnée s’engage dans le village. L’ennemi se retire. On dénombre plusieurs morts et prisonniers de chaque côté.

 

1870 incendie cherisy-10 Octobre : Les Allemands reviennent en force: 2000 hommes et plusieurs canons attaquent sans succès les Français barricadés au pont de Chérisy.

 

Pour les Prussiens, un village dans lequel ils sont attaqués est réputé «en guerre».

 

Ils vont donc se venger : Plus de 50 maisons de Chérisy sont en flammes quand l’ennemi se retire.

 

 

-18 Octobre : Le Lt Colonel de Beaurepaire, commandant les Mobiles du Calvados, désireux de surveiller des troupes ennemies signalées à Marolles, grimpe en haut de la Chapelle Royale. Sur le toit il glisse, traverse la verrière du dôme et se tue en tombant sur le carrelage de la Chapelle.  

 

1870 combat neige phot-24 Octobre : En pleine nuit, aux «5 chênes» (Route de Châteauneuf) une fusillade entre mobiles et francs tireurs se prenant les uns les autres pour des Prussiens fait 12 morts et une soixantaine de blessés français à la surprise des Allemands cantonnés à Marville.

 

-La capitulation de Metz le 27 Octobre libère beaucoup de  troupes allemandes sur le siège de Paris et la province. La pression de l’occupant devient plus forte en Eure et Loir.

 

-17 Novembre : Au même endroit que la bataille de 1562, entre Catholiques et protestants, 15 000 Allemands avec 12 canons venant de Chartres sont interceptés par 3000 Mobiles et 700 Fusiliers Marins (sans artillerie) entre Imbermais et Nuisement. Le combat étant inégal, les Fusiliers marins se sacrifient pour permettre aux mobiles de se replier sur Nonancourt.

Aux Rochelles, une rue à l’endroit des derniers combats porte le nom de «17 Novembre» (sans mentionner l’année 1870)

 

-18 Novembre –Les Allemands entrent dans Dreux, décrétée «ville ouverte», afin d’éviter le sort malheureux de Chérisy. Pour Dreux la guerre est finie

 

-1871 :

- 18 janvier : L’Empire Allemand est proclamé à Versailles.

-28Janvier : Paris capitule. -10 mai : Traité de Francfort, la France perd l’Alsace et la Loraine.

Après que les Français eurent payé les 5 milliards de Francs or exigés par les vainqueurs, les Prussiens quittent le territoire français le 16 septembre 1873.

 

Dans 15 jours : Personnalités drouaises de 1870.

 

A bientôt, si Dreux le veut bien

 

========================================================================

Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 

====================================================================== 
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail

pierlouim@cegetel.net   

 

 

Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 07:30

Dreux est terre d'artistes, de nombreux peintres ou sculpteurs professionnels ou "amateurs" y vivent ou y ont vécu, comme rené Bellanger ou Antonio Lamolla. (J'en parlerai dans une prochaine note).

Un peintre drouais aurait 100 ans cette année, ce jeudi 15 Avril.  :

 

Marcel MARLIEZ est né le 15 Avril 1910 à Calais.


marliez vers 1955

   

  Ses parents s'installent à Dreux au début des années 30.

Lui débarque avec avec sa famille en 1950.
Il est embauché à la ville de Dreux en tant que peintre peu de temps après.

Elève d'Antonio LAMOLLA, il réalise de nombreuses scènes de paysage et de chasse qu'il travaille à l'huile et au couteau sur des supports de récupération (planches de contre paqué ou bois de coffrage). Ses toiles se distinguent par des couleurs vives et des effets de brillance.marliez P-p-re et ses toiles 1964

 

 

 

 

 

  

 

 

   Il a offert de nombreux tableaux à ses amis, ses collègues et aux instituteurs des écoles de Dreux dans lesquelles il a dessiné de nombreuses fresques.

 Beaucoup d'employés ayant travaillé à la ville entre 1950 et 1970 doivent posséder une toile chez eux.

Il a peint jusqu'au début des années 80.

Il est décédé en Janvier 1991.

  


Quelques exemples des toiles de Marcel MARLIEZ : 

marliez voiles tablo0026marliez chateau briand tablo0027


















marliez sous bois tablo0028


marliez village tablo0029


marliez prtrait tablo0030













========================================================================

AVIS DE RECHERCHE : 

Pour célébrer le centenaire de la naissance du peintre drouais Marcel MARLIEZ, son petit-fils et moi-même sommes à la recherche de ses oeuvres. Peut être possédez vous une ou plusieurs de ses peintures. 
Dans ce cas, seriez vous prêt à nous en adresser des photos et éventuellement à nous confier vos tableaux (
de façon anonyme ou non que nous respecterons) pour nous permettre d'organiser une exposition dans un lieu drouais à définir.

Amis drouais, nous vous remerçions par avance pour votre aide à rappeler ainsi le souvenir d'un artiste drouais.

Vous pouvez réagir à cet appel en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire"
ou par mail

Pierlouim@cegetel.net   

  

===========================================================  
Repost 0

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt