Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 07:00

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

Pour vous permettre de lire ou relire  le feuilleton depuis le début :
cliquez sur :
 
http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
----------------------------------------------------------------------------

 1 9 5 8-(Première partie)

   

12 ans – Encore une année heureuse. Peut- être la dernière année d’enfance. Après ce sera une autre période.

Comme dit Papa : «  A ton âge, en 1919, je rentrai en apprentissage. Si mon papa n’avait pas été tué devant le fort de Douaumont le jour de ses quarante ans j’aurai peut être, continué mes études, au moins j’aurais pu avoir le certificat d’études. »

 Moi,  pour l’instant je n’ai pas du tout envie de travailler pour un patron. De toute façon maintenant il faut attendre 14 ans pour partir de l’école. ….

 

Pour l’instant ma vie est insouciante…Même si nous ne sommes « pas riches »comme dit souvent maman, la vie que nous menons, mes parents et moi n’est pas malheureuse…

Mes parents sont propriétaires de leur petite maison. Papa l’avait construite de ses mains avec mon grand père maçon en 1936. Elle fut détruite en Juin 1944 par l’aviation américaine et reconstruite en 1948. Mes parents ont du travail tous les deux. Papa est employé municipal…Nous avons un grand jardin,une bande de terre étroite, 6 à 10 mètres seulement, mais longue de près de cent mètres, ce qui permet de relier une autre rue. En fait une route, à peine goudronnée, encaissée, que la grille de notre jardin surplombe de plus de trois mètres. Un petit escalier bricolé par papa et creusé à même le talus, permet d’atteindre la route, qui mène à travers  la campagne à Nogent le Roi.
Car pour l’instant derrière notre jardin, il y a encore des champs, et même, juste à coté, une petite ferme. Il y a une ou deux vaches. Il m’arrive d’y aller chercher du lait que maman fait bouillir avant de le boire.

Dans cinq ou six ans commencera la construction de bâtiments et de maisons (entre autre le Lycée Branly). Ce qui  fera  reculer le début de la campagne d’un  bon kilomètre.

 

Mes parents cultivent activement ce jardin. Moi aussi, de temps en temps.

A la fin de chaque hiver, un monsieur vient voir papa à la maison. Il lui apporte une boite en carton à peu près de la grandeur d’une boite à chaussure. Dedans, quelques dizaines de petits sachets en papier kraft de couleur marron sur lesquels sont imprimés des noms de plantes, quelque fois des dessins et des conseils pour la plantation. En effet chaque petit sachet fermé hermétiquement contient des graines. Et ces graines seront semées dans le jardin par papa.

 

Le monsieur et papa se connaissent bien, ils ont été prisonniers ensemble dans le même stalag (le III D) près de Berlin.

 Après avoir discuté jardinage et réglé la facture, ils s’en viennent autour d’un ou plusieurs verres à se raconter leurs souvenirs de guerre. Moi, cela me passionne de les écouter. A les voir souvent rire, je peux croire que leurs souvenirs sont joyeux. Mais de temps en temps, il y a de longs silences, et de la tristesse sur le visage des deux anciens prisonniers de guerre, les « KG » comme dit papa.

Ces deux lettres « K .G » badigeonnées à la peinture blanche sur le dos de leur veste ou capote, signifiait en allemand, prisonnier de guerre, «Krieg Gefangener». Cela  permettait de les repérer de loin dans Berlin. D’ailleurs papa conserve sa capote « KG » dans un coin de son atelier. Je devrai un jour la jeter tant les mites s’étaient régalées de sa laine d’avant guerre.

Ces conversations entre anciens prisonniers peuvent durer bien plus  d’une heure.


Un jour, mais pas ici, je raconterai tout ce que papa m’a confié sur cette douloureuse période.

 

A SUIVRE : Jeudi prochain : 1958 (deuxième partie).  

 
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail
Pierlouim@cegetel.net 

 

Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 07:10
DREUX. Mardi 17 Novembre. Avant-première au Ciné-Centre de Dreux.  
"4 PRENEURS D'IMAGES DU DROUAIS-1927-1982."

4 preneurs d’images du Drouais,1927-1982
4 films de Mike Baudoncq, Fabrice Garate, Xavier Selva et Xavier Liébard

Dans le cadre de l’opération “La Mémoire des Images d’Eure-et-Loir”, le Conseil général d’Eure-et-Loir et Centre Images collectent depuis 2006 des films anciens tournés en Drouais. À partir de cette moisson, quatre courts métrages ont été réalisés, quatre portraits de cinéastes amateurs :
René Dumaine, Pierre Luder, Paul Masson, André Sorand.
Cette séance est la première projection publique de ces quatre histoires, celle d’un prêtre rieur qui chronique avant-guerre la vie quotidienne de son village, celle d’un ingénieur agronome, producteur de fruits et de films dans les années 50, celles de deux typographes, l’un méticuleux projectionniste, l’autre, voyageur, taciturne, brillant observateur de son temps…le Dreux des années 40.
En présence des réalisateurs.

Quatre talentueux cinéastes ont choisi et mis en scène ces morceaux de vie de la région drouaise. Avec bien sùr un inévitable arbitraire dans le choix des sujets présentés.
 
Leur jeunesse et leur mauvaise connaissance du Drouais devraient cependant être épaulées par la mémoire et l'expérience de vieux Drouais et d'historiens qui, eux pourraient, par exemple, reconnaître d'un seul coup d'oeil une image importante comme celle montrant le maire Maurice Viollette discourant devant le monument aux morts.

Ce travail de recherche, de montage et de diffusion est très importante pour préserver la mémoire.
Et il est loin d'être terminé. Beaucoup de trésors sur pellicule dorment encore dans les greniers et tiroirs. Mais il faut faire vite avant que cette mémoire s'efface.
Encore bravo aux équipes de Centre-Images.

Voir le site de Centre Images:
http://www.centreimages.fr//patrimoine2_rdv.php

ou celui du Conseil général :
http://www.eurelien.fr/culture-sport-loisirs-associations/vie-culturelle/patrimoine-et-archeologie/la-memoire-des-images-d-eure-et-loir-une-collecte-de-films-amateurs-anciens
Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 07:00
Pierlouim cause dans le poste chaque troisième lundi du mois au micro de Radio Grand Ciel 97.7
L'émission "HISTOIRE ET MEMOIRE"  propose chaque Lundi (à 14 heures, rediffusion mardi à 17 heures) une demi heure sur l'histoire de l'Eure et loir. Une semaine sur Chartres, puis Nogent le Rotrou , Châteaudun et Dreux.  

 La semaine dernière c'était le tour de la région drouaise. 
Dans le  cycle d'émissions "Histoire de Dreux, miroir de l'Histoire de France"
le sixième chapitre était consacré à Dreux de 1800 à 183O Napoléon et les deux frères de Louis XVI.

Vous pouvez écoutez cette émission en cliquant sur le post ci dessous.
Vous y entendrez :
-ROTROU icône napoléonienne.
-La visite de Napoléon à Dreux en 1811.
-L'occupation des troupes prussiennes à Dreux en 1815.   
-Le passage de la chaîne des forçats à Dreux. (1795-1837)
-Victor Hugo à la recherche d'Adèle à Dreux en 1821.



Le mois prochain(21 et 22décembre) le thème de l'émission sera  "Pourquoi la Chapelle Royale à Dreux".

Je vous signale un excellent cycle de conférences chaque premier jeudi du mois à 13 heures
 au musée Marcel DESSAL par M VALLEE sur la famille d'Orléans.
Jeudi 10 Décembre : Règne de Louis Philippe 1er : Attentat de Fieschi.

Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail Pierlouim@cegetel.net 
Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 14:36

En feuilletant le bulletin officiel Municipal de 1974,
 je me suis arrêté sur un article parlant de l'association
 "Théâtre en Dreux".

Et surtout sur une photo datée du 11 Janvier 1973.

"Venu assister à Dreux à la "première" de sa pièce "Macbett", Georges IONESCO (une belle coquille de journaliste, car Ionesco se prénomme bien sûr Eugène), à droite en compagnie du metteur en scène Jacques MAUCLAIR, au centre, est reçu au foyer de la salle des fêtes par les Amis du "Théâtre en Dreux
".


Depuis, la salle des fêtes  est devenue le "Théâtre" et attend pour  incessamment sous peu sa modernisation et son agrandissement.
"Théâtre en Dreux" est devenu les "Amis du Théâtre" et fêtera à la fin de l'an prochain son quarantième anniversaire.


Eugène IONESCO né le 26 novembre 2009, aurait donc cent ans cette année.
Un certain nombre de manifestations sont prévues comme une exposition à la grande bibliothèque F. Mitterrand de Paris.


Je n'ai pas trouvé ni photo ni  vidéo de la "première" (était ce vraiment la première de cette pièce à Dreux ?) de "Macbett"
Tout de même deux vidéos :
Une représentation récente de "Macbett" et une interview d'Eugène IONESCO.




========================================================

ANECDOTE PERSONNELLE SUR IONESCO.

 

En 1964, j’effectuait un stage  (on dirait actuellement en « alternance »)  dans les locaux du siège du « Gaz de France » porte Pereire à Paris, dans le service comptable centralisant les situations mensuelles des agences régionales.

Je travaillais avec une brave dame d’une cinquantaine d’années qui m’apprenait le rudiment du métier de comptable.
Elle portait une blouse rose, car ce n’était pas encore le règne de l’ordinateur et les carbones pour les taches cela craint.

Bref, J’étais assis en face d’elle et nous partagions le même téléphone.


Un jour, le téléphone sonnant, la dame (Si mon souvenir est exact elle s’appelait Mme Desjardin) saisit le combiné  et je l’entend répondre :

« C’est toi  Gégène » puis s’ensuit une longue conversation assez animée.


En raccrochant la dame me dit :

"J’avais au bout du fil Eugène IONESCO, vous savez bien celui qui écrit des pièces de théâtre. Nous sommes lui et moi, amis d’enfance. Il écrit un livre sur cette période de sa vie. Il me demande sans arrêt des précisions sur des faits dont il se souvent à peine."

 En riant, elle ajoute :

- "Avec tout ce que je lui raconte il devrait me payer des droits d’auteur."


En effet « Gégène » téléphonait souvent. A plusieurs reprises, la dame étant absente j’ai  répondu au téléphone. J’ai ainsi connu quelques brèves conversations sur des banalités convenues comme dans la « cantatrice chauve » avec le maître de l’absurde…

 

Enfant le jeune  IONESCO  « Gégène » à vécu entre 1917 et 1919 à la Chapelle Anthenaise prés de Laval avec sa sœur en pension chez des paysans. . C’est là que ces deux amis d’enfance ont vécu  une période qui restera dans leur souvenir comme un temps très heureux.
 

Je pense que les indications de mémoire de ma collègue se retrouvent dans « Souvenirs en miettes » paru au Mercure de France en 1967
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail Pierlouim@cegetel.net 
 
Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 07:00

Vers 1960 dans l' "Action Républicaine"je lisais des petites chroniques humoristiques sur la vie quotidienne à Dreux.
Ces petits billets signés "SIMPLET", un râleur impénitent, se terminaient souvent par une supplique à un mystérieux ami QUI DE DROIT. 
Permettez-moi, de temps en temps de faire mon SIMPLET en vous envoyant ces petits billets d'humeur et en invoquant notre ami QUI DE DROIT.  
En faisant attention à ne pas trop écouter le faux ami ASQUONMADIT.
--------------------------------------------------------------------------------------------------

Qu'il est difficile d'aimer la circulation bicyclettiste à Dreux. 
 Je ne mets que très rarement  une roue voiturière dans le centre de Dreux. J'y vais à pieds des Rochelle. J'y viendrai bien à vélo, mais à part emprunter  les trottoirs pour ne pas se faire râper les fesses par la gente automobile et violer quelques sens interdits pour ne pas avoir à faire de longs détours avec les voitures, je ne vois pas trop la possibilité de se véhiculer à vélo dans Dreux dans les règles.

Enfin une piste réservée aux amateurs de la locomotion pédalière ?.
4 mètres en tout et pour tout. Une bande étroite généreusement offerte par la gente automobile.
Moi qui pédale à la façon du facteur «Jour de fête » de jacques TATI,
 je ne passe pas dans ce goulot étroit à moins d'y laisser mes sacoches. 














Au fait, où doivent à cet endroit se faufiler les  piétons ?  .
Il faut dire que les piétons ne sont pas mieux lotis que les cyclistes à Dreux. 
Trottoirs étroits souvent encombrés de voitures
Je sais que l'ami QUIDEDROIT  cogite  sur ce sujet dans le cadre (de vélo?) de l'opération Centre d'agglo...
Mais je risque d'attendre longtemps. Et puis aussi il faudrait mettre les côtes drouaises (Rochelles, St Thibaut, Grande falaise, etc. ) à bascule pour que l'on n’ai qu'à les descendre .
 Peut être un jour des velib's à Dreux mais avec des pistes cyclables dignes de ce nom.

Enfin pour l’instant j’ai remisé mes pinces à vélo… 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

Repost 0
Published by pierlouim - dans -BILLETS DE SIMPLET.
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 07:00

AN PAR AN, Chronique d'une jeunesse drouaise.
J'ai fait le pari de raconter une vie, annèe par année. La chronique d'une vie drouaise, ou plutôt d'une jeunesse drouaise :de 1946 à 1967. Chaque semaine, une année.....
J'y raconte mon enfance à Dreux, mais je m'attache surtout à décrire tout ce que j'ai pu observer dans la vie drouaise de l'époque...
Les personnes, les lieux, l'histoire et les petites histoires drouaises, des portraits, des atmosphéres, des anecdotes. , bref, tout ce qui fait le sel d'une vie et fournit la mémoire en souvenirs de toutes sortes..et que peut être certains Drouais reconnaîtront..

Pour vous permettre de lire ou relire  le feuilleton depuis le début :
cliquez sur :
 
http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/categorie-10834511.html
----------------------------------------------------------------------------

 1 9 5 7-(troisième partie)

   

 

A la rentrée scolaire de septembre, je retrouve Monsieur Aubreton pour la deuxième année. Je me sens bien avec cet instituteur. Je suis redevenu un bon élève. Il m’arrive même d’être premier.

A la rentrée scolaire de septembre, je retrouve Monsieur Aubreton pour la deuxième année. Je me sens bien avec cet instituteur. Je suis redevenu un bon élève. Il m’arrive même d’être premier.

 

Monsieur Aubreton a une façon bien à lui de nous apprendre la chronologie de l’Histoire :

Il a entouré l’intérieur de la classe d’une bande de papier de 30 cm de largeur sur 20 m de long à un mètre cinquante du sol. La bande de papier punaisée sur le mur démarre à partir de la porte, puis passe entre les armoires et les vitres du couloirs, tourne sur le mur du fond sous les portes manteaux, tourne à nouveau sous les fenêtres extérieures, et se termine près du tableau..   Ce long ruban de papier représente schématiquement les 2000 ans qui nous séparent de Vercingétorix à nos jours. Soit de  –52 avant Jésus Christ à 1952.

 Sur cette feuille, Monsieur Aubreton  a tracé au feutre de différentes couleurs les années (1cm par année), les siècles (un mètre de long) et les principaux événements de l’Histoire de France.

Tout à fait au début, la conquête de la Gaule, cinquante centimètres après, la naissance du Christ année zéro, puis une longue période, huit mètres jusqu’au couronnement de Charlemagne, six mètres pour arriver à la guerre de cent ans. trois mètres cinquante pour arriver à la révolution et un mètre 50 pour arriver à 1952.

 2000ans d’Histoire de France résumés sur vingt mètres de mur.

Ce qui m’étonne beaucoup c’est ce long passage de 8 mètres, presque blanc  avec peu de noms (Grandes in vasions, Clovis) puis tout s’accélère : Guerre de cent ans, Louis XI, la  Renaissance, Louis XIV .

Cette révolution et ce premier Empire dont Monsieur Aubreton nous parle tant, représentent en tout et pour tout, 25 ans, soit 25 centimètres sur 20 mètres.

Toute ma vie je vais me souvenir de ce long ruban de papier pour situer les événements historiques. :

« Voyons voir, Jeanne d’Arc, 1430, cela se passe sur le mur du fond, Louis XIV 1715 sous la première fenêtre de la rue  (trois siècles de différence soit 3 mètres) et pour son long règne, 55ans, toute la largeur de la fenêtre et la guerre de 1914 sous la troisième fenêtre .(164 ans de différence égale 1,64 m de différence)

Génial, non !

Pour me souvenir de la chronologie d’événements j’échafaude dans ma tête ou par écrit des graphiques à la mode du ruban de papier de Mr Aubreton.

C’est beaucoup grâce à mon cher maître d’école que je suis devenu un passionné d’histoire, et de généalogie

 

Par indiscrétion, peut-être de son épouse ou de sa fille, nous avons connu la date d’anniversaire de Mr Aubreton. Entre élèves nous nous sommes cotisés et avons acheté un cadeau et des fleurs. Et le jour de ses quarante ans nous avons souhaité bon anniversaire à notre instituteur. Mr Aubreton a été surpris et très ému. Nous étions contents de sa joie, mais surtout contents que cette journée de cours se transforme en journée récréative… Monsieur Aubreton a été chercher chez lui  son projecteur de 8 millimètres. Il nous a montré des films qu’il avait lui-même tournés dans son petit village de Digny. La fête de la commune, ses petits élèves, un voyage dans le pays de sa femme, du coté de Gap. Et bien sûr, un film muet sur Napoléon, son idole,  les cents jours et Waterloo…  

 

Cette année fut donc pour moi une année d’enfance heureuse et insouciante….

En cette année 1957 de nombreux événements.

-Un heureux présage : La signature du traité de Rome. C’est mon grand-Père maternel, l’admirateur d’Aristide Briand, qui serait content, s’il vivait. Les Européens ne vont plus se faire la guerre. Enfin.

Je ne serai pas le quatrième de la lignée à faire la guerre aux Prussiens. Mon arrière grand père fait prisonnier en 1970 après les batailles sous Metz. Mon grand père tué à Verdun. Mon père prisonnier à Berlin. Finalement mes aïeux ne se sont pas battus pour rien. Leur sacrifice me permet de pouvoir vivre en paix en Europe.

-Mais la guerre en Algérie s’aggrave, (le gouvernement parle seulement d’événements ». C’est la bataille d’Alger. 

 

Papa à plusieurs reprises se voit confier une pénible mission. Il accompagne les gendarmes pour rapporter à des parents éplorés le paquetage et les affaires personnelles de leur fils tué en Algérie. Je n’ai jamais compris le rôle d’un employé municipal dans cette pénible démarche. En tout cas Papa en revient complètement démoralisé.

Il me dit alors :  

« J espère que tu ne seras pas obligé d’aller faire la guerre là-bas, pour un pays qui n’est pas le tien»

Il ajoute souvent :

-«Ah, si le père Viollette avait été écouté, quand il était ministre du Front Populaire, cette guerre n’aurait peut être pas lieu ! » 

 Je ne comprendrai que bien plus tard ce que Papa veut dire par là (Les Lois Blum Violette prévoyaient de donner la nationalité française aux anciens combattants Algériens de la guerre 14/18, puis peu à peu de donner cette nationalité à tous les «Indigènes». Mais ces projets de Lois furent complètement démolis par les députés colonialistes et par le refus des «pieds noirs»)

 

 En cette fin d’année 1957, ça fait « Bip-Bip » dans le ciel. Les Soviétiques ont lancé dans l’espace leur premier satellite, le « spoutnik 1 ». C’est un événement mondial. Les Américains font un peu la gueule…A la radio avec une fréquence spéciale, on entend nettement le signal « bip bip ». Et dans le ciel on peut le voir briller. (J’apprendrai plus tard que c’est la fusée mise en orbite que l’on voit de la terre et non le spoutnik, trop petit pour l’apercevoir à l’œil nu.)

En tout cas c’est la conquête de l’espace qui est bien en route maintenant…

Et pourquoi pas la Lune, un jour ?

 

A SUIVRE : Jeudi prochain : 1958.
  

 
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail
Pierlouim@cegetel.net 

 

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 07:15


Paraîssait dans le "DrouaisMagazine" de la semaine dernière , 
le septième numéro de  la Chronique :
DREUX PRIS DANS LA TOILE
 :
Sites Web et blogs sur Dreux et sa région.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 PARIS DREUX GRANVILLE PAR LE CHEMIN DE FER
DU WEB.
  
 

 

 

La Ligne de chemin de fer PARIS DREUX, fut inaugurée en 1864. Les trains n’atteignirent le terminus GRANVILLE qu’en 1870. Les deux tronçons  sont toujours un peu différents  La ligne  PARIS DREUX est électrifiée depuis. La ligne Dreux Granville est desservie par des locomotives Diesel. Les trains électrifiés ayant pour terminus Dreux partent de la gare Montparnasse sous la dalle et les trains à traction diesel partent à cause des échappements de gaz de la gare Vaugirard à l’air libre.

 Je vous propose quelques sites Web sur la gare de Dreux et la ligne PARIS GRANVILLE :

 

-Sites Historiques sur la ligne Paris Dreux Granville..


http://fr.wikipedia.org/wiki/Gare_de_Dreux
 (Renseignements pratiques sur la gare de Dreux)

http://cheminfergranville.net/ (Historique de la ligne).


http://ligneparisdreux.e-monsite.com/accueil.html
 (Site perso Paris Montparnasse Dreux)

http://aufildesrails.free.fr/paris_dreux.htm (site d’un amoureux des trains de la ligne)

http://pagesperso-orange.fr/roland.arzul/etat/paris/paris_dreux.htm (carte postale anciennes)












-Site officiel de la gare de Dreux.

http://www.gares-en-mouvement.com/gare-fr-1-frxdr.html 
Très pratique pour tout savoir sur les horaires et éventuellement les retards.

Le « cadencement » des horaires fonctionne depuis quelques mois.

 Chaque heure plus quarante minute (par ex 8h40) un train part de Paris arrive une heure et 7 minute après à Dreux (9h47). Un train part de Dreux toutes les heures à 49 (9h49). Ce qui laisse le temps (2 minutes) au voyageur arrivant à Dreux  pour reprendre le train pour Paris si par étourderie il a oublié sa montre dans la capitale ou de donner un paquet à un Drouais partant sur Paris. 

 

 

- Sites des usagers de la ligne PARIS DREUX GRANVILLE.
Pour râler, se renseigner et s’entraider.


http://usagers-paris-granville.blogspot.com/


http://aupadre.free.fr/

 

 

N’hésitez pas chers amis Drouais à me proposer les sites de notre région que je pourrais oublier.

A bientôt sur la toile.

Pierlouim.

Repost 0
Published by pierlouim - dans -DREUX DANS LA TOILE
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 07:00
Une expo à Montule jusqu'au 30 novembre


























Une belle exposition a visiter d'urgence.
Repost 0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 07:10

"FUMEURS DROUAIS, RESTEZ DANS LES CLOUS".

J'aime bien faire le piéton drouais en me promenant tête en l'air dans notre chère ville. On y voit pas mal de choses intéressantes. Mais attention, il faut aussi regarder ses pieds :
 -Aïe, en plein dedans !
Et Pourtant chers toutous drouais l'ami QUIDEDROIT a installé pour vous des sanisettes et  pour vos chers maîtres, des distributeurs de sacs en plastiques à plusieurs endroits dans la ville. 


Dorénavant je surveille d'un œil la chaussée pour m'assurer l'absence de trous, de trottoirs inopinés et de toute déjection canines et humaines (chewing-gum).

J'ai ainsi constaté la présence, enchâssées  dans le bitume drouais de ravissantes petites plaques en métal cuivré incrustées des armes de la ville.
Ebloui par la beauté de ces objets qui enjolivent les rues et trottoirs drouais, je ne me suis pas posé de questions.
Mais compère ASQUONMADIT m'a susurré à l'oreille l'utilité de ces ronds cuivrés :

-Un peu comme les clous qui déterminaient dans le temps les passages piétons, ces clous dorés aux armes de la ville délimitent l'emplacement des emplacements "fumeurs" et des étals extérieurs de marchandises. 

Pour vérifier ces dires, j'ai  fait le tour des terrasses et installations cafetières ou autres de Dreux. Ces clous dorés servent bien de barrières invisibles pour séparer consommateurs fumeurs, étals de fleuristes ou autres commerces et badauds  piétonniers.







































Cette petite enquête fut vite bouclée car le nombre de bistrots et restaurants à terrasses est tout à fait limité.

Il y a une vingtaine d'années mon père avait fait le décompte des bistrots drouais existants entre les deux guerres mondiales. Il était arrivé à un nombre d'environ 80 débits de boisson pour moins de 10 000 habitants. Actuellement il n’en reste que 25 pour le triple de population. C'est peut être une bonne chose, mais je regrette certains endroits comme le café de Paris en Grande rue entourés des salons de thés Leloup et lettellier(nom à vérifier) .  Je suis stupéfait d'apprendre que la caisse d'épargne va s'installer à l'ilot Viollette. Un endroit merveilleux sur les bords de la Blaise qui aurait pu intéresser  un café restaurant. 
Le bâtiment classé à l'inventaire des monuments historiques place Métezeau sera t’il cédé à un café restaurant de prestige avec emplacement cloutés pour une terrasse prés du monument aux morts?
Au fait, qui a piqué les lampadaires en fonte qui était sur la façade de la caisse d'épargne ex mairie et recherchés  par le pourfendeur et protecteur du patrimone drouais André Graillet?.

Monsieur QUIDEDROIT faites quelque chose....
  

Repost 0
Published by pierlouim - dans -BILLETS DE SIMPLET.
commenter cet article
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 07:00

Vendredi 13 Octobre fut jouée
 au "Théatre" de Dreux
une pièce présentée par l'Association drouaise
des"AMIS DU THEATRE". 

LES RUSTRES  de GOLD
ONI
 
par les déménageurs associés.
Une mise en scéne originale.
La maison conjugale est représenté par une cage de fauves.
Les costumes font plus penser à ceux du cirque qu'à ceux du cirque. Maris jalous accariates voulant tout régenter.
 Femmes enfermées dans leur maison mais fines mouches vont tout dénouer.
 Et le filet de la cage aux fauves  tombe quand les rustres vont se voir oblgés d'être un peu moins machos.

Tout finit bien,  par le mariage des deux jeunes amoureux échappant aux calculs des pères abusifs.


Quelques photos :





















































Prochain spectacle au Théatre programmé par les Amis du Théatre.

Mercredi 2 Décembre : LES JUSTES d'Abert Camus.....
Dépêchez vous, il resterait encore des places.....
Repost 0

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt