Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 13:58

Dimanche, cela faisait tout juste 600 ans La terrible défaite française d’Azincourt (25 octobre 1415).

Les 25 dernières années de cet interminable conflit  que l’on a appelé « guerre de cent ans »seront terribles, pour la France notamment pour Dreux-.

-Le roi Henry V d’Angleterre se disait aussi roi de France, car le pauvre roi fou Charles VI n’était plus en condition de gouverner. La sanglante guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons affaiblissait encore plus le royaume de France.

-En 1415, les Anglais qui s’étaient momentanément retirés de France débarquèrent à nouveau à l’embouchure de la Seine. Ils s’emparèrent d’Harfleur, le grand arsenal militaire français. L’armée anglaise fut décimée par une grave épidémie de dysenterie. Elle se dirigea sur Calais pour réembarquer vers l’Angleterre

Il y a 600 ans le comte de Dreux Charles d'Albret mourrait à la bataille d'AZINCOURT.Il y a 600 ans le comte de Dreux Charles d'Albret mourrait à la bataille d'AZINCOURT.

-Les Français, commandés par Charles d’Albret connétable de France mais aussi comte de Dreux, voulurent intercepter cette armée affaiblie et en déroute.

La rencontre entre les deux armées eut lieu à Azincourt, près de Montreuil dans le Pas de Calais, le 25 Octobre 1415. Les Français étaient 18 000, les Anglais seulement 6 000 et malades. La victoire française à trois contre un était courue d’avance.

Eh bien non ! Ce fut pour les Français une sévère défaite.

Il y a 600 ans le comte de Dreux Charles d'Albret mourrait à la bataille d'AZINCOURT.Il y a 600 ans le comte de Dreux Charles d'Albret mourrait à la bataille d'AZINCOURT.

-Les nobles français étaient incorrigibles! Ils n’avaient pas retenu les leçons des défaites de Crécy et de Poitiers, un demi-siècle auparavant. Une pluie torrentielle tomba toute la nuit. Le terrain détrempé, fraîchement labouré était transformé en un immense bourbier. Bien que commandant en titre de l'armée française, le connétable Charles d’Albret comte de Dreux ne put contenir l’élan suicidaire des nobles français et se faire obéir de chevaliers arrogants et plus titrés que lui. La bataille qui s'ensuivit se solda par un désastre pour les Français. Les cavaliers embourbés dans leurs lourdes armures se firent massacrer par une pluie de flèches lancées à plus de 200 mètres par les archers gallois équipés de grands arcs à longue portée.

-Une très grande partie de la noblesse française fut décimée. Le connétable comte de Dreux Charles d’Albret fut tué au milieu de cette mortelle chevauchée. Cette bataille, où les cavaliers française furent mis en déroute par des archers anglais très inférieurs en nombre, est souvent considérée comme la fin de l'ère de la chevalerie et le début de la suprématie des armes à distance sur la mêlée. Cette suprématie se renforcera par la suite avec l'invention des armes à feu. Le choc de la défaite d’Azincourt fut une cause majeure de l'épopée de Jeanne d'Arc, et de l'investissement dans l'artillerie qui deviendra une spécialité française.

-Pour les Anglais, cette bataille reste l'une de leurs victoires les plus célébrées, notamment par William Shakespeare dans sa pièce «Henri V», dans laquelle apparaît le connétable Charles d’Albret comte de Dreux.

Il y a 600 ans le comte de Dreux Charles d'Albret mourrait à la bataille d'AZINCOURT.Il y a 600 ans le comte de Dreux Charles d'Albret mourrait à la bataille d'AZINCOURT.

-Après cette grande victoire, les Anglais rejoignirent Calais pour retourner en Angleterre. Ce repli sera de courte durée. Moins de deux ans après Azincourt, le roi Henri V revint avec son armée en France, son ultime but étant la conquête de Paris pour devenir roi de France.

-Après le désastre d’Azincourt les Drouais ont peur. Leur comte est mort. Son fils Charles II d’Albret, nouveau comte de Dreux âgé de huit ans, s’est réfugié à Paris auprès du dauphin, le futur Charles VII, à peine plus âgé que lui.

-Les Drouais se mirent à redouter l’arrivée de l’armée anglaise devant leurs portes, car Dreux se trouvait sur le chemin de Paris convoité par le roi anglais

Repost 0
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 07:00

LE 18 AOUT 1890-TEMPÊTE, TROMBE OU CYCLONE?

Le 18 Août 1890,  venant du Sud-ouest un ouragan traversa la ville en quelques minutes, laissant derrière lui de nombreuses maisons sans toit, en partie ou complètement détruites. Ce phénomène, d’une force inouïe, suivit une ligne presque parfaite en dévastant le centre ville, mais en épargnant au nord la chapelle royale et au sud le quartier de la gare.

ARTICLES DANS LA PRESSE DE L'EPOQUE.
ARTICLES DANS LA PRESSE DE L'EPOQUE.

ARTICLES DANS LA PRESSE DE L'EPOQUE.

Mon grand père qui avait alors 14 ans a dû en être un témoin direct, car la maison familiale rue d’Orisson (future rue d’Orfeuil.), était en première ligne des effets dévastateurs.

Entre autres bâtiments, le tribunal et l’église St Pierre subirent de graves dégâts. L’ouragan devait finir sa course folle en forêt après avoir ravagé Brissard, hameau d’Abondant.

Une seule victime fut à déplorer au milieu de cet énorme champ de ruines : .Mme Gillet, tuée rue St Thibault par la foudre qui renversa son cabriolet et son mari, meunier drouais sérieusement contusionné. Mais qu’advint-il du cheval ?

Il y a 125 ans, Dreux subissait une desastreuse tornade .
Il y a 125 ans, Dreux subissait une desastreuse tornade .
Il y a 125 ans, Dreux subissait une desastreuse tornade .
Il y a 125 ans, Dreux subissait une desastreuse tornade .
Il y a 125 ans, Dreux subissait une desastreuse tornade .

Dès le lendemain, les autorités prirent la situation en main : Crédits débloqués auprès du Gouvernement, du Conseil Général, de la municipalité et une souscription auprès de la population fut ouverte. Cyclone ou trombe ?

Une bataille d’experts de tous poils fit rage pour tenter de définir l’évènement que Dreux venait de subir. Selon les uns, ce fut une «trombe», pour les autres une «tornade» un «cyclone» ou encore une «tempête électrique».

Quelque soit le nom de ce phénomène inexpliqué, les Drouais en furent longtemps traumatisés,

Il y a 125 ans, Dreux subissait une desastreuse tornade .
Il y a 125 ans, Dreux subissait une desastreuse tornade .

 Dreux subit 109 ans après ce cyclone une terrible tempète.

La tempête du 26 décembre 1999 par sa violence a fait voler en éclats bien des toits, arbres et multiples objets dans une bonne partie de l’hexagone.

Dreux n’a pas échappé à cette soufflerie. Le premier de l’an 2000, je l’ai passé à califourchon sur le toit de ma maison dégarni de la plupart de ses tuiles. Je regardais au loin comme sœur Anne, l’arrivée problématique d’un hypothétique couvreur.

Pourtant averti dès le matin du tempêtant dimanche, je n’ai pu arriver que l’après-midi à Dreux. Les autres Drouais avait déjà précipitamment accaparé les hommes de l’art de la toiture. Mon toit garda sa bâche verte jusqu’à sa réparation en Juin

Repost 0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 21:36

Aprés ma note sur le cinquantième anniversaire de la visite du général de gaulle à Dreux, des ami(e)s Facebook ont envisagé que je pouvais connaitre des anecdotes sur cette présence présidentielle à dreux. J'ai pu en glaner quelques unes dans les journaux d'époques ou dans les souvenirs du sénateur -maire Jean Cauchon et de son adjoint Jean Hieaux.

IL Y A 50 ANS, LE GRAND CHARLES A DREUX -2- Anecdotes.

Une de mes amies Facebook s'est  rappelé "L'hôpital de Dreux où je travaillais à l'époque et qui se trouvait encore Bd Louis Terrier, s'était doté d'un lit à la taille du Général de Gaulle. Tout était prêt pour l'accueillir et le soigner au cas où... (on craignait surtout un attentat)."

Je pourrais rajouter que la sécurité était renforcée autour du Président et que la peur d'attentat  était telle que des plongeurs se trouvaient sous un pont de la Blaise à proximité de la place Métézeau où était prévue une allocution.....

IL Y A 50 ANS, LE GRAND CHARLES A DREUX -2- Anecdotes.

Voyant dans la liesse des Drouais "le témoignage de notre unité nationale" Le Président de la république s'est engagé à "aider Dreux qui a des dirigents prenant leurs responsablilités". 

(je ne sais 50 ans aprés, si de Gaulle a tenu sa promesse).

A la mairie Jean Cauchon lui a remis un télèvisuer fabriqué à la Radiotechnique de Dreux qui était le fleuron industriel de la ville promis à un bel avenir selon les dirigeants de l'époque.

(Une télévision en noir et blanc, une seule chaïne, puis est venue la couleur, la concurrence asiatique et les écrans plats, le bel avenir promis n'a pas duré cinquante ans.) 

IL Y A 50 ANS, LE GRAND CHARLES A DREUX -2- Anecdotes.
IL Y A 50 ANS, LE GRAND CHARLES A DREUX -2- Anecdotes.

Le chef de l'Etat est aussi reparti de Dreux avec un paquet de chocolats provenant de la patisserie Leloup. La notoriété de cet artisan qui était aussi élu, était parvenue aux oreilles de de Gaulle.

"Le Président a voulu le rencontrer dans sa boutique. Il a tenu à acheter 100 grammes de chocolat. Il sortit son portefeuille et à payé avec son argent personnel" a rappelé le fils de jean hiaux adjoint au maire et devenu maire de 83 à 97.

(Un dirigeant qui paye ses dépenses privées, non pas sur l'argent du contribuable, mais de sa propre poche cela est devenu rare cinquante après cette visite).

IL Y A 50 ANS, LE GRAND CHARLES A DREUX -2- Anecdotes.

Une autre visite présidentielle à dreux fut celle de Pompidou en 1970;

 

Pour voir la première note sur les ciquante ans du voyage à Dreux du Général Président, cliquer en dessous sur "Dreux d'avant et de maintenant" ou :

http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/2015/06/il-y-a-50-ans-le-grand-charles-a-dreux.html

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 14:05

Le camarade Jack Nakunoei du blog  "Clochemerle les Dreux" s'est souvenu que le Général de Gaule en campagne présidentielle pour sa réélection était passé un après-midi à Dreux il y a juste 50 ans, le 19 juin 1965.

IL Y A 50 ANS, LE GRAND CHARLES A DREUX.

Je me suis souvenu que j'avais édité une note sur ce blog en 2009 pour les 45 ans de la visite présidentielle:

LE GRAND CHARLES A DREUX.  

 

19 juin 1965. La gare de Dreux s’est fait proprette ce matin. Repeinte de fonds en combles. Drapeautée en bleu blanc rouge. Elle est toute fière, elle reçoit un hôte de marque.

Le maire de Dreux Jean Cauchon, nouvellement élu attend l’écharpe tricolore bien fixée en travers du torse. Ce 19 juin est un samedi et libéré pour le week-end de ma pension versaillaise, j’attends moi aussi  mon appareil photo lumière en bandoulière un peu écrasé entre la foule qui agite des petits drapeaux et les barrières de sécurités J’espère faire de jolies photos en noir et blanc.

On entend le bruit d’un train qui entre en gare.. Des clameurs, des «Vive de Gaulle » commencent à fuser derrière moi.

Eh oui ! C’est notre général Président qui vient faire un tour dans la citée des Druides.

Une visite minutée intéressée, car Charles de Gaulle est présentement en campagne électorale. Il se représente aux élections présidentielles de novembre. En face de lui Mitterrand. Il fait donc la tournée des popotes pour glaner des voix.


Le voici, venant de Courtalain qui arrive par le couloir réservé à la sortie des voyageurs…

Clic-clac, je prend à la suite l’une de l’autre plusieurs photos. Mais les gorilles qui entourent le  Président s’invitent un peu trop sur mes clichés.

Le général donne des poignées de mains mais, juste avec d’arriver à ma hauteur, bifurque pour s’engouffrer dans la DS présidentielles direction la mairie.

 


A la Mairie Le général déclare: «On m’avait dit le maire chaleureusement très souriant ! Mais ce sont les Drouais qui sont souriants ! »

Le maire Cauchon présente conseillers municipaux et personnalités drouaises  dont .M. Leloup, « le meilleur pâtissier de Dreux» dit Jean Cauchon. « Je dirai à Madame de Gaulle de venir ! ».) Puis, fut offert en cadeau  au chef de l’état un téléviseur fabriqué à la radiotechnique. Le général aurait conservé ce poste à son usage, offrant celui qu’il possédait à une maison de retraite.

Sur la place Métézeau. : Discours, ovations et Marseillaise.



Une légende : Sur l’estrade dressée par mon père et ses collègues menuisiers de la ville, Jean Cauchon aurait utilisé un petit tabouret pour être à la hauteur  du général. La différence de taille avoisinait les trente centimètres. Vu les photos le résultat n’est pas très probant   

Puis de Gaulle s’engouffre dans une des DS direction Ecluzelles, Nogent le Roi et Chartres  Mon père n’est pas descendu en ville voir le général. Il a été vexé d’avoir du monter l’estrade de la place Métézeau sous le regard très suspicieux de gendarmes. Mais surtout il n’a pas supporté la venue à la maison de policiers en civil qui l’ont averti qu’il serait responsable si du fond de son jardin route de Nogent (Future av Kennedy) quelqu’un faisait quoi que ce soit contre le général. Notre jardin surplombe de prés de trois mètres la route empruntée par le cortège présidentiel.


Pile six mois après sa visite à Dreux le 19 décembre 1965 le Général de Gaulle sera réélu Président de la République après un ballottage serré avec François Mitterrand.

Moi je n’ai pas pu voter car je n’avais pas encore 21 ans à l’époque .Giscard abaissera l’âge du droit de vote à 18 ans, neuf ans plus tard en 1974.

Ce même jour, le 19 juin 1965, un coup d’état en Algérie : Boumedienne renverse Ben Bella

Repost 0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 21:00

La socièté Esmery-Caron, probablement la plus ancienne entreprise installée à Dreux, devrait mettre la clé sous la porte.

Voir l'article de l'Echo d'Aujourd'hui :

http://www.lechorepublicain.fr/eure-et-loir/actualite/pays/pays-drouais/2014/07/24/liquidation-d-esmery-caron-un-veritable-gachis-pour-ce-fleuron-de-leconomie-de-dreux_11091342.html

"Réclame" pour les sacs Esmery-Caron dans le Rotrou almanach drouais de 1901.

"Réclame" pour les sacs Esmery-Caron dans le Rotrou almanach drouais de 1901.

Un des articles que j'avais consacré à Esmery Caron..

.(28 février 2013.)

==================================================

 

Le site «Tout un monde-S’implanter à Dreux», le pôle économique de Dreux Agglomération, consacre un article sur le partenariat artistique de Kekli avec Esmery Caron

kekli2-dec2012.jpg

« Quand l’art et l’architecture textile se rencontrent, c’est le début d’une belle collaboration avec Kekli, artiste – graphiste originaire de Dreux, installé à Paris, diplômé de l’ESAG Met de Penninghen. »

Le concept était simple : réaliser une oeuvre en s’appuyant sur la structure de notre logo institutionnel. Défi aussitôt relevé par Kekli, avec la création de cette première pièce de 4 x 90 x 90 cm, qui puise son inspiration dans les cultures urbaines (Hip-hop, musique, art, mode et sports extrêmes) et les valeurs d’Esmery Caron.

ESMERY CARON.

Julien ESMERY dès 1870 fabriquait et louait des sacs aux producteurs de grains de la région. En épousant une demoiselle Caron il créa en 1893 une société ESMERY-CARON qui est toujours en activité en 2013 et fabrique des bâches plastifiées, de la toile pour stores et conserve à Dreux un entrepôt et un service administratif.

On peut considérer que cette société demeure l’une des plus anciennes entreprises implantées à Dreux. Tout dernièrement Esmery-Caron s’est « délocalisée » de la rue Pastre au Parc d’entreprise la Radio, pour y trouver des locaux plus accessibles et plus adaptés à son activité.

Voir le site de la société Esmery Caron :

http://www.esmery-caron.com/fr/

Apparemment actuellement ce site ne répond plus.....

Quelques photos d'Esmery Caron

Anciens batiments Esmery-Caron rue Pastre ---- Bache Esmery-Caron ayant couvert les anciens bâtiments d'Eurodif après l'incendie et avant reconstruction.
Anciens batiments Esmery-Caron rue Pastre ---- Bache Esmery-Caron ayant couvert les anciens bâtiments d'Eurodif après l'incendie et avant reconstruction.
Anciens batiments Esmery-Caron rue Pastre ---- Bache Esmery-Caron ayant couvert les anciens bâtiments d'Eurodif après l'incendie et avant reconstruction.

Anciens batiments Esmery-Caron rue Pastre ---- Bache Esmery-Caron ayant couvert les anciens bâtiments d'Eurodif après l'incendie et avant reconstruction.

Encore une page qui se tourne sur

l'histoire industrielle de Dreux.

Repost 0
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 07:00

Lors de la promenade Dreux en 1900 j'ai présenté (de loin) l' hôpital construit en 1913 rue Saint Denis.

De cet hôpital transféré en 1974 avenue Kennedy ne restent des bâtiments construits en 1913 que celui de l'administration, la loge du concierge et les grilles rénovées tout récemment.

La loge du concierge est actuellement à vendre.

Belle maison et dépendance. Ce bâtiment typique de la belle époque n'est pas classé "Monument Historique". J'espére cependant que les futurs propriètaire en garderont le caractère particulier.
Belle maison et dépendance. Ce bâtiment typique de la belle époque n'est pas classé "Monument Historique". J'espére cependant que les futurs propriètaire en garderont le caractère particulier.

Belle maison et dépendance. Ce bâtiment typique de la belle époque n'est pas classé "Monument Historique". J'espére cependant que les futurs propriètaire en garderont le caractère particulier.

Voir ou revoir mon article sur les grilles de l'Hopital ancien ainsi que les notes sur l'histoire de l'hopital à Dreux.

http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/les-grilles-de-l-ancien-hopital-de-dreux

Repost 0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 15:23

Le 70ème anniversaire du débarquement des troupes alliées en Normandie vient d'être célébré avec faste.

Quatre jour aprés le débarquement, soit dans la nuit du 10 au 11 Juin 1944 la ville de Dreux va subir son deuxième bombardement de la guerre.  

Quatre ans auparavant, presque jour pour jour dans la nuit du 09 au 10 Juin 1940 Dreux avait subit un bombardement intensif de l'aviation ennemie du IIIème Reich, faisant de trés nombreuses victimes.

Cette fois ci en Juin 1944 ce sont des avions amis qui vont lacher leurs bombes destrutrices sur la ville de Dreux.

Tracs lancés par l'aviation alliée pour avertir la population d'un bombardement imminent. Cliquer sur les vignettes pour lire les tracts en entier.Tracs lancés par l'aviation alliée pour avertir la population d'un bombardement imminent. Cliquer sur les vignettes pour lire les tracts en entier.Tracs lancés par l'aviation alliée pour avertir la population d'un bombardement imminent. Cliquer sur les vignettes pour lire les tracts en entier.

Tracs lancés par l'aviation alliée pour avertir la population d'un bombardement imminent. Cliquer sur les vignettes pour lire les tracts en entier.

Plusieurs évocations du bombardements de Dreux des 10 et 12 juin 1944.

11 Juin 1944: Bombardement de nuit du terrain d'aviation de Dreux vers 01H00 par deux ou trois vagues de Lancaster appartenant à différents squadrons. Des fusées éclairantes rouges ainsi que des bombes a retardement furent employées. Le bombardement dura 15 minutes, détruisant les quartiers Nord-Est de la Gare Les Bléras et Boston. On dénombra 250 bombes, 24 tués, 20 blessés, 30 immeubles détruits, 5 inhabitables et 120 endommagés.

12 Juin 1944: Bombardement important de Dreux à 08H30 par les 35 B-24 du 392nd BG ayant pour cible le terrain d'aviation de la ville (situé à Garnay précisément). Les bombes utilisée sont des bombes à fragmentation et la Flak est très active. 17 des 35 bombardiers américains seront légèrement endommagés mais tous rentreront à leur base en Angleterre. A Dreux, on dénombra 5 tués, 5 blessés et deux immeubles inhabitables.

 

Photo aérienne de Dreux prise le 10 Aout1944 après le bombardement du 11 Juin (Collection Archives Départementales d'Eure-et-Loir). En aggrandissant cette photo, j'aperçois très bien les trous de bombes à l'emplacement de la maison de mes parents, rue de Rieuville.

Photo aérienne de Dreux prise le 10 Aout1944 après le bombardement du 11 Juin (Collection Archives Départementales d'Eure-et-Loir). En aggrandissant cette photo, j'aperçois très bien les trous de bombes à l'emplacement de la maison de mes parents, rue de Rieuville.

Article vu sur le site internet de l'association pour l'histoire et le souvenir des pilotes et équipages alliés. 

http://forcedlanding.pagesperso-orange.fr/Jackson.htm

Les besoins du débarquement du 06 Juin 1944

 Le 06 Juin 1944, le débarquement des troupes alliées sur les plages Normandes eut lieu.Malgré une résistance allemande forte, le 07 Juin 1944, des têtes de pont sont établies sur 5 plages mais, contrairement au plan, elles ne sont reliées entre elles et Caen n’est pas pris.L’objectif des jours à venir sera donc d’élargir et de renforcer les différentes têtes de pont pour n’en former plus qu’une.Pour cela, il était impératif d’empêcher l’arrivée des renforts allemands en hommes et en matériels sur le nouveau front de l’Ouest qui venait de s’ouvrir, autrement dit de bombarder massivement le réseau ferroviaire au Sud Ouest de Paris. 

Cette délicate mission sera confiée à l’ensemble des forces aériennes alliées qui devra harceler sans cesse l’ennemi sur les routes et détruire les réseaux ferrés pour empêcher toute circulation de véhicules ou de trains en direction de la Normandie.Pour cela, les bombardiers lourds américains attaqueront de jour alors que les bombardiers du Commonwealth attaqueront la nuit. 

C’est dans ce contexte que, dans la journée du 10 Juin 1944, le bombardement nocturne des gares d’Achères, de Dreux, de Versailles et d’Orléans fut organisé et confié aux Bombardiers Lancaster et Halifax du Commonwealth.

Ainsi, dans la nuit du 10 au 11 Juin 1944, 432 appareils dont 323 Lancaster, 90 Halifax et 19 Mosquitos décollèrent de leurs bases en Angleterre entre 22H00 et 23H30 pour bombarder les installations ferroviaires d’Achères, de Dreux, de Versailles et d’Orléans.

Une défense allemande efficace

Il est important de rappeler que le terrain d’aviation de Dreux fut très utilisé de 1940 à 1942 comme base arrière par les bombardiers allemands Heinkel He-111 durant la bataille d’Angleterre.

Après l’annonce du débarquement allié en Normandie le 06 Juin 1944, le commandement allemand mobilisa immédiatement des escadrilles supplémentaires de chasse allemandes pour contrer le front de l’Ouest..

Compte tenu de l’activité exceptionnelle du terrain de Dreux-Vernouillet  depuis le 06 Juin 1944, ce dernier était puissamment défendu par une défense anti-aérienne (Flak).

Dans la nuit du 10 au 11 Juin 1944, la Flak du terrain d’aviation de Dreux réagit immédiatement et causa de nombreux dommages aux appareils du Commonwealth.

Grâce au radar allemand de la région Ouest de Paris (dont celui de Favières, en Eure-et-Loir), les pilotes de nuit allemands furent prévenus de l’arrivée de centaines de bombardiers anglo-américains dans la région Sud-Ouest de Paris et ils décollèrent pour préparer une contre attaque qui fut meurtrière pour les Lancaster et Halifax

Le bombardement de Dreux

 Dans la soirée du 10 Juin 1944, les formations de Lancaster décollèrent de leurs bases entre 22H00 et 23H30, survolèrent le Sud de l’Angleterre puis prirent la direction de Dreux en traversant la Manche sans difficulté. Ils rencontrèrent un ciel peu encombré avec quelques nuages. Après un vol de près de trois heures, les formations de bombardiers arrivèrent dans la région de Dreux et les premiers appareils larguèrent des fusées éclairantes sur la cible pour la repérer et faciliter le travail des bombardiers suivants. 

A 01h00 du matin, deux ou trois vagues de Lancaster (selon la défense passive de Dreux)  larguèrent une pluie de bombes sur le quartier de la gare de Dreux et sur la zone Sud Est de la ville. Ce bombardement dura 15 minutes et des bombes à retardement furent employées pour permettre aux civils d’évacuer leurs maisons avant l’explosion des bombes.

 Au-dessus de Dreux, la Flak se déchaîne et les aviateurs devinent la présence de chasseurs allemands embusqués dans la nuit noire mais ils ne peuvent en distinguer l’efficacité parmi les explosions de la Flak

Très rapidement, deux Lancaster sont mortellement touchés et explosent en plein vol, ne laissant aucune chance à leurs occupants : L’un s’écrase à proximité immédiatement de Dreux (sans doute à Garnay, ) et l’autre à Ste-Gemme-de-Moronval . Malgré ces premières pertes, les autres bombardiers demeurent en formation, poursuivent leur route, larguent leur chargement de bombes à l’endroit prévu puis font immédiatement demi-tour en direction de l’Angleterre. 

Le crash du Lancaster HK553

 L’un des Lancaster piloté par le Sergent Thomas Rodgers DONAGHY du 75 Squadron (RNZAF)  fut gravement endommagé par un chasseur de nuit allemand.  Le choc et les dommages furent si importants que les membres de l’équipage n’eurent que très peu de temps pour évacuer leur appareil en feu. Seuls deux aviateurs réussirent à évacuer l’appareil avant qu’il n’explose en vol.

 Le Sergent Kenneth E. JACKSON réussit à ouvrir son parachute et regagner le sol sain et sauf. En revanche, le second parachute  n’eut pas la même chance et son corps sera retrouvé sans vie le lendemain. Les autres aviateurs ne pourront quitter l’appareil et périront dans la carlingue. L’avion s’écrasa au lieu-dit « La Haye-Rault » à Tillières-sur-Avre . Les corps des aviateurs seront inhumés par les habitants dans le cimetière communal de Tillières-sur-Avre. Aujourd’hui encore, reposent dans le cimetière les corps des aviateurs DONAGHY, LEA, PARKIN, WILLIAMS, MITCHELL et DEW.

Jour J + 4 à Dreux: Bombardement du 10 Juin 1944.

Voici comment ma mère et ma grand-mère

ont vécu ce bombardement :

En 1940, les 9 et 10 juin à Dreux, la gare et l’Hôtel Terminus ont été bombardés par l’aviation allemande. Plus de 100 morts (en particulier des réfugiés des départements du Nord et de la Belgique). Quelques vitraux de l’église ont explosé par le souffle et ne seront pas remplacés de sitôt.
Maman, sa Maman et la maman de mon papa sont parties comme on disait alors en «exode » Après deux semaines de marche éprouvante et près de deux cent kilomètres à pieds vers Nogent le Rotrou, elles sont revenues à Dreux, épuisées. Tellement épuisées que ma grand-mère paternelle en est morte

En 1944, plusieurs bombardements de l’aviation alliée ont lieu lors du débarquement en Normandie. Dreux se trouve sur la route vers Paris et sur une ligne importante de chemin de fer.
Des dizaines de maisons vont être sinistrées ce 11 Juin au petit matin dont cinq dans notre quartier. Mr et Mme Lahia sont tués dans la maison d’en face. La pèlerine bleu nuit de facteur de Mr Lahia va voleter plusieurs jours sur les ruines comme une sinistre chauve souris.
Ma maman et sa maman sont coincées dans la cave sous les ruines de la maison. Leurs cris sont inaudibles de l’extérieur. Elles entendent cependant des personnes s’activer dans les décombres. Certaines commencent déjà à chaparder. Un certain nombre d’objets vont ainsi disparaître… Deux soldats allemands, en réalité des Tchèques enrôlés de force dans la Wehrmacht, qui fréquentaient le bistrot de l’autre côté de la rue, hurlent en mauvais français «Il y a deux dames sous la maison». Ensevelies depuis une heure du matin elles ne sont délivrées qu’à midi.
N'ayant plus de maison, ma maman et sa maman vont se réfugier chez la tante Marie.,  En fait, ma grande tante, sœur de mon grand père mort à Verdun. Avec ses quatre fils cultivateurs, elle habite un petit village, Abondant, à quelques kilomètres de Dreux. Le peu d’affaires, meubles et souvenirs qu’elles ont pu récupérer des décombres a été rassemblé et emmené dans une charrette tirée par un des chevaux de la ferme.

Pour lire l'intégralité du texte, dans la rubrique "AN PAR AN- Une enfance drouaise:

http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/tag/-LE%20FEUILLETON.%20Enfance%20drouaise./6

Plaque aux victimes civiles de la guerre (pour les bombardements de 1940 et 1944) prés du monunment aux morts de Dreux.i

Plaque aux victimes civiles de la guerre (pour les bombardements de 1940 et 1944) prés du monunment aux morts de Dreux.i

Ce bombardement destructif pour Dreux et ses habitants n'eut probablement pas de conséquences significatives sur le déroulement des opérations militaires...

A cette époque la notion de pertes collatérales était inconnue.....

Ce bombardement à la reussite mitigée était-il vraiment nécessaire et inutile comme de nombreux autres bombardements alliés ???  Vaste débat.

Repost 0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 14:37

Dimanche prochain n'oubliez pas de voter à Dreux...

Cliquer sur les listes afin de pouvoir mieux découvrir les visages et noms des candidats.....
Cliquer sur les listes afin de pouvoir mieux découvrir les visages et noms des candidats.....

Cliquer sur les listes afin de pouvoir mieux découvrir les visages et noms des candidats.....

Bon d'accord, j'ai du me tromper d'année. C'était les Municipales de l'an 1971.
Au fait, dans ces deux listes deux (au moins) candidats sont encore avec nous à Dreux.

-Un prof d’EPS dont le stade du vieux pré porte dorénavant le nom ...

-Un instituteur devenu écrivain avec  son dernier livre « La souris » histoire d’une locomotive conduite par son papa.

Les avez-vous trouvés?

-Si vous avez reconnu d'autres personnes de ces listes électorales encore parmi nous, faites moi signe.....

Article de Marcel Dessal (Souvenez-vous ce prof d'histoire conservateur du musée de Dreux, musée qui porta de 1977 à 2013 le nom de Marcel dessal). Article sur les avantages du "panachage".

Article de Marcel Dessal (Souvenez-vous ce prof d'histoire conservateur du musée de Dreux, musée qui porta de 1977 à 2013 le nom de Marcel dessal). Article sur les avantages du "panachage".

-Drouais de naissance et de coeur, je ne vote pourtant pas dans cette ville dont l'histoire me passionne, mais dans une ville de la petite couronne parisienne..

Mais choisir dans ma ville de coeur entre un ancien député qui veut à nouveau être maire pour devenir le patron d'une agglo de 78 communes ou dans ma ville d'adoption, un député qui du haut de son perchoir veut devenir le premier adjoint d'un maire de paille pour diriger à terme le grand Paris.

Quelle différence?.

Quelles similitudes pour ces deux hommes politiques aux profils opposés mais au même égo surdimensionné.

Nota: en 1971, c'est la première liste qui a été (ré)élue, celle du sénateur maire.......

Repost 0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 07:00
Comme chaque second jeudi du mois Michaël Vallée propose au Musée de Dreux une conférence sur Louis-Philippe et la monarchie de Juillet.
Jeudi 14 Février le thème traité présentait «l’affaire Praslin : un scandale au cœur du pouvoir. »
Musee-M.Vallee.-1-aff-Praslin.1.jpg
L’affaire Praslin en 1847 fut l’affaire DSK  de la monarchie de Juillet, avec autant de conséquences politiques.
Un haut personnage, pair de France propriétaire du château de vaux le vicomte, le duc de Choiseul Praslin assassinait son épouse avant de s’empoisonner.
Fait rare, pour faire cesser une agitation capable de faire vaciller le régime, la Chambre des pairs opta pour une procédure moyenâgeuse : un procès posthume. Le 30 août 1847, au cours d'une séance burlesque, la chambre reconnut la culpabilité du duc de Choiseul-Praslin.  Mais, ce dernier étant décédé, le président de la chambre déclara l'action publique éteinte...
Cette affaire privée prit, du fait de la notoriété et de la position sociale du couple, une ampleur particulière et jeta le discrédit sur la monarchie de Juillet, préparant ainsi en partie la révolution de février 1848.
Charles de Choiseul-Praslin (1805-1847)samlap
L'assassin : Charles Laure Hugues Théobald, duc de Choiseul-Praslin né le 29 juin 1805 et morte le 24 août 1847. Il fut pair de France en 1834, chevalier d'honneur de la duchesse d'Orléans en 1837 et fut élu député en 1837.
La victime :  Françoise (dite Fanny) Altaria Rosalba Sebastiani della Porta (1807-1847), fille du général Sébastiani, gloire militaire de l'Empire qui devait devenir un homme politique de premier plan sous la  monarchie de Juillet..
  
 
 En écoutant Michaël Vallée, me revenait en mémoire une émission de télévision en noir et blanc du temps de l’unique chaîne de la Radiodiffusion-télévision française : « La Caméra explore le temps » présentée par Alain Decaux et Alain Castelot.
Ma mémoire était bonne car en farfouillant dans l’ami Google et le camarade I.N.A. j’ai trouvé l’épisode mettant en scène l’affaire Praslin.
Réalisé il y a cinquante ans, en 1962 l’épisode de la Caméra explore le temps s’intitule « Un crime sous Louis Philippe »
Si vous désirez visionner le début de cette émission d’anthologie voir le site de l’I.N.A.
Ne serait-ce que pour revoir quelques instants le regretté Jean Topart un des acteurs les plus emblématiques de la télé d’antan. Jean Topart est décédé le 29 décembre dernier.
    
 
  
la-camera-explore-le-temps-un-crime-sous-louis-philippe.jpg
 Prochaine conférence sur Louis Philippe et la monarchie de Juillet: le 14 Mars .
Repost 0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 07:00

  La jolie factrice de mon quartier est venue devant ma maison pour présenter ses Almanachs du facteur pour 2013. Je ne l’ai pas entendue car depuis peu, elle véhicule son courrier en vélo électrique silencieux. Avant,  la pétarade de sa moto me prévenait de sa venue.

Ce sont mes zouzous qui l’ont accueillie. Ils ont choisi un bel almanach présentant des chevaux et j’ai bien sûr,  offert mon écot d’Etrennes.  calendrier-2013--cheveaux-jpg

En ouvrant cet almanach j’ai parcouru les plans de villes qui y sont présentés.

Pour celui du centre-ville de Dreux, une surprise. Ce plan de Dreux date de Mathusalem. Enfin presque. D’au moins quinze ans. Car le bureau de poste est encore situé rue de Châteaudun et non à son emplacement actuel, Rue Parisis.  Il en est de même d’autres bâtiments publics comme les services techniques qui ne sont plus rue des Caves……Comme on dit, les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés.

calendrier-2013--centre-ville.jpg

La poste drouaise devrait être attentive à ce qu’elle présente dans ses calendriers. .

J’ai conservé pratiquement tous mes calendriers des Postes, Télégraphe et Téléphones   depuis  1950.

Voici au hasard celui de 1952 :

calendrier-1952.enfants--jpg

A l'intérieur, cartes de France et d'Eure et Loir, un mini plan de Chartres. Point de plan de Dreux., 

Une curiosité, les jours en 1952 sont les mêmes qu’en 2013, l’année commence pour ces deux années un mardi et finissent un mercredi le 31 décembre.

Une autre différence les noms de saints ne correspondent plus , certains ont disparus, d’autres sont apparus. Par exemple pour le 1er Janvier 2013, il est marqué JOUR DE L’AN, pour le 1er Janvier 1952, il est écrit "Circoncision"… Heureusement, la Saint Pierre (et Paul) est bien toujours affichée au 29 Juin…  

Repost 0

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt