Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 07:00

mtaville 1  Dans le numéro 24 du journal «Dreux MtaVille»    du 06 décembre 2013, paraissait la vingt deuxième chronique de PIERLOUIM

==================================================

Robert II comte de Dreux-Denier parisis.

Robert II comte de Dreux-Denier parisis.

22-ROBERT II et le second siège de Dreux.

Le temps passe et les générations des rois de France et des comtes de Dreux se succèdent.

Après les deux frères ennemis, le roi Louis VII et le comte de Dreux Robert 1er, leurs deux fils, le roi Philippe II et son cousin le comte Robert II de Dreux furent de fidèles alliés.

Le roi Louis VII âgé de 59 ans se sentant affaibli fit couronner de son vivant son fils Philipe, âgé seulement de 14 ans. Un an après, en 1180, Philippe devint roi à 15 ans sous le titre de Philippe II.

Comme son frère le roi Louis VII, le Comte Robert 1er dut attendre longtemps et une troisième épouse pour avoir enfin un héritier mâle.

A 59 ans en 1184, Robert donna le comté de Dreux à son fils, le futur Robert II. Robert second du nom avait déjà 30ans et séparé de sa première femme Mahaut de Bourgogne. C’est à l’occasion de son second mariage avec Yolande de Coucy cousine germaine de la femme du roi, qu’il reçut la couronne comtale des mains de son père.  

Pendant quelques années, la France eut donc deux rois couronnés et Dreux, deux comtes.

Cette coutume permettait d’assurer une succession sans contestation et sans transitions face à l’appétit des nobliaux féodaux. Philippe II que l’on appellera plus tard Philippe «Auguste» fut l’un des derniers rois couronnés du vivant du roi en titre. Robert II fut le seul à être titré  comte de Dreux du vivant de son père.

Couronnement de Philippe II à 15 ans en 1180.

Couronnement de Philippe II à 15 ans en 1180.

En cette fin du douzième siècle, les conflits entre le royaume de France et le duché de Normandie étaient continuels, souvent violents, malgré de nombreuses trêves et rencontres. Tout en étant roi d’Angleterre, Henri II Plantagenet restait en tant que duc de Normandie un vassal du roi de France. Une grande ambiguïté. N’oublions pas qu’Henry II, était  le deuxième époux d’Aliénor d’Aquitaine répudiée par le roi de France Louis VII. Une histoire de famille en quelque sorte. L’ex-mari français et le mari anglais d’Aliénor, puis leurs fils, puis leurs descendants se firent la guerre pendant près de trois siècles. Dreux se trouvait en première ligne de ces conflits permanents, coincé entre France et Normandie.

Vers 1186-88- Henri II Plantagenet et son fils, (fils d’Aliénor)  Richard futur Cœur de Lion arrivèrent avec leur armée devant Dreux pour en découdre. Ce fut le second siège répertorié de la ville et de la forteresse de Dreux. La forteresse résista courageusement, mais la ville fut saccagée. Le comte Robert II se réfugia au château de la «Robertière» en forêt de Dreux. 

Alors Zorro arriva en la personne du roi Philippe II, dit Auguste.

Les Anglais déguerpirent et Dreux retrouva sa  tranquillité pour de nombreuses années.

Gisants d'Henri II Plantagenets d'Angleterre et Aliénor à l'abbaye de Fronteveaux.

Gisants d'Henri II Plantagenets d'Angleterre et Aliénor à l'abbaye de Fronteveaux.

Cette aventure fit pourtant réfléchir le Comte Robert, second du nom. Il renforça les fortifications de la ville et agrandit la forteresse en édifiant entre autre le donjon dit de Danemarche. Il consolida le château de la Robertière en le transformant d’un relai de chasse en un observatoire fortifié de la frontière Anglo-Normande vers l’Avre.

Nous ne savons pas si le comte Robert Ier vivait encore à la fin de ce second siège de Dreux car il mourut en 1188. Il ne serait pas intervenu, car il avait fort à faire avec ses autres domaines où il s’était retiré, en particulier ceux de Braine et de Brie comte Robert.

Le Comte Robert II va être reconnaissant toute sa vie envers son cousin le roi Philippe Auguste. Il le suivra pendant plus de trente ans, des croisades à la bataille de Bouvines en 1214

=========================================================== Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté" la chronique de Pierlouim chaque vendredi vers 11 h 20

sur les ondes de RTV 95.7 ou en podcast sur le site de RTV

http://www.rtv-dreux.fr/podcast/

Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 07:00

mtaville 1  Dans le numéro 23 du journal «Dreux MtaVille»    du 25 Octobre 2013, parassait la vingt et unième chronique de PIERLOUIM

==========================================

MtaVille-Chronique de Pierlouim-21-Robert 1er et la ville de Dreux.MtaVille-Chronique de Pierlouim-21-Robert 1er et la ville de Dreux.

ROBERT 1er et la ville de Dreux.

Le Comte Robert 1er de Dreux, fils du roi Louis VI le Gros et frère du roi Louis VII aurait pu donner son nom à Dreux comme il l’a donné à la ville de Brie, «Brie Comte Robert.»

«Dreux Comte Robert » un nom de ville qui aurait du panache, n’est-ce pas?

-Robert 1er, a fait pour notre ville ce qu’aucun autre comte n’a fait.

Essayons de récapituler ses réalisations connues à Dreux:

-Il continua et probablement termina la construction à l’intérieur de la forteresse de la collégiale St. Etienne, commencée par son père le roi Louis VI le Gros. Il s’agissait d’une collégiale car elle était gérée par un collège de chanoines, indépendant du diocèse de Chartres et qui nommait les curés des paroisses avoisinantes comme l’église St Pierre de Dreux.

Deux chateaux des comtes Robert :Brie "comte Robert" et chateaux de Braine --Collégiale Saint Etienne de Dreux.
Deux chateaux des comtes Robert :Brie "comte Robert" et chateaux de Braine --Collégiale Saint Etienne de Dreux.
Deux chateaux des comtes Robert :Brie "comte Robert" et chateaux de Braine --Collégiale Saint Etienne de Dreux.

Deux chateaux des comtes Robert :Brie "comte Robert" et chateaux de Braine --Collégiale Saint Etienne de Dreux.

-Il renforça et agrandit les défenses du château, mais aussi celles de la ville en l’entourant de remparts et de fossés, donnant ainsi toute son importance à la forteresse face au duché de Normandie.

-Il fit construire en lisière de la forêt de Dreux un château pour ses parties de chasse et ainsi pu surveiller la frontière avec la Normandie. Ce château prit tout naturellement le nom de la «Robertière.».

Il fit également édifier un château de campagne, au milieu du vignoble drouais. Ce fut le château de «Comteville».

-Il parsema son comté de nombreuses chapelles, comme celle qui se trouvait près de l’actuel tunnel de St Denis; cette chapelle, dédiée à St Denis, était attenante à une maison hospitalière tenue par un ordre religieux proche des templiers qui hébergeait les voyageurs et pèlerins de passage en dehors des murs de la ville.

-Il créa en centre-ville un Hôtel Dieu, qui, reconstruit à la fin du 16°siècle servira d’hôpital jusqu’en 1913.

-Pour permettre aux ordres religieux des différents établissements de charité drouais de récolter de l’argent, Robert leur accorda le droit de foire. Ainsi en 1179, les hospitaliers de St Denis obtinrent le droit de tenir pendant 3 jours, au début des mois d’octobre, une foire dite de la Saint Denis. Cet événement essentiel de la vie drouaise a survécu au fil du temps.

-Par une charte de 1180, Robert renouvela aux bourgeois de la ville le droit de commune, (indépendance vis-à-vis du comté) accordé par son père, le roi Louis VI le Gros en1136.

 

Dreux des comtes Robert - Chateau de la Robertière.
Dreux des comtes Robert - Chateau de la Robertière.
Dreux des comtes Robert - Chateau de la Robertière.

Dreux des comtes Robert - Chateau de la Robertière.

-Il reste malheureusement peu de constructions de l’époque robertienne. L’usure du temps, la guerre de cent ans, les sièges dont ceux d’Henry IV et surtout la révolution sont passés par là. Il ne reste que les vestiges ruinés des tours d’enceinte du château, la tourelle Hennequin de la Porte Chartraine et le chœur (en partie) de l’église St Pierre. Curieusement, le mieux conservé des bâtiments de l’époque du comte Robert a su se cacher durant des siècles pour ne se révéler voilà à peine 6 ans.

Il s’agit de la maison dite « Romane» rue de Sénarmont. Le ravalement de cette maison a mis au jour des éléments reliés à l'art anglo-normand.: quatre arcades encadrant chacune une des baies existantes et reposant sur des colonnettes à chapiteaux feuillagés. L'ensemble de la maison peut être rattaché, par ses caractéristiques stylistiques, aux réalisations des années 1140-50 c’est-à-dire pendant le long règne de Robert 1er qui fut comte de Dreux de 1137 à 1184.

Mais on ne sait pas exactement à quoi servait ce bâtiment: maison des chanoines de St Etienne, maison communale de la ville de Dreux ou maison de ville du comte Robert ?.

MtaVille-Chronique de Pierlouim-21-Robert 1er et la ville de Dreux.MtaVille-Chronique de Pierlouim-21-Robert 1er et la ville de Dreux.

=========================================================== Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté" la chronique de Pierlouim chaque vendredi vers 11 h 20

sur les ondes de RTV 95.7 ou en podcast sur le site de RTV

http://www.rtv-dreux.fr/podcast/

Repost 0
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 07:00

MtaVille-Chronique de Pierlouim - 18 - Comté et comtes.

mtaville 1  Dans le numéro 22 du journal «Dreux MtaVille»    du 08 Novembre 2013, parassait la vingtième chronique de PIERLOUIM

==========================================

MtaVille-Chronique de Pierlouim-20-Louis VII et Aliénor.

20 - LOUIS  VII  et  ALIENOR.

Les deux frères ennemis, le Roi Louis VII et le Comte Robert 1er de Dreux participèrent ensemble à la deuxième croisade en Terre Sainte de 1147.

-Louis VII,  peu avant son accession au trône de France avait épousé Aliénor d’Aquitaine qui apporta au royaume de France deux immenses territoires: l’Aquitaine et le Poitou.

-Etonnant, le roi Louis VII était accompagné dans cette expédition périlleuse en Orient par sa jeune femme. Aliénor emmena avec elle en Orient toute une suite de sa cour dont ses troubadours favoris. Augmentée des épouses des autres croisés, la croisade française se trouva encombrée d’un interminable convoi de chariots qui ralentit sa progression.

-Cette croisade s'acheva en 1149 par un échec total pour les croisés. Ils rentrèrent en Europe sans avoir remporté de victoire militaire après l'échec du siège de Damas en 1148.

-Quant à Robert Ier Comte de Dreux, il était revenu en France avant la fin de la croisade. Incorrigiblement jaloux de la couronne de son frère, Robert fomenta une conspiration contre  Louis VII, en espérant lui prendre le pouvoir. Mais son action fut contrecarrée avec succès par l'abbé Suger de Saint-Denis qui assurait la régence du royaume en l'absence du roi.

 

Mariage de Louis VII et d'Aliènor d'Aquitaine- Seconde croisade.Mariage de Louis VII et d'Aliènor d'Aquitaine- Seconde croisade.Mariage de Louis VII et d'Aliènor d'Aquitaine- Seconde croisade.

Mariage de Louis VII et d'Aliènor d'Aquitaine- Seconde croisade.

-Louis VII ne parut pas en vouloir à son ambitieux frère. Il faut dire qu’il avait d’autres soucis: cette désastreuse croisade entrainant l’absence du roi pendant deux ans avait couté cher aux finances du royaume de France, mais aussi et surtout ses problèmes de  couple avec Aliénor sur laquelle planaient d’hypothétiques rumeurs d’infidélité pendant la croisade.

-Que s’était-il donc passé en Orient ? Le comte Raymond de Poitiers prince d’Antioche réserva à sa nièce un accueil qui provoqua la jalousie du roi. Certains avancèrent l’hypothèse qu’Aliénor aurait eu une aventure avec son oncle.

Une chose est sûre: les deux époux étaient fâchés.

-Au retour de croisade, une réconciliation s’ébaucha. Malgré la naissance de leur seconde fille, les choses s’envenimèrent à nouveau lors de la disparition de l’abbé Suger. L’ombre de la séparation plana sur le couple royal,

Apres 15 ans d’union et la naissance de deux filles, Louis VII fit annuler son mariage auprès du Saint Siège en 1152 en invoquant une raison fallacieuse de consanguinité.

-Ce divorce eut de désastreuses conséquences pour l’époux jaloux et son royaume.

Raymond de Poitiers reçoit Louis VII à Antioche.. Aliènor d'Aquitaine.Raymond de Poitiers reçoit Louis VII à Antioche.. Aliènor d'Aquitaine.

Raymond de Poitiers reçoit Louis VII à Antioche.. Aliènor d'Aquitaine.

-Peu après sa séparation avec Louis VII, Aliénor à 30 ans épousa Henri Plantagenet, de dix ans plus jeune qu’elle. Henri devint roi d’Angleterre sous le nom d’Henri II dit aussi «court manteau» et Aliénor reine d’Angleterre. Le royaume anglais récupéra ainsi le duché d’Aquitaine qui, réuni aux possessions des Plantagenet (Anjou, Maine, Normandie) devint une terrible menace territoriale pour Louis VII.

-Aliénor donna au roi Henri II d’Angleterre trois filles et cinq garçons, dont trois  rois: Henri le jeune, Richard Cœur de Lion et Jean Sans Terre..

-De son côté,  Louis VII épousa Constance de Savoie, puis Adèle de Champagne, mère de son seul fils, le futur Philippe II Auguste.

Une guerre éclata entre l’ancien mari français et le nouveau mari anglais d’Aliénor. Le comte Robert de Dreux fut aux côtés de son frère le roi Louis VII pendant cette guerre franco-anglaise qui se termina par le traité de Gisors en 1180

Cette constante rivalité entre les Français Capétiens et les Anglais Plantagenet va deux siècles plus tard engendrer le long conflit dit «Guerre de cent ans».

1-La France de Louis VII marié à Aliènor d'Aquitaine-2-Aliénor-3-Henri Platagnet roi Henri II d'Angleterre-3-La France après le remariage d'Aliénor. '1-La France de Louis VII marié à Aliènor d'Aquitaine-2-Aliénor-3-Henri Platagnet roi Henri II d'Angleterre-3-La France après le remariage d'Aliénor. '
1-La France de Louis VII marié à Aliènor d'Aquitaine-2-Aliénor-3-Henri Platagnet roi Henri II d'Angleterre-3-La France après le remariage d'Aliénor. '1-La France de Louis VII marié à Aliènor d'Aquitaine-2-Aliénor-3-Henri Platagnet roi Henri II d'Angleterre-3-La France après le remariage d'Aliénor. '

1-La France de Louis VII marié à Aliènor d'Aquitaine-2-Aliénor-3-Henri Platagnet roi Henri II d'Angleterre-3-La France après le remariage d'Aliénor. '

===========================================================

Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté" la chronique de Pierlouim chaque vendredi vers 11 h 20 sur les ondes de RTV 95.7 ou en podcast sur le site de RTV

http://www.rtv-dreux.fr/podcast/

Repost 0
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 07:00

mtaville 1  Dans le numéro 21 du journal «Dreux MtaVille»    du 25 Octobre 2013, parassait la dix neuvième chronique de PIERLOUIM

==========================================

 

Robert 1er comte de Dreux entre son père le roi Louis VI le Gros et son frère le roi Louis VII le Jeune.Robert 1er comte de Dreux entre son père le roi Louis VI le Gros et son frère le roi Louis VII le Jeune.Robert 1er comte de Dreux entre son père le roi Louis VI le Gros et son frère le roi Louis VII le Jeune.

Robert 1er comte de Dreux entre son père le roi Louis VI le Gros et son frère le roi Louis VII le Jeune.

19-ROBERT 1er comte de Dreux–Fils et frère de roi.

-Le roi Louis VI dit «le Gros» avait cinq fils.

Comme il était de coutume à cette époque, pour «verrouiller» sa succession et éviter des contestations de la part des grands du royaume encore très puissants, Louis VI associa son fils aîné Philippe, âgé seulement de 13 ans au trône et le fit couronner roi associé, en 1l29 à Reims.

-Alors qu'il se déplaçait à cheval dans Paris, un pourceau errant dans les rues effraya la monture du jeune Philippe. En ruant de peur, le cheval le fit tomber et l'écrasa lourdement. Le 13 octobre 1131, Philippe mourut à 15 ans des suites de cette chute.

La chute fatale du jeune Philippe fils ainé de Louis VI le Gros.

La chute fatale du jeune Philippe fils ainé de Louis VI le Gros.

-Le second fils Louis, destiné à la carrière ecclésiastique, fut couronné à son tour roi associé à 11ans. C’est peut-être pour cette raison qu’il fut nommé «Louis le jeune».

-Des trois autres fils de Louis VI, deux prirent les ordres, mais le dernier, Robert, refusa la tonsure. Belliqueux et réfractaire, il s’opposa à son frère Louis dès son plus jeune âge.

-Louis VI mourut en 1137 à 57 ans, à la suite d’une indigestion; son surnom de «le Gros» n’était donc pas usurpé. -Son second fils, Louis, roi associé devint roi à temps plein sous le nom de Louis VII le jeune. Pour calmer la déception de son frère puiné Robert, de ne pas être roi, Louis VII peu après son couronnement lui offrit en apanage la ville et le comté de Dreux qu’il venait d’hériter de son père. Robert de France prit à 27 ans, le titre de comte Robert 1er de Dreux.

-Le Comte Robert de Dreux, premier du nom, était donc fils et frère de roi. Il fut le premier des comtes de Dreux que l’on nommera les comtes «Capétiens». La proximité familiale avec la royauté fera de la maison «de Dreux» une des plus importantes dynasties seigneuriales françaises des XII et XIIIème siècles

-Après le décès de ses deux premières épouses avec lesquelles il n’eut pas d’enfant mâle, Robert se maria en troisième noce en 1152 avec Agnès, comtesse de Braine.

-Outre 10 enfants, dont le futur Robert II, Agnès de Braine apporta en dot à son mari Robert, le comté de Braine (près de Soissons) et une dizaine de seigneuries. Robert se trouva alors à la tête d’une des plus grosses fortunes du royaume de France: Il devint le seigneur de 14 châteaux, situés à l’Est de Paris en descendant en arc de cercle, de Braine au nord-est, à Dreux à l’extrême Sud-ouest du royaume. Robert fut un grand bâtisseur, rénovant entre autre, le château et l’abbatiale St Yved de Braine. Il créa le château et la ville de Brie qui prit le nom de Brie-Comte Robert.

Réalisations hors Dreux du comte Robert 1 (Poursuivis par ses descendants) chateau et St Yved à Braine et chateau de Brie comte-Robert. Réalisations hors Dreux du comte Robert 1 (Poursuivis par ses descendants) chateau et St Yved à Braine et chateau de Brie comte-Robert. Réalisations hors Dreux du comte Robert 1 (Poursuivis par ses descendants) chateau et St Yved à Braine et chateau de Brie comte-Robert.

Réalisations hors Dreux du comte Robert 1 (Poursuivis par ses descendants) chateau et St Yved à Braine et chateau de Brie comte-Robert.

 -Le château et la ville de Dreux, transmis en apanage par son frère le roi Louis VII, furent aussi considérablement embellis et transformés. Robert termina la construction de la collégiale Saint Etienne commencée sous le règne de son père, le roi Louis VI.

Robert de France Comte de Dreux n’avait pas le droit comme son frère le roi, de porter des armes à la fleur de lys. L’origine de son blason n’est pas certaine. Prit-il celui de la famille de sa femme Agnès de Braine, ou celui du comté de Vermandois laissé en déshérence? L’écu échiqueté d’or et d’azur à la bordure de gueule devint celui des comtes de Dreux. Il sert toujours actuellement d’emblème à la ville de Dreux.

-La vie du comte Robert 1er «de Dreux» fut longue et trépidante, il mourut en 1188 à 65 ans. Il fut étroitement lié à son frère, le roi Louis VII, participant entre autre avec lui aux différents conflits contre les Anglo-Normands et à la seconde croisade en Palestine. C’est ce que nous verrons dans les prochaines chroniques.

Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté"

la chronique de Pierlouim chaque vendredi vers 11 h 20

sur les ondes de RTV 95.7 ou en podcast sur le site de RTV:

 

http://www.rtv-dreux.fr/podcast/

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 07:00

mtaville 1  Dans le numéro 20 du journal «Dreux MtaVille»    du 11 Octobre 2013, parassait la dix huitième chronique de PIERLOUIM

==========================================

18- COMTÊ ET COMTES DE DREUX.

Avant de vous conter la saga des comtes de Dreux, voyons ensemble ce qu’est un comté et comment il se transmet.

-Un comté désigne un domaine féodal au Moyen Âge sous la monarchie dont le possesseur a le titre de noblesse aristocratique de comte. -Le titre de comte est un titre de noblesse dont l'origine remonte aux empereurs romains. Comte vient du latin comes, comitis « compagnon, personne de la suite». Il s'agit du plus ancien titre de haute noblesse conféré en Europe et toujours l'un des plus élevés de la hiérarchie nobiliaire européenne.

-Un comte est le vassal direct d'un duc, d'un prince, d'un roi ou d'un empereur. Après la fin de l’Empire romain, les compagnons d'armes des princes francs, en particulier ceux de Clovis, se virent attribuer les «pagis» ces territoires romains, transformés en «Comtés». Ces comtés étaient de superficies assez inégales, ce qui peut cependant correspondre à un arrondissement actuel. Par exemple, le comté de Dreux correspondait à peu près à l’arrondissement drouais. Mais ce territoire comparé aux autres comtés était assez petit. -Le comté de Dreux a probablement été créé vers l’an 500 à l’époque de Clovis. Le premier comte de Dreux dont le nom nous est parvenu, se nommait Landry, avant 960. Le comté changea plusieurs fois de propriétaire: les comtes de Chartres, de Blois et même le Duc de Normandie.

MtaVille-Chronique de Pierlouim - 18 - Comté et comtes.MtaVille-Chronique de Pierlouim - 18 - Comté et comtes.MtaVille-Chronique de Pierlouim - 18 - Comté et comtes.

-C’est le roi Robert II, dit le pieux, fils d’Hugues Capet, qui, en 1026 réunit définitivement le comté de Dreux au royaume de France. Les rois de France furent jusqu’à la Révolution les véritables possesseurs du comté de Dreux. Ainsi les premiers rois capétiens; Henri 1er, Philippe Ier et Louis VI le Gros furent comtes de Dreux en titre.

-Le roi de France, qui avait d’autres chats à fouetter que de gérer le comté de Dreux avait la possibilité de le confier à un membre de sa famille ou à un noble de son choix. Pour céder ainsi la gestion du comté (et de ses revenus) avec le titre de comte de Dreux, le roi de France avait à sa dispositions deux possibilités: l’apanage et l’engagement.

-L’apanage est une concession de fief par le souverain à un fils cadet, alors que le fils aîné devient roi à la mort de son père. Le système d'apanage a été utilisé pour éviter les révoltes des fils cadets, qui se trouvaient sans héritage et ne voulaient pas devenir ecclésiastiques. -Le roi Louis VII le Jeune, héritant de son père Louis VI le gros la couronne de France, céda en apanage le comté de Dreux à son frère cadet Robert qui aurait bien voulu être roi à la place de son ainé. Comte de Dreux sous le nom de Robert 1er, il devint un personnage très important, devant assurer la sécurité du royaume de son frère avec la forteresse de Dreux.
-L’apanage a un caractère héréditaire et se transmet de père en fils. Les comtes de Dreux nommés «comtes capétiens» vont ainsi se succéder de 1152 à 1377. Ils disparurent faute de postérité. Le comté de Dreux revint au roi de France Charles V.- -Les Rois de France utilisèrent alors un autre système pour confier le comté de Dreux.

-L’Engagement: le roi concède en récompenses de loyaux services, le comté à un noble nommé «comte engagiste», Il gère le comté et en perçoit les bénéfices (en particulier ceux de l’exploitation de la forêt de Dreux). Mais cet «engagement» se termine par le décès du comte. C’est pour cela qu’au cours des siècles jusqu’à la Révolution, le comté est revenu par période au royaume, le roi reprenant ainsi le titre de comte de Dreux.

MtaVille-Chronique de Pierlouim - 18 - Comté et comtes.

Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté" la chronique de Pierlouim chaque vendredi vers 11 h 20 sur les ondes de RTV 95.7 ou en podcast sur le site de RTV

http://www.rtv-dreux.fr/podcast/

Repost 0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 07:00

mtaville 1  Dans le numéro 19 du journal «Dreux MtaVille»    du 27 septembre 2013, parassait la dix septième chronique de PIERLOUIM

MtaVille-Chronique de Pierlouim-17-Louis VI le Gros.

17-LE ROI LOUIS VI LE GROS ET DREUX.

-Un des historiens locaux drouais a écrit, à juste titre, que l’on ne connait pratiquement pas la vie des habitants de Dreux avant le XVIème siècle. L’Ordonnance de Villers-Cotterêts signée par François 1er en 1539 rendit obligatoire la tenue de registres des baptêmes mariages et décès par les curés. C’est seulement depuis cette époque que l’on connait la vie et la mort des Drouais, émérites ou inconnus.

-Avant le seizième siècle, l’Histoire ne reconnait que la vie des rois et des seigneurs importants. C’est pour cela que sur plusieurs chroniques, je ne vous présenterai que des personnalités incontournables, en l’espèce Rois et Comtes de Dreux et aussi des faits touchant directement l’histoire de France et en miroir, celle de Dreux.

-Le roi Louis VI fut sans conteste le roi qui a le plus influencé directement, ainsi que ses descendants, l’histoire de la ville de Dreux. Cinquième monarque de la dynastie des capétiens directs, Louis VI naquit en 1081 et devint roi en 1108, à la mort de son père Philippe 1er. Il dût batailler ferme pour conserver son royaume contre des barons voyous et pillards comme le seigneur du Puiset. Ses contemporains le nommèrent alors Louis le «batailleur».

 

Cliquer sur les vignettes pour découvrir les illustrations (livre d'histoire de 1890 en noir et blanc) en entier  - Couronnement Louis VI à Orléans - Seigneur "Félon" revenant d'expédition. Louis VI faisant une guerre sans merci aux seigneurs félons.Cliquer sur les vignettes pour découvrir les illustrations (livre d'histoire de 1890 en noir et blanc) en entier  - Couronnement Louis VI à Orléans - Seigneur "Félon" revenant d'expédition. Louis VI faisant une guerre sans merci aux seigneurs félons.
Cliquer sur les vignettes pour découvrir les illustrations (livre d'histoire de 1890 en noir et blanc) en entier  - Couronnement Louis VI à Orléans - Seigneur "Félon" revenant d'expédition. Louis VI faisant une guerre sans merci aux seigneurs félons.Cliquer sur les vignettes pour découvrir les illustrations (livre d'histoire de 1890 en noir et blanc) en entier  - Couronnement Louis VI à Orléans - Seigneur "Félon" revenant d'expédition. Louis VI faisant une guerre sans merci aux seigneurs félons.

Cliquer sur les vignettes pour découvrir les illustrations (livre d'histoire de 1890 en noir et blanc) en entier - Couronnement Louis VI à Orléans - Seigneur "Félon" revenant d'expédition. Louis VI faisant une guerre sans merci aux seigneurs félons.

Louis VI n'avait de cesse que d’agrandir le territoire de son petit royaume et aussi de l’assurer et de l’affermir. Louis VI tenta en vain de reprendre le Duché de Normandie au duc, roi d’Angleterre.

-Voulant la croissance des villes, mais aussi s’assurer de leur fidélité à la couronne, il  octroya de nombreuses franchises.

-C’est ainsi que Dreux obtint vers 1136 des «droits de commune». La ville devint indépendante du Comté dont Louis VI était le Comte

Louis VI accordant un "droit de commune". Bourgeois lisant leur droit de commune.Louis VI accordant un "droit de commune". Bourgeois lisant leur droit de commune.

Louis VI accordant un "droit de commune". Bourgeois lisant leur droit de commune.

- Louis VI fut le premier à être nommé «Roi de France» et non plus «Roi des Francs», car le royaume des capétiens devint de plus en plus structuré et géré pour atteindre une identité bien «française».

-C'est sous son règne que, par la construction de cathédrales et d’abbayes, se développa l’art gothique. L’abbé Suger de St Denis, créateur de la basilique, fut son ami d’enfance et devenu son homme de confiance écrira la vie de son roi. Ce récit constitue un témoignage unique sur cette époque. C’est après le règne de Louis VI que les souverains français seront couronnés à Reims et inhumés à la basilique de St Denis.

-Mais Louis VI «le batailleur» est resté dans l’histoire sous le dénominatif de Louis VI «le gros». Car, gros mangeur et buveur, il devint à la fin de sa vie, obèse. Il ne pouvait plus monter à cheval et mourut en 1137 après 31 ans de règne à la suite d’une forte indigestion.

Abbe Suger - Basilique st Denis - Louis VI "Le Gros".Abbe Suger - Basilique st Denis - Louis VI "Le Gros".Abbe Suger - Basilique st Denis - Louis VI "Le Gros".

Abbe Suger - Basilique st Denis - Louis VI "Le Gros".

-Depuis le dixième siècle, une chapelle saint Etienne se tenait à l’intérieur de la forteresse de Dreux. Louis VI en 1131 accorda à l’abbé de St Etienne de nommer ses propres chanoines.

-St Etienne devint alors une collégiale autonome sans contrôle du roi et du diocèse de Chartres. A la suite de cette liberté, l’édifice religieux fut entièrement reconstruit et agrandi, dans un style gothique inspiré de la basilique de St Denis.

Louis VI fit aussi développer fortifier le château.

Tous ces travaux de longue haleine furent continués par les successeurs de Louis VI, dont les comtes de Dreux.

MtaVille-Chronique de Pierlouim-17-Louis VI le Gros.

Après un premier mariage «non consommé» Louis VI, marié en seconde noce à Adélaïde de Savoie, eut 7 enfants : parmi eux Louis, le futur roi de France sous le nom de Louis VII et Robert premier, futur comte de Dreux.

===================================================================

  Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté" la chronique de Pierlouim  chaque vendredi vers 11 h 20 sur les ondes de RTV 95.7 ou en podcast sur le site de RTV

www.rtv-dreux.fr/podcast/

Repost 0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 07:00

mtaville 1  Dans le numéro 18 du journal «Dreux MtaVille»    du 13 septembre 2013, parassait la seizième chronique de PIERLOUIM

Royaume des Francs à l'avénement d'Hugues Capet. Dans l'ordre les rois: Hugues Capet, Robert II, Henri 1er, Philippe 1er et Louis VI "le gros". Cliquer sur les vignettes pour voir en entier le visage de ces premiers rois Capétiens.Royaume des Francs à l'avénement d'Hugues Capet. Dans l'ordre les rois: Hugues Capet, Robert II, Henri 1er, Philippe 1er et Louis VI "le gros". Cliquer sur les vignettes pour voir en entier le visage de ces premiers rois Capétiens.Royaume des Francs à l'avénement d'Hugues Capet. Dans l'ordre les rois: Hugues Capet, Robert II, Henri 1er, Philippe 1er et Louis VI "le gros". Cliquer sur les vignettes pour voir en entier le visage de ces premiers rois Capétiens.
Royaume des Francs à l'avénement d'Hugues Capet. Dans l'ordre les rois: Hugues Capet, Robert II, Henri 1er, Philippe 1er et Louis VI "le gros". Cliquer sur les vignettes pour voir en entier le visage de ces premiers rois Capétiens.Royaume des Francs à l'avénement d'Hugues Capet. Dans l'ordre les rois: Hugues Capet, Robert II, Henri 1er, Philippe 1er et Louis VI "le gros". Cliquer sur les vignettes pour voir en entier le visage de ces premiers rois Capétiens.Royaume des Francs à l'avénement d'Hugues Capet. Dans l'ordre les rois: Hugues Capet, Robert II, Henri 1er, Philippe 1er et Louis VI "le gros". Cliquer sur les vignettes pour voir en entier le visage de ces premiers rois Capétiens.

Royaume des Francs à l'avénement d'Hugues Capet. Dans l'ordre les rois: Hugues Capet, Robert II, Henri 1er, Philippe 1er et Louis VI "le gros". Cliquer sur les vignettes pour voir en entier le visage de ces premiers rois Capétiens.

Les premiers rois Capétiens à Dreux. 

-En l’an 987, avec l’avènement d’Hugues Capet débute une longue lignée de 14 rois de père en fils sur 3 siècles, que l’histoire nommera les «Capétiens directs».

-Mais ces premiers Capétiens sont encore nommés rois des Francs et pas encore de France car leur royaume est très restreint. Il est formé seulement d’une partie de la Picardie, de l’Ile de France et descend jusqu’à l’Orléanais. Dreux est la ville la plus à l’Ouest de ce royaume. Par le système féodal, ce petit territoire est entouré par des duchés et des comtés, dont les seigneurs sont les vassaux du roi. Tout cela donne un ensemble disparate aux contours de la France actuelle, sans la Lorraine, la Bourgogne, les Alpes et la Provence.

-Les seigneurs féodaux veulent être maîtres chez eux et n’ont de cesse que de contester l’autorité du roi et profiter de sa faiblesse relative territoriale, militaire et économique.

Toutefois, au fil du temps, profitant des rivalités entre seigneurs, les rois capétiens agrandissent leur royaume en annexant souvent par la force, duchés et comtés de leurs vassaux. C’est ainsi que Dreux, avant de faire partie intégrante du domaine royal, passe dans plusieurs domaines féodaux comme celui du comte de Chartres et pour peu de temps, celui du duc de Normandie.

-Le fils d’Hugues Capet, Robert II dit «le pieux», roi de l’an mil, rattache définitivement vers 1026 le comté de Dreux au royaume des Francs. La dynastie royale des capétiens est très liée à Dreux car la ville (ou plutôt sa forteresse) sert de rempart entre le royaume de France et le duché de Normandie, territoire encore autonome.

-Le roi Henri 1er séjourne souvent à Dreux et surveille sa frontière avec la Normandie -

-C’est pendant le règne du roi Philippe 1er, en 1066 que le duc de Normandie Guillaume le Conquérant devient roi d’Angleterre. C’est aussi sous son règne que débute la longue période des deux siècles des croisades. Son frère, Hughes de Vermandois prend part à la première croisade de 1096 avec le duc de Normandie Robert Courteheuse et Godefroy de Bouillon. Car le roi Philippe est confronté au régime de féodalité et a fort à faire avec ses vassaux  remuants et félons qui se font la guerre, se pillent entre voisins et défient le roi.

-D’aucuns ont pu affirmer que Philippe 1er était mort au château de Dreux. Il décédera en réalité en 1108 au château de Melun après quarante-huit ans de règne.

-Les rois Robert, Henri et Philippe, de père en fils, outre leur titre royal, se transmettent également celui de comte de Dreux et disposent souverainement de ce comté. Ainsi, Henri 1er, vers 1040, fait donation à l’Abbé de Saint Germain de Paris, d’une église à Dreux, consacrée à Saint Martin, à laquelle est joint un prieuré de moines de St Benoit. A cet emplacement, rue St Martin, se situe actuellement une maison de retraite dénommée à juste titre «le prieuré.»

-Le Roi Louis VI le Gros, fils de Philippe 1er, est certainement le roi de cette époque le plus influent pour l’histoire de Dreux. C’est pendant son règne que commencera la saga des comtes de Dreux dits «Comtes Capétiens de la maison de Dreux», et en particulier des comtes Robert.  C’est que nous verrons dans les prochaines chroniques

Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté" la chronique de Pierlouim sur RTV 95.7 chaque vendredi vers 11 h 20 sur les ondes de RTV 95.7

MtaVille-Chronique de Pierlouim-14.
Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 07:00

mtaville 1  Dans le numéro 17 du journal «Dreux Mta Ville»

du 30 Aout 2013 parassait la quinzième chronique de PIERLOUIM

MtaVille-Chronique de Pierlouim-15. Duc de Normandie et roi d'Angleterre.

Le duc de Normandie, Roi d’Angleterre.

-Peu après l’an mil, le duché de Normandie a fini de s’étendre et son territoire ressemble pratiquement à la région normande actuelle. C’est une période faste pour ce duché qui s’enrichit et voit sa population augmenter considérablement.

-Les Vikings ne possédaient pas une tradition de bâtisseurs, mais leurs successeurs, les Normands construisirent de beaux édifices religieux qui sont autant de réussites de l’art roman, de solides forteresses et créèrent de nombreuses villes.. La conquête de la Sicile et du sud de l’Italie par des chevaliers du Cotentin élargit le rayonnement de la civilisation normande jusqu’en Méditerranée

-En 1066, le roi d’Angleterre, Édouard le Confesseur, meurt.
Le chef de l’aristocratie anglo-saxonne, Harold, lui succède. Or, le feu roi aurait considéré le duc de Normandie Guillaume, comme son héritier -Guillaume s’estime floué. Parti de Saint Valéry sur Somme sur 600 navires une armée de 7000 hommes commandée par Guillaume débarque dans le sud de l’Angleterre. Harold vient à sa rencontre à Hastings mais perd la bataille et meurt d’une flèche fichée dans l’œil.  Guillaume duc de Normandie était surnommé «le bâtard» car fils illégitime du duc Robert «le diable ».

-Le 25 décembre 1066, Guillaume le bâtard devient Guillaume II le Conquérant en recevant la couronne d’Angleterre. La puissance du duc prend alors une autre dimension. La Normandie n’est plus une simple puissance régionale et s’installe pour un siècle et demi sur l’échiquier international. Les conflits entre Anglo-Normands et Français seront continuels. Ce seront dorénavant deux rois qui s’affronteront pour la possession de la Normandie. Et pourtant, en théorie, le roi d’Angleterre, duc de Normandie reste le vassal du roi de France.

 

MtaVille-Chronique de Pierlouim-15. Duc de Normandie et roi d'Angleterre.MtaVille-Chronique de Pierlouim-15. Duc de Normandie et roi d'Angleterre.

 -Dreux se retrouve alors aux avant-postes du royaume de France, face aux Normands. La forteresse drouaise devient plus que jamais une pièce maîtresse de la sécurité du royaume des Francs.

-Les pourtours du duché, du côté normand comme du côté français, se couvrent de châteaux qui se regardent «en chiens de fayence». En face du château de Dreux, se dressent ceux de Nonancourt de Tillieres et de Verneuil dont les villes fortifiées sont construites de toute pièce vers 1130, dans un esprit de peuplement mais aussi en protection face au royaume de France.

-Mais, fait peu connu, les Normands vont en plus des châteaux forts, protéger leur territoire d’une défense continue sur la majorité de leur frontière ouest. Le duc-roi Henri II Plantagenet, entre 1158-1169 fait entourer la Normandie non pas de murailles mais d’un système de fossés profonds. Ce que l’on a appelé les «fossés royaux »: des fossés creusés de 10 m de large, 4m de profondeur et surmontés de talus de 4 m de haut. Les fossés étaient «à sec» c’est-à-dire non alimentés d’eau, le tout sur près de cent kilomètres, à l’ouest du duché, face au royaume de France. Près de Dreux, longeant l’Avre, les fossés formaient une seconde frontière, car la rivière était facile à traverser.

-Ces fossés royaux constituèrent pour l’époque des travaux gigantesques dont il ne reste actuellement que peu de traces, la nature ayant majoritairement repris ses droits. Ces fossés ne protégèrent le duché qu’une quarantaine d’années et furent peu efficaces lors de la reprise de la Normandie par le roi de France Philippe II Auguste en 1204

Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté" la chronique de Pierlouim sur RTV 95.7 chaque vendredi vers 11 h 20 sur les ondes de RTV 95.7

MtaVille-Chronique de Pierlouim-14.
Repost 0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 07:00

mtaville 1     Dans le numéro 16 du journal «Dreux Mta Ville»

le 26 Juillet dernier parassait la quatorzième chronique de PIERLOUIM.

LE DUCHE DE NORMANDIE.

MtaVille-Chronique de Pierlouim-14.

-Le duché de Normandie.

-En 911, le roi Carolingien Charles III le «simple» conclut avec le chef viking Rollon un traité à Saint-Clair-sur-Epte. Le roi remit le comté de Rouen aux Vikings, en échange d’un serment de vassalité et de l’engagement à se faire baptiser. Rollon devait également protéger des incursions scandinaves l’estuaire de la Seine et Rouen, la nouvelle capitale normande, Les Normands pourtant vassaux du roi de France ne pensent qu’à agrandir leur territoire et s’opposer en permanence au roi.

-Les Normands se sentent par trop à l’étroit dans cette bande de 50 km de large, le long de la côte entre Cherbourg et Rouen. Ils vont peu à peu grignoter dans le territoire des rois francs et agrandir à la suite de conquêtes, leur territoire «sous souveraineté normande». Car malgré leur promesse, l’immigration viking continue de se déverser dans le territoire. Les anciens scandinaves s’implantent définitivement dans la région normande. La paix et la sécurité revenues dans la région, les évêques retournent dans leur cité épiscopale et les moines dans les abbayes.

Les Normands commencent à établir un état solide, économiquement et militairement, construisant de nombreux monuments civils, religieux ou militaires. -En 962, les Normands se trouvent devant la forteresse drouaise pour en découdre. Ils sont commandés par Richard II comte et futur duc de Normandie. Le duc Eudes de Blois, à qui appartient le comté de Dreux est à la tête des défenseurs de la forteresse.

-Dreux subit alors le premier des six sièges répertoriés de son histoire. La forteresse résista longtemps aux traits et aux engins des assiégeants, qui, la jugeant imprenable, levèrent le siège. En réaction à cet échec Richard II va bâtir le château de Tillieres en défense de la forteresse de Dreux. Les châteaux forts construits en grande partie en bois se transformèrent peu à peu en solides murailles et donjons de pierres.

Chateau de l'an 1000. Robert II roi des Francs. (cliquer sur l'image pour la découvrir en entier.Chateau de l'an 1000. Robert II roi des Francs. (cliquer sur l'image pour la découvrir en entier.

Chateau de l'an 1000. Robert II roi des Francs. (cliquer sur l'image pour la découvrir en entier.

Le Comté de Dreux propriété des rois de France. 

Le comté et la forteresse de Dreux passent de main en main, dont celles des comtes de Chartres. Dreux adopta quelques temps la loi normande pour revenir définitivement aux us et coutumes du royaume des Francs. -D’abord comté, la Normandie devint duché vers l’an Mil, en ayant constitué un territoire peu différent de la Normandie actuelle.

-En 1026, le roi Robert II, fils d’Hugues Capet récupère le comté de Dreux pour le royaume de France. Le comté de Dreux restera propriété des rois de France jusqu’à la Révolution.

-Le roi des Francs ne veut pas que le duché de Normandie prenne plus d’ampleur, car Dreux est distant d’à peine 80 km de Paris, la capitale franque. Dreux devint, pour près de deux cent cinquante ans une forteresse stratégique, verrou garant du royaume de France. C’est pourquoi les premiers rois capétiens furent très présents à Dreux pour renforcer sa forteresse et surveiller le duché de Normandie, leur ennemi de l’Ouest. Il faut aussi signaler que malgré cette frontière fermée à sa partie Est, le duché de Normandie agrandit son territoire pendant près de cent vingt ans, de 911 à 1035, date de la dernière annexion, celle du Mont St Michel.

-Les guerres furent continuelles entre les ducs de Normandie et les rois de France. -La conquête de l’Angleterre en 1066 par Guillaume le Conquérant va changer la donne, car le duc de Normandie devient aussi roi d’Angleterre. Dreux se trouve alors coincé entre le royaume des Francs qu’il doit défendre et un duché dont le duc est aussi roi.

-Un duc roi ou un roi duc? Telle est la question. Une ambiguïté qui sera lourde de conséquences, c’est ce que nous verrons la prochaine fois

Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté" la chronique de Pierlouim sur RTV 95.7 chaque vendredi vers 11 h 20 sur les ondes de RTV 95.7

MtaVille-Chronique de Pierlouim-14.
Repost 0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 07:00

mtaville 1     Dans le numéro 15 du journal «Dreux Mta Ville»

le 13 Juillet dernier parassait la treizième chronique de PIERLOUIM. 

Mtaville-chronique 13 - Les Vikings à Dreux

13-LES VIKINGS A DREUX

 -Après une période relativement calme sous le règne de Charlemagne, Dreux va recevoir de terribles visites, celles des Vikings. Selon l’image laissée dans la mémoire collective, les Vikings étaient d’affreux barbares, pirates pilleurs et sanguinaires. Les historiens actuels nuancent cette image. D’après eux, le « phénomène viking » serait principalement dû à une réaction à la christianisation forcée de Charlemagne.

-L’Empereur à la barbe fleurie, Charlemagne, profondément religieux, convaincu que Dieu lui avait confié la tâche de répandre et de défendre la foi chrétienne, passa sa vie à convertir tous les païens d’Europe. « Par le fer et le sang». Le peuple saxon, qui occupait le nord de la Germanie à la frontière du Danemark, fut victime d’épouvantables massacres, très proches de génocides. Ces massacres contre tous les païens engendrèrent un émoi considérable chez les Vikings, peuples de Scandinavie qui n’eurent de cesse que de se venger..

Charlemagne fait baptiser de forces les Saxons.

Charlemagne fait baptiser de forces les Saxons.

Ce n’est pas un hasard si leurs desastreux raids débutèrent dès 810 sous le règne de Charlemagne. Les églises, les cloîtres, les édifices sacrés et leurs trésors furent en premier les cibles de la fureur des Vikings encore païens et de leur haine du christianisme. -Dreux ne put échapper à ces incursions dévastatrices.

-En 857, après le pillage de Chartres en remontant l’Eure, les Viking ravagèrent Dreux, malgré ses fortifications,.

-A partir de 886 la résistance des Francs, face aux invasions normandes s’organisa. Deux «marches de Neustrie», zones tampon hérissées de forteresses, sont créées pour protéger le royaume franc. L’une entourait la Bretagne, l’autre la future Normandie. Il est fort probable que la forteresse de Dreux faisait partie de cette «marche de Normandie» située entre Le Mans et la Seine.

-Le roi Charles II dit «Le Gros» reconstitua pour peu de temps l’empire de Charlemagne, mais il fut jugé trop faible face aux Vikings lors du siège de Paris de 886/887. Il fut déposé par le comte Eudes de Paris et les premières victoires sur les Vikings s’enchaînèrent. Le petit neveu d’Eudes, Hugues Capet, un siècle plus tard, créera en 987 la longue lignée des rois capétiens.

-En 889, après avoir échoué devant Paris, les Vikings envahirent le pays drouais. A nouveau la ville de Dreux fut pillée et brûlée, mais ils échouèrent devant Chartres où ils perdent 1500 des leurs. 

Mtaville-chronique 13 - Les Vikings à DreuxMtaville-chronique 13 - Les Vikings à Dreux

 -Peu à peu les Vikings que l’on commence à nommer les «Normands», les gens du Nord, évoluent et deviennent moins agressifs. Dans leurs pays scandinaves, des royaumes stables s’installent et voulant commercer avec les autres pays ne peuvent continuer à les piller. Et puis aussi ces royaumes se convertissent peu à peu au christianisme.

- Les Normands, en particulier des Danois, s’installent durablement le long des côtes près de l’estuaire de la Seine. -En 911 après avoir vainement assiégé Paris, les Normands avec à leur tête Rollon sont battus à nouveau devant Chartres.

-Le roi Charles III, dit «le simple», un des derniers rois descendant de Charlemagne, signe avec Rollon en novembre 911 le traité de Saint clair sur Epte. Ce traité octroie aux Normands les territoires entre l'Epte et la mer, en échange de l'arrêt des pillages et d’une christianisation du peuple venu du Nord. Ces territoires formeront plus tard le duché de Normandie

 -Dreux entre alors dans une longue période de 3 siècles de conflits face au duché de Normandie.

==============================================================

Ecoutez ou réécouter la chronique "Si Dreux m'était conté" sur RTV 95.7 chaque vendredi vers 11 h 20 sur les ondes de R.T.V 95.7

Mtaville-chronique 13 - Les Vikings à Dreux

Les vikings à Dreux.

Repost 0

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt