Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 07:00

===========================================================================================


  Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la cinquantième DUROCASSERIE: 

============================================================================================
CINQUANTENAIRE DE LA MORT DE
 MAURICE VIOLLETTE.

 

Il y a 50 ans, le 9 Septembre1960, mourrait Maurice Viollette.

Maurice VIOLLETTE naquit à Janville le 3 septembre 1870, le jour même de la défaite de Sedan, fin du second empire et début de la troisième république. Tout un symbole pour un grand serviteur de cette république.

Son père, huissier fut longtemps maire de Janville. Après des étude de droit, Maurice VIOLLETTE, d’abord avocat, devint secrétaire politique au cabinet d’Alexandre MILLERAND ministre du commerce et de l’industrie en 1899.Venu à Dreux pour inaugurer le buste de Louis TERRIER, son discours fut très remarqué par le comité républicain de Dreux. Il se présenta  aux élections législatives de 1902 et fut élu député d’Eure et Loir. Commença alors une longue carrière politique :

Maurice-viollete--1920.jpg

-Député puis sénateur, conseiller général de l’Eure et loir. Tous ces postes tenus pratiquement sans interruption  jusqu’à son décès.

 -Ministre du Ravitaillement et des Transports maritimes pendant la première guerre mondiale.

 -Gouverneur général  de l’Algérie de 1925 à 1927, puis Ministre d'État sous le Front populaire de 1936 à 1938. Partisan des réformes dans l'Empire colonial, il est l'auteur du projet «BLUM VIOLLETTE» qui prévoyait d'accorder la citoyenneté française et le droit de vote aux élites algériennes. Ce projet jugé à l'époque trop audacieux, déchaîne les tenants de la colonisation contre son auteur, contraint à la démission. Si cette réforme avait pu se réaliser, les rapports entre la France et l’Algérie auraient  probablement été différents.  

-Pour les Drouais, Maurice VIOLLETTE demeure avant tout leur maire de 1908 à 1959. Sauf de 1940 à 1944, démit de ses fonctions par le Gouvernement de Vichy.

Maurice VIOLLETTE fut un grand bâtisseur (Hôpital rue St Denis 1913, Ecole pratique 1920, Clinique Laennec et sanatorium 1933 etc.) Il reste peu de chose de ces réalisations pourtant novatrices à l’époque. Les «plateaux, nord et sud» furent  aménagés pour recevoir l’accroissement de la population, passant de 8000 habitants  à 21000 en moins de 50 ans.

Rarement un homme eut une telle influence sur le destin d’une ville.  

 -L’enterrement de Maurice VIOLLETTE en 1960 à Dreux fut solennel. Veillée funèbre dans la salle basse du beffroi. Sans passer par l’église, long cortège à travers la ville sous les coups sourds du «bourdon» du Beffroi, discours au cimetière.

Deux monuments à la mémoire de Maurice VIOLLETTE : au cimetière et au square de la république, près de celui du général  de Gaulle. Une Grande Rue à Dreux, un Boulevard  à Chartres. Et pourtant d’aucuns pensent que Maurice VIOLLETTE  n’a eu ni  la carrière, ni la renommée nationale qu’il aurait dû mériter.

 François MITTERAND a écrit de Maurice VIOLLETTE :

 «Un homme plus grand que son destin. »

 

  -Fin janvier 2010 disparaissait «l’Action Républicaine », journal crée en 1902 par Maurice VIOLLETTE. Il y écrira jusqu’à sa mort plus de 3000 éditoriaux. La fin de ce journal, même s’il avait perdu depuis longtemps son âme «viollettiste», consacre un peu une seconde mort de son fondateur.

 -La maison de Maurice VIOLLETTE à Dreux, que l’on peut visiter lors des journées du patrimoine devrait devenir musée.

 

C’était la cinquantième durocasserie. Deux ans déjà. Je projette d’en écrire encore autant.

  A bientôt, si Dreux le veut bien.

========================================================================

 Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 
  

Repost 0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 07:00

 ===========================================================================================


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante neuvième DUROCASSERIE: 

=========================================================================
LIEUX D'HISTOIRE DROUAISE :

 Le tunnel de Sant Denis (5 et fin)

 Terminons notre visite du  passé du tunnel Saint Denis.

 -1910- Le passage à niveau de St Denis est devenu un point névralgique de la circulation à Dreux. Plus de cent fois par jour, la circulation est coupée pour plusieurs minutes afin de laisser passer les trains de voyageurs et de marchandises allant ou venant de Paris, de Bueil ou de Maintenon. Une sonnerie stridente annonce la fermeture du passage à niveau.  Le «garde barrière »  tourne  énergiquement une manivelle pour faire s’abaisser les barrières de chaque côté des voies de chemin de fer. Cela occasionne de longues files d’attente de  charrettes, de vélos, de piétons,  et quelques rares automobiles, une invention toute nouvelle. Le passage des trains des lignes Dreux Granville et Dreux Chartres ne perturbe pas le trafic urbain drouais puisqu’il s’effectue au-dessus du pont St Martin.  Passage à niveau st Denis vers 1910

 

-1928. Une passerelle est construite pour éviter aux piétons de se risquer à traverser  les voies par les portillons. Tous les gamins des Rochelles d’avant 1970 ont le souvenir ému de la passerelle : Cavalcade pour monter et descendre les 45 marches de béton (souvent avec cartable et vélo sur le dos). Plaisir de se faire envelopper par la chaude fumée des trains à vapeur passant en sifflant sous la passerelle. Escarbilles dans l’œil garanties.

passage a niveau passerelle terminée - carte

passage a niveau st denis-inauguration passerelle 1929L'inauguration de la passerelle fut l'occasion de faire la fête. Tout le quartier des Rochelles y était convié. 

-1940 et 1944. Les Allemands, puis les Alliés bombardent Dreux, en particulier le quartier de la gare.  La coopérative Beauceronne en partie détruite est reconstruite après la guerre, mais l’abandon de son activité depuis  1970 l’a transformée en ruine industrielle.

passage-a-niveau-st-denis-4--Beauceronne-1944-jpg

passage-a-niveau-st-denis-4-Beauceronne-2008.JPG 

 

-

 

  

 

 -1944-Bombardements.                                                             -2010- Ruine industrielle.  

-19 Juin 1965 : Le Général de Gaulle, Président de la République est en visite à Dreux en  campagne électorale. Il est arrivé par la micheline venant de Courtalain. Après réception à la mairie et discours place Métézeau il repart vers Chartres en voiture.

Aucun train n’a osé interrompre le long cortège de DS Citroën et de motards traversant le passage à niveau de St Denis pour emprunter la route de Nogent le Roi.

Depuis quelques années les lignes de Dreux Bueil et Dreux Maintenon ne sont plus en fonctionnement diminuant le nombre de passages des trains. Par contre, L’augmentation rapide du trafic routier  entraîne de nombreux bouchons dès la fermeture des  barrières. 

 passage a niveau et passerelle st denis 1975

Passage à niveau, passerelle et circulation automobile 1975.

-1976 : Le passage à niveau est enfin supprimé, la passerelle déposée. Un tunnel est creusé. Mais le maître d’œuvre n’a pas le compas dans l’œil: Les ambulances et les voitures de pompiers trop hautes ne passent pas sous le tunnel trop bas. Elles sont obligées d’emprunter  les ponts St Matin ou des Bléras, pour se rendre au nouvel Hôpital ou à la caserne des Pompiers en amont du tunnel. Malgré ce grave inconvénient, le tunnel  permet depuis plus de trente ans une circulation (presque) fluide du haut de St Denis.

passage-a-niveau-st-denis-tunnel-1.JPG

 -De grands projets pour le haut de St Denis sont dans les cartons des décideurs drouais, comme le programme «cœur d’Agglo» :

 

-Bientôt : Le sol du  tunnel devrait être recreusé pour qu’enfin cars et  véhicules de secours  puissent passer.  

-Plus tard : La ruine de la Coopérative beauceronne devrait être transformée en logements.

-Dans l’avenir (ou à la saint Glinglin ?) Le secteur de la gare devrait se  réorganiser vers le quartier des Rochelles.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Début septembre : Cinquantième anniversaire de la mort de Maurice Viollette.

A bientôt, si Dreux le veut bien.

========================================================================

 Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 

 

Repost 0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 07:00

 ===========================================================================================


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante huitième DUROCASSERIE: 

=========================================================================
LIEUX D'HISTOIRE DROUAISE :

 Le tunnel de Sant Denis (4)

  

Continuons à visiter le passé du tunnel Saint Denis.

 

Le haut de Saint Denis subit encore le passe dtévasatsateurtetaur de troupes lors es lorss trouble de la "Fronde" (vers 1650). Puis, l’endroit va connaître une période paisible de 150 ans voyant passer les saisons  au rythme des vendanges, bonnes sous le soleil ou mauvaises selon le gel et la grêle.

 

-1798. Ce qui reste de la Chapelle de St Denis avec une partie de la pièce de terre qui l’entoure est vendue moyennant 8 livres au citoyen Pierre Moreau

-1801. La chapelle est entièrement détruite et disparaît de la mémoire des Drouais.

 

-Début du XIX° siècle. Depuis la Loi du 28 pluviôse an VIII (17/02/1800), Dreux fait partie du département de l’«Eure et Loir» et dépend administrativement de la préfecture de Chartres et non plus du bailliage de Montfort-Lamaury. La route de Nogent est pour cette raison devenue très passagère. Les diligences, les charriots rejoignent Chartres par la vallée de l’Eure, Nogent-le-Roi et Maintenon, la route directe par la plaine de la Beauce étant  peu utilisée.

   

-1860. Depuis plus de vingt ans les maires Lamésange, Mésirard et Gromard  ainsi que le député Desmousseaux de Givré se battent avec obstination pour faire passer le chemin de fer à Dreux. C’est la guerre des tracés. La ligne Paris-Brest passe à Chartres et Paris-Rouen évite notre ville.

gare de dreux 1900-copie-1Finalement Dreux obtient une gare sur la ligne Paris Granville. La gare, rails et bâtiments prennent l’espace occupé par la Foire de la Saint Denis qui a lieu chaque 9 Octobre depuis 700 ans au bas des Rochelles. La municipalité désireuse de conserver cette tradition séculaire la déplace près du centre ville, en créant la place Saint Gilles, future place Mésirard.

La ligne Paris Granville passant par Dreux est l’une des dernières grandes lignes de chemin de fer construites au XIX° siècle.

 

-15 Juin 1864. La première locomotive à vapeur  venant de Paris arrive à Dreux. La gare est inaugurée dans une grande liesse populaire. La capitale est à moins de 2 heures de train, au lieu d’une nuit de diligence. L’économie locale va enfin profiter de ce désenclavement avec le reste du pays.

Mais il y a un hic : La compagnie de l’Ouest a du entreprendre des  travaux importants et onéreux comme le remblai de St Cyr ou surtout le viaduc de Chérisy pour passer au dessus de l’Eure. Malgré les protestations du maire, la compagnie n’a pas voulu faire l’effort financier d’éviter par un pont ou un tunnel le croisement des voies ferrées avec des routes importantes à l’intérieur de la ville. Ainsi  trois passages à niveau sont installés dans Dreux : à Comteville (Route de Bretagne, devenue Nationale 12), aux Bléras (actuellement pont de la rocade prés du magasin E.D.) et au carrefour St Denis. Ce passage à niveau, ancêtre du tunnel actuel, sera le principal «point noir» de la circulation drouaise pendant plus de 100 ans.

(Le pont de St Martin sera construit ultérieurement pour le tronçon Dreux-Granville, inauguré en 1870.)

 

-17 Novembre1870.Lors de la bataille engagée entre Français et Prussiens, les derniers combats ont lieu aux Rochelles le long des voies ferrées. Le sacrifice d’une compagnie de fusiliers marins permet à l’armée de la Loire, très inférieure en nombre de s’échapper par l’Ouest. L’armée ennemie entra par les faubourgs St Denis et St Martin dans Dreux déclarée «ville ouverte».  

Dans 15 jours : Tunnel Saint Denis (fin) : Vingtième siècle.

 

A bientôt, si Dreux le veut bien.

========================================================================

 Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 

Repost 0
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 07:00


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante septième DUROCASSERIE: 

===========================================================================================

LIEUX D'HISTOIRE DROUAISE :

 Le tunnel de Sant Denis (3).

   

Continuons à visiter le passé du tunnel Saint Denis.

Après la désastreuse occupation anglaise de la guerre de cent ans, Dreux va jouir de 130 années de paix. Pendant la Renaissance, l’église St Pierre est rénovée et agrandie,  les quartiers détruits sont reconstruits, et, symbole de cette paix retrouvée, un bel et nouveau beffroi est élevé au centre de la ville.

Le haut du Faubourg «St Denis» jouit aussi de ce calme. La croix buissée est toujours vénérée, ce qui reste de la chapelle et de la maison moniale sert aux vignerons de Rieuville pour entreposer vins et matériels.

 

-1562: Brusquement une période difficile de trente ans, faite de guerres, de rapines, de sièges et de désolation s’abat sur Dreux et sa région.

Et pourtant en cette matinée du 20 décembre 1562, c’est une armée amie et victorieuse qui défile acclamée par les Drouais. Plusieurs milliers d’hommes descendent le faubourg St Denis  se dirigeant vers la ville dont les portes sont grande ouvertes. Les cloches de St Pierre sonnent à toutes volées.

Hier, entre Nuisement et Marville s’est déroulée la première bataille rangée des guerres dites de «religion», furieuse et sanglante entre  16000«Catholiques» et 13000 «Protestants ».

bataille-de-dreux-champ-bataille-1.jpg

Dans ce dessin on aperçoit bien Dreux au loin et Nuisement qui brûle....et ce que l'on voit entre la ville et le champ de bataille est problement Rieuville avec  la Chapelle St Denis..

 

C’est le vainqueur, le Duc François de Guise, commandant l’armée «royale» catholique  qui défile ainsi, à la tête de ses troupes. Il est fier mais un peu chagrin car il est seul, il a perdu ses deux compagnons avec lesquels il formait le «triumvirat» (conseillers influents) après du jeune roi de 12 ans, Charles IX. Le Maréchal de Saint André a été tué et le connétable de Montmorency fait prisonnier, a du suivre l’armée protestante en retraite, commandée par l’Amiral de Coligny. Le duc de Guise a dormi cette nuit dans une grange à Nuisement avec le vaincu, le «protestant» Prince de Condé, lequel ce matin est emmené en prison à Chartres.

Pendant toute la bataille, les Drouais sont restés claquemurés derrière les fortifications de la ville. Ils souhaitaient la victoire du Duc de Guise car leur Comtesse est la reine régente Catherine de Médicis.

L’armée victorieuse descend à Dreux pour assister à un Te Deum à l’église St Pierre.

De longues files de charrettes, en sens contraire se dirigent vers le champ de bataille. Les Drouais doivent accomplir la tâche qui leur incombe: ensevelir les 8000 cadavres laissés sur le terrain.

Le Duc de Guise profitera peu de sa victoire, il sera assassiné en Février 1563.

Jusqu’à la Révolution, une messe célébrera chaque 19 décembre à l’église St Pierre la victoire des Catholiques sur les Protestants à Dreux.

 

Le «haut» de Saint Denis va encore servir par deux fois de poste d’observation et de bombardement. Après l’assassinat d’Henri III, les Drouais fidèles à la ligue et au Duc Charles de Guise (Petit fils du vainqueur de la bataille de Dreux) ne veulent pas d’un roi «Protestant».

 

-1590: Henri de Navarre commence le siège de Dreux mais part au devant de l’armée de la Ligue pour livrer et gagner la bataille d’Ivry: «Ralliez-vous à mon panache blanc!».

 

-1593: Le futur Henri IV fait à nouveau le siège de Dreux. La ville capitule et le château «fort» est démantelé. Peu de temps après, par son retour au catholicisme, Henry IV est couronné roi de France à Chartres.

 

Dans 15 jours : Tunnel Saint Denis (4) : Révolution et Arrivée du chemin de fer.

 

A bientôt, si Dreux le veut bien.

 ========================================================================

 

Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 

Repost 0
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 07:00


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante sixième DUROCASSERIE: 

===========================================================================================

LIEUX D'HISTOIRE DROUAISE :

 Le tunnel de Sant Denis (2).

 

 

Un certain nombre d’endroits à Dreux ont connu par le passé des évènements importants ou spécifiques de le la vie quotidienne drouaise. Pour que ce passé revienne, il suffit d’oublier le présent, de fermer les yeux et se laisser aller à l’histoire.  

  

Continuons à visiter le passé du tunnel Saint Denis, ses rails de chemins de fer, sa gare et sa coopérative beauceronne en ruine.

La chapelle St Denis, sa maison moniale et son champ de foire profiteront peu du calme champêtre de leur environnement.

Proche de la place forte que constitue la ville et son château fort, cet endroit bucolique n’est pas protégé et dominant la ville permet à d’éventuels ennemis de l’observer et d’organiser son siège. A plusieurs reprises la chapelle St Denis eut donc à souffrir de mouvements de troupes ennemies dévastateurs.

 

1421: Une année difficile, au temps de l’une des guerres dites « guerre de cent ans ». Il y a six ans en 1415 les Anglais ont débarqué  sur le sol français. A la bataille d’Azincourt, malgré une grande infériorité numérique ils ont mis la pâtée aux cavaliers français, empêtrés dans la boue et leurs armures en les arrosant de leurs flèches meurtrières. Le chef de l’armée française, le connétable d’Albret, Comte de Dreux, est parmi les morts. Son fils fait prisonnier est emmené en Angleterre où il restera 15 ans. Les Anglais en ravageant le reste du pays ont hésité longtemps avant d’affronter la forteresse de Dreux.

 

Mais le 15 juin 1421, ils sont là : Le Roi Henry V d’Angleterre en personne les commande. Il s’installe à Moronval. Le comte de Tillières qui remplace le jeune Comte de Dreux en prison a demandé du secours au  Dauphin de France,  réfugié à Bourges. Mais celui-ci ne réponds pas. Il faut dire que la pucelle de Domrémy n’a que 9 ans et les voix divines ne l’ont pas encore visitée. Il ne se trouve donc personne pour bouter les Anglais hors de Dreux.

Voyez-vous les batteries d’artillerie qui prennent position devant la croix «buisée» en ce haut de saint Denis d’où l’on découvre toute la ville ? Les perfides Anglois bombardent Dreux de leurs boulets de pierre ravageurs.

 Une bonne partie de la ville est fracassée, notamment le chœur et le clocher du XIIème siècle de l’église Saint Pierre.

 

1241-siege_bordeaux_wavrin.gif

(Il ne s'agit bien sùr pas du siège de Dreux. Mais cela y ressemble).

 

Une autre batterie au-dessus de St Thibault bombarde le donjon et l’enceinte du château fortifié par le Comte Robert.

Au bout de six semaines de siège, la ville de Dreux capitule.

Malgré leurs promesses de clémence, en entrant dans Dreux les Anglais se livrent aux pires exactions : pillages et tueries. L’infortuné Comte de Tillières est pendu.

Dreux subit l’occupation des Anglais  pendant seize ans

 1437. Le Roi Charles VII que Jeanne d’Arc avait fait couronner avant d’être brûlée à Rouen en 1431, délivre enfin Dreux de ses occupants d’outre Manche.  

La Chapelle saint Denis est comme la ville de Dreux, en ruine. Les frères hospitaliers ont fui depuis longtemps.

 

Pendant la période de paix (130 années avant les guerres de religion) la ville va reconstruire les quartiers démolis par les Anglais et entre autres monuments, l’Eglise St Pierre.

La chapelle St Denis ne sera pas reconstruite. Ce qui reste de la chapelle et du monastère n’a plus de vocation religieuse et servira de remise et de réserve à vin pour les vignerons d’alentour.

 

Dans 15 jours : Le tunnel de St Denis-3- : Guerres de religion. 

 

A bientôt, si Dreux le veut bien. 

Repost 0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 07:00


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarantecinquième  DUROCASSERIE: 

=========================================================================================

LIEUX D'HISTOIRE DROUAISE :

Le tunnel de Sant Denis.

 

Un certain nombre d’endroits à Dreux ont connu par le passé des évènements importants ou spécifiques de le la vie quotidienne drouaise. Ces lieux étant nombreux je vais y consacrer plusieurs durocasseries à venir.

Pour que ce passé revienne, il suffit d’oublier le présent, de fermer les yeux et se laisser aller à l’histoire.

Commençons par un lieu qui aujourd’hui peut paraître quelconque et un peu sinistre :

Le tunnel Saint Denis, ses rails de chemins de fer, sa gare et sa coopérative beauceronne en ruine.

tunnel st denis 1

 

 Et pourtant, fermons les yeux, l’histoire passe …

 

1905 : Voyez vous ce jeune maçon moustachu accouru du Berry, embauché par l’entreprise ROUZEAU ?  Il construit avec plusieurs compagnons une belle maison dans la pointe formée par le chemin de Nogent et le chemin de Rieuville (bd Kennedy et rue de Rieuville).

Des tombes et des restes de murs apparaissent sous les coups de pioches. L’archéologie préventive n’existant pas en 1905, les travaux ne sont pas interrompus et les vestiges anciens sont  recouverts par la nouvelle construction.

Mais qu’a donc découvert mon grand-père?

Pour répondre à cette question, faisons un grand saut dans le temps :

 

An de grâce 1180 : Une chapelle dédiée à St Denis vient d’être édifiée par Robert 1er, Comte de Dreux, frère du Roi actuel Louis VII « le jeune ».

 

-Le Comte Robert est un grand bâtisseur.  Au loin, sur la colline vous apercevez la toute nouvelle collégiale St Etienne blottie à l’intérieur de l’imposant château fort.

Derrière la chapelle St Denis se trouve un monastère, un des plus grands de France, occupé par des frères hospitaliers, affiliés aux mythiques «Templiers». Voyageurs et pèlerins  trouvent ainsi gîte et couvert sans entrer dans la ville de Dreux  à plus d’un kilomètre.

Devant la chapelle, se trouve une croix. Tous les ans, le jour des rameaux, une procession réunissant le clergé et les fidèles drouais sort de la ville pour se rendre devant cette croix que l’on nomme «croix buissée», car chacun y attache un petit rameau de buis béni.

 

-Le Comte Robert est généreux : Il vient d’accorder aux frères hospitaliers le droit de foire de trois jours, chaque année à la Saint Denis et d’en récolter les profits.

 

Nous sommes début octobre (le 9 exactement), entendez vous cette agitation ? (Ne rouvrez pas les yeux car dans 8 siècles il y aura à cet emplacement la gare et ses voies ferrées)

Voyez cette foule bariolée venue de toute l’Ile de France, même parfois de Normandie, ce pays ennemi dont le Duc est aussi Roi d’Angleterre. Des bourgeois, des ecclésiastiques,  des gentes damoiseaux et damoiselles déambulent, attentifs aux marchands, et camelots leur   présentant draps multicolores, fourrures et ustensiles de toutes sortes. Des bateleurs, ménestrels et montreurs d’ours ameutent la foule à grand bruit. Des milliers de bestioles réunies en troupeaux attendent de nouveaux propriétaires : volailles, vaches, cochons, moutons, chevaux.

Bref, c’est  la foire de la Saint Denis à Dreux, une des plus importante du royaume.

Cette foire typiquement Drouaise se tiendra chaque année à cet emplacement jusqu’en 1864, l’arrivée du chemin de fer la déplaçant vers la place St Gille (Mésirard.).

 

 Dans quinze jours nous verrons que ce lieu drouais, le tunnel de St Denis, ne connut pas que des jours heureux.

  A bientôt, si Dreux le veut bien.

========================================================================

Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 
====================================================================== 
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail

pierlouim@cegetel.net     

Repost 0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 07:00


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante quatrième  DUROCASSERIE: 

=========================================================================================

 

ANECDOTES DROUAISES DE LA GUERRE DE 1870.

 

Pour terminer les Durocasseries consacrées à la douloureuse guerre de 1870 deux anecdotes moins tragiques. :

 

-Le Douanier ROUSSEAU.

En 1863, Henri Rousseau qui n’est pas encore le peintre «douanier Rousseau » (1844-1910) à la suite d’un larcin, pour échapper à la prison s’engage dans l’armée pour 7ans au 51ème régiment d’infanterie, cantonné à Dreux. ROUSSEAU n’hésitera pas à mentir pour constituer sa légende relayée par APPOLINAIRE : Sa participation à l’expédition française au Mexique et une intervention éclatante dans la défense de Dreux. Mais tout cela est faux. Il n’ira jamais au Mexique et sera démobilisé en 1870 au titre de soutien de veuve.

Douanier-ROUSSEAU--Paysage-avec-scene-de-guerre-jpg

 

En novembre 2007 à la salle des ventes Drouot, un tableau du douanier Rousseau «Paysage avec scène de guerre» de 1877 est adjugé 141 600 €. Le tableau qui n’a rien à voir avec Dreux relate cependant un fait survenu durant l’hiver 1870-1871, aussi rigoureux que meurtrier.

1870 ballon 

-Le Ballon « Céleste » atterrit à Dreux le 30 Septembre 1870.

En 136 jours du siège de Paris (Sept.1870-Fév.1871), 67 ballons «montés» s’envolent de Paris vers la Province non occupée par l’armée prussienne.

N’étant pas «dirigeables» chacun de ces ballons connait un destin différent.

-Trois ballons explosent avant l’envol,

-deux ballons s’abiment en mer (Dans le bassin d’Arcachon et en Manche prés de Plymouth) entrainant dans la mort leur aérostier.

- Cinq ballons sont prisonniers des Prussiens (deux malheureux atterrissent directement en Allemagne).

- Un ballon vole jusqu’en Norvège, trois en Hollande et deux en Belgique.

 

Dans la cinquantaine de ballons ayant réussi leur mission trois terminent leur vol en Eure et Loir dont un à Dreux.

Le cinquième ballon, le «Céleste» s’envole de l’usine à gaz de Vaugirard le 30 Septembre à 9h30, 1870 Gaston Tissandier by Henri Thiriatà son bord Gaston TISSANDIER, un aérostier confirmé.

Il n’est pas rassuré: le «Céleste» est un vieux ballon troué de partout et rafistolé en catastrophe. Le voyage est mouvementé.

Au-dessus des troupes occupantes à Versailles et à Houdan, TISSANDIER jette des milliers de tracts en allemand incitant les soldats d’outre Rhin à faire comme les Français : se débarrasser de leurs Rois et Empereur et de faire la paix.

 Vers midi le ballon atterrit à Dreux encore en zone «libre». Les Drouais accueillent TISSANDIER en héros.

1870 Ballon arrive à dreux

 

  

La poste de Dreux tamponne quelques 30 000 lettres venant de Paris assiégé destinées à la province et à l’étranger. TISSANDIER rejoint en train le gouvernement réfugié à Tours.

Les trois pigeons qu’il avait emmenés avec lui essayeront de rejoindre Paris avec des messages microfilmés attachés à leurs pattes.

 

Gaston TISSANDIER et son frère, Albert tenteront sans succès de retourner en ballon à Paris. En 1885 ils inventent  un moyen de rendre les ballons enfin «dirigeables».

 

Une rue drouaise porte le nom de Gaston TISSANDIER. Normal, mais il n’y a pas de rue Charles de COYNART, celui qui par son livre «La Guerre à Dreux 1870-1871» fut le témoin le plus important de cette période tragique.

 

 

Le récit complet du voyage en ballon de Gaston TISSANDIER à Dreux est sur le Web : 

http://www.coppoweb.com/ballons/fr.ball_lst.php?idnb=5 

Ne ratez pas ce récit : il est haut en couleur et donne de nombreux renseignements sur cette époque de 1870... 

 

Dans 15 jours : Lieux drouais.

 

A bientôt, si Dreux le veut bien.

========================================================================

Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 
====================================================================== 
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail

pierlouim@cegetel.net  

Repost 0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 07:00


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante troisième  DUROCASSERIE: 

=========================================================================================

 

 

LES DROUAIS DANS LA TOURMENTE  DE 1870 :

 

 

-LES ANONYMES: Un monument dans le cimetière de Dreux entretient la mémoire des Drouais morts pendant les combats de cette guerre. 

1870-monument-guerre-70-cimetiere-Dreux.JPG 

-LES MAIRES DE DREUX :

-Eugène Charles BATARDON (1818-1895) Maire de Dreux depuis février 1869.

Le 8 Octobre 1870 il interdit à un groupe d’éclaireurs Uhlans de pénétrer dans la ville. Le 11, après l’incendie de Chérisy par l’ennemi il décrète Dreux «ville ouverte» pour éviter le sort tragique de la ville voisine. Les allemands se contentent de traverser Dreux sans y stationner. Emile LABICHE, Préfet de l’Eure et Loir furieux de ce qu’il considère comme une trahison, destitue BATARDON et le fait transférer à Tours devant le tribunal du Gouvernement provisoire, qui le remet très vite en liberté. Ironie de l’histoire: le 20 Octobre, le Préfet LABICHE se porte lui-même en calèche avec un drapeau blanc au devant de l’armée prussienne pour traiter la capitulation de Chartres.

-Elie TILLEUL (1804-1893) Maire de Dreux du 11 Octobre 1870 au 18 Avril 1871.

C’est lui qui négocie au soir de la bataille du 17 Novembre la reddition définitive de Dreux.

BATARDON est  à nouveau maire du 19 Avril au 22 Mai 1871.

 

-LE TEMOIN:

 -Charles Arsène DE COYNART (né en 1814 à Dreux) Commandant de la Garde nationale sédentaire de Dreux. En 1872 il fait paraître en recueil sa correspondance avec son frère habitant Trouville (en zone non occupée par les Allemands). Ce livre «La guerre à Dreux-1870/1871» sert de référence pour connaître cette période drouaise douloureuse. (On peut le lire à l’Odyssée).

 

1870-c-beaurepaire.jpg-LE HEROS:

  -Le commandant BEAUREPAIRE : (né en 1830 prés de Caen).

 

 

 Le 18 Octobre, le Lt Colonel de Beaurepaire commandant les mobiles du Calvados, désireux de surveiller des troupes ennemies signalées à Marolles, grimpe en haut de la Chapelle Royale.

 

 Sur le toit il glisse, traverse la verrière du dôme et se tue en tombant sur le carrelage de la Chapelle.

 

-LES DEUX EXTREMES:

1870---general-Ildefonse-FAVE.jpg-Le Général Ildefonse FAVE est né le 12 Février 1812 à Dreux. Comme les autres généraux drouais De BILLY, SENARMONT, DOGUEREAU c’est un artilleur. Mais FAVE est surtout un grand théoricien connu par la publication de nombreux ouvrages sur l’artillerie (Dont un cosigné avec le futur Napoléon III). Ancien élève de l’école polytechnique il y devint professeur puis le Commandant en 1866.

 

Quand éclate la guerre de 1870, le général FAVE, replié sur Paris, commande l’artillerie d’une partie des forts défendant la capitale. Il est blessé pendant la bataille de Champigny.

 Le général FAVE meurt à Paris le 14 Mars 1894.

 

delescluze-caricature.jpg-Charles DELESCLUZE: J’ai eu l’occasion en octobre dernier de vous parler de ce Drouais révolutionnaire surnommé par ses contemporain «Barre de Fer». Il aurait eut deux cent ans en 2009. Républicain acharné il s’opposa sans concession au second Empire et passa une partie de sa vie en exil, en prison ou au bagne. Il mourut sur une des barricades de la Commune le 25 Mai 1871.

 

Ces deux natifs de Dreux n’étaient pas très aimés de leurs contemporains. L’un pour avoir été trop prés du régime impérial (aide de camps de Napoléon III). L’autre pour sentir le souffre de cette période détestée par la troisième République que fut la Commune, triste épilogue de la guerre de 1870.

 

Dans 15 jours : plus gai : Anecdotes drouaises pendant la guerre de 1870.

Voyages en Ballon.

A bientôt, si Dreux le veut bien

========================================================================

Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 

====================================================================== 
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail

pierlouim@cegetel.net    

Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 07:00

 


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante deuxième  DUROCASSERIE: 

=========================================================================================

 

 

LA GUERRE DE 1870 A DREUX.

   

Octobre 1870, Dreux a peur.  La guerre s’étend et se rapproche. Les allemands sont à Versailles depuis le 19 Septembre et assiègent Paris depuis le 22.

Dreux n’a plus de contact avec la capitale.

La voie ferrée Paris Granville et le télégraphe sont coupés. Les nouvelles apportées par un ballon venant de Paris et atterri à Dreux ne sont pas rassurantes. L’ennemi sera à Dreux dans les jours qui viennent.

Charles de Coynart, militaire à la retraite, commandant des gardes nationaux de Dreux conseille au maire Batardon de ne pas résister si une armée prussienne entre dans la ville. Une résistance serait vaine car la région de Dreux est un pays plat «à découvert».

 

 -8 Octobre : 7000 Allemands avec 12 canons sont arrivés à Houdan. Des éclaireurs Hulans se présentent à l’entrée de Dreux. Le maire ne les laisse pas entrer.

A Chérisy 24 Hussards bleus venu réquisitionner de l’avoine et des vaches pour l’armée assiégeant Paris se heurtent à 200 Français et prennent la fuite.

1870 requisition ferme guerre7013 Scéne de réquisition de l'occupant dans une ferme.

 

-9 Octobre : Les Allemands reviennent pour réclamer les réquisitions de la veille. Ils sont attaqués par un détachement des Mobiles de l’Orne et des gardes nationaux de Dreux. Une lutte acharnée s’engage dans le village. L’ennemi se retire. On dénombre plusieurs morts et prisonniers de chaque côté.

 

1870 incendie cherisy-10 Octobre : Les Allemands reviennent en force: 2000 hommes et plusieurs canons attaquent sans succès les Français barricadés au pont de Chérisy.

 

Pour les Prussiens, un village dans lequel ils sont attaqués est réputé «en guerre».

 

Ils vont donc se venger : Plus de 50 maisons de Chérisy sont en flammes quand l’ennemi se retire.

 

 

-18 Octobre : Le Lt Colonel de Beaurepaire, commandant les Mobiles du Calvados, désireux de surveiller des troupes ennemies signalées à Marolles, grimpe en haut de la Chapelle Royale. Sur le toit il glisse, traverse la verrière du dôme et se tue en tombant sur le carrelage de la Chapelle.  

 

1870 combat neige phot-24 Octobre : En pleine nuit, aux «5 chênes» (Route de Châteauneuf) une fusillade entre mobiles et francs tireurs se prenant les uns les autres pour des Prussiens fait 12 morts et une soixantaine de blessés français à la surprise des Allemands cantonnés à Marville.

 

-La capitulation de Metz le 27 Octobre libère beaucoup de  troupes allemandes sur le siège de Paris et la province. La pression de l’occupant devient plus forte en Eure et Loir.

 

-17 Novembre : Au même endroit que la bataille de 1562, entre Catholiques et protestants, 15 000 Allemands avec 12 canons venant de Chartres sont interceptés par 3000 Mobiles et 700 Fusiliers Marins (sans artillerie) entre Imbermais et Nuisement. Le combat étant inégal, les Fusiliers marins se sacrifient pour permettre aux mobiles de se replier sur Nonancourt.

Aux Rochelles, une rue à l’endroit des derniers combats porte le nom de «17 Novembre» (sans mentionner l’année 1870)

 

-18 Novembre –Les Allemands entrent dans Dreux, décrétée «ville ouverte», afin d’éviter le sort malheureux de Chérisy. Pour Dreux la guerre est finie

 

-1871 :

- 18 janvier : L’Empire Allemand est proclamé à Versailles.

-28Janvier : Paris capitule. -10 mai : Traité de Francfort, la France perd l’Alsace et la Loraine.

Après que les Français eurent payé les 5 milliards de Francs or exigés par les vainqueurs, les Prussiens quittent le territoire français le 16 septembre 1873.

 

Dans 15 jours : Personnalités drouaises de 1870.

 

A bientôt, si Dreux le veut bien

 

========================================================================

Si vous désirez lire ou relire les précedentes "durocasseries" cliquez sur : 
-DUROCASSERIES DE PIERLOUIM. 

====================================================================== 
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail

pierlouim@cegetel.net   

 

 

Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 07:00


 Paraît cette semaine  dans le 
"DROUAIS MAGAZINE"'
la quarante et unième  DUROCASSERIE: 

==========================================================================


1870 : UNE GUERRE MECONNUE.


La mémoire collective fait peu de cas de la guerre de 1870, une défaite humiliante faisant  perdre à la France l’Alsace et la Lorraine. Pourtant cette guerre fut déterminante car elle porta en germe  les deux guerres dites mondiales .


Les causes :
Un empire finissant (le second français, avec Napoléon le troisième) contre un Empire (l’Allemand) en devenir. Le trône d’Espagne est vacant. Un prince Allemand se présente à la succession, L’Empereur français n’est pas d’accord. Le Roi Guillaume de Prusse accepte cependant l’effacement de son poulain. Mais, par la célèbre « dépêche d’Ems » bidouillée par le chancelier Bismarck, la France croit à un affront et déclare la guerre à la Prusse le 19 Juillet 1870. Voyant la Prusse attaquée, les «petits» états allemands se rallient au ravissement de Bismarck qui voit ainsi se reconstituer l’Empire Allemand.


Cette guerre courte (à peine huit mois), est « moderne » exploitant toutes les techniques et progrès industriels du XIX °  siècle :


1870 chasseurs à pieds 1870
-Le télégraphe 
: La dépêche d’Ems en est le symbole. Les télégrammes arrivent plus vites qu’un cheval au galop.
Mais les fils une fois coupés par l’ennemi, l’information ne passe plus.


-Le chemin de fer : Le transport par train des troupes et du matériel vers le front favorise une mobilisation  rapide. Mais par manque de coordination, la mobilisation de l'armée française se fit
avec beaucoup de confusion.

(Photo : "Mobiles" se battant prés de lignes de chemin de fer et de télégraphe.) 

-Les fusils :
Le fameux « chassepot » français se charge par la culasse et non par la bouche comme du temps de Napoléon 1er. Cela permet aux soldats de tirer et de recharger 6 fois par minute même en position couché. Ce qui favorise les embuscades. Le chassepot est de meilleure efficacité que le fusil allemand.
Mais les cartouches étant fabriquées en Belgique les Français vont vite manquer de munitions.
1870wp4aa9455a

-Les canons : De meilleure portée,celui des allemands se charge par la culasse

1870 Artillerie-bavaroise
-Les mitrailleuses :
Le «canon à balles» des Français n’est pas à la hauteur du matériel allemand.

La mitrailleuse de Reffye,   utilisée par les français lors de la Guerre de 1870-1871 était actionnée à la main. Ce tout nouvel engin, lourd et mal utilisé ne donna pas les résultats espérés. Cette arme de 13 mm comportait 25 tubes tirant cinq séries de cinq balles. Elle tirait 130 coups par minute et portait à 1100 m,  pesant 800 kg, elle était tirée par 6 chevaux.é
1870mitrailleuse


-La cavalerie : Face aux nouveaux canons et aux mitrailleuses, les charges de cavalerie à la Murat deviennent obsolètes. Les charges de cavaleries suicidaires de Reichshoffen, signent la fin de cette façon de guerroyer.

1870B-Rezonville 02-2
-Les aérostats : Utilisés pour l’observation et pour sortir de villes assiégées, ils sont déjà attaqués par des  canons anti-ballon prémices de la D.C.A.

1870 canon à ballons
-La photographie-De nombreuses photos témoignent sur le vif de cette guerre. 
-La croix rouge :
La France et l’Allemagne ont signés en 1864 à Genève la convention "Pour l'amélioration du sort desmilitaires
blessés", inspirée par la Croix rouge crée par le Suisse Henri Dunant


Les Allemands furent surpris par trois événements de taille :

 
1-Après l’abdication de Napoléon III battu à Sedan, les Allemands pensaient la guerre finie. La république étant proclamée deux jours après, le gouvernement provisoire continua la lutte,  en se réfugiant à Tours puis à Bordeaux. 1870 BismarckundNapoleonIII(le vaincu (Napoléon III )et le vainqueur (Bismarck)


2– Après la reddition  de  Sedan puis de Metz, les Allemands  eurent subitement  400 000 prisonniers de guerre à évacuer vers l’Allemagne.

 
3
Les Allemands se trouvèrent en face d’armées de réservistes (les «mobiles ») et d’une «résistance» faite en partie de francs –tireurs, qui selon l’occupant ne respecte pas les lois de la guerre.

En y ajoutant l’inorganisation des troupes française, les analogies avec la «débâcle» de 1940 sont flagrantes.


L’Eure et Loir prise en tenaille entre les armées allemandes assiégeant la capitale et l’armée de la Loire connaîtra  6 mois terribles.
La région drouaise sera durement touchée par cette guerre.

C’est  ce que nous verrons en détail dans quinze jours.

  A bientôt, si Dreux le veut bien.

Repost 0

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt