Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 07:16

Je fus un temps "Fabophile" à une époque ou les collectionneurs de fèves de galettes des rois n'avaient pas encore trouvé de nom savant ni crée d'association pour se réunir.
J'ai abandonné ma collection de fèves il y a prés de vingt ans quand j'ai vu débouler les fèves venues d'ailleurs (Plus souvent de Chine que de Limoges). Ces fèves vendues par les minotiers et autres industriels par séries à completer par l'achat de  beaucoup de galettes...
Les fèves de ma collection sont presques toutes antérieure à 1970. Certaines de mes fèves anciennes (faites en allemagne avant la guerre de 14 et  la fabrication française de Limoge) sont recherchées.
Mais pour l'instant je garde cette collection sans la complêter...

J'avais fait plusieurs notes exposant une partie des fèves de ma collection sur mon ancien blog des Durocasseries.  
 En voici l'adresse :
http://lesdurocasseriesdepierlouim.blog50.com/tag/fabophilie

Bien sûr comme dans tout blog il faut remonter toutes les notes pour lire par le début.
Bonne visite.
==========================================================================
Quelques féves drouaises...
Fabriquées il y a quelques années pour la pâtisserie LELOUP.
Nostalgie, nostalgie.quand tu nous tiens.........

feves dreux.jpg
feves leloup.jpg 

Pour information,
ces fèves sont disponibles à l'Office de Tourisme de Dreux agglomération
au tarif de 3,50 euros /fève, ou 15 euros la série.
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 14:36

En feuilletant le bulletin officiel Municipal de 1974,
 je me suis arrêté sur un article parlant de l'association
 "Théâtre en Dreux".

Et surtout sur une photo datée du 11 Janvier 1973.

"Venu assister à Dreux à la "première" de sa pièce "Macbett", Georges IONESCO (une belle coquille de journaliste, car Ionesco se prénomme bien sûr Eugène), à droite en compagnie du metteur en scène Jacques MAUCLAIR, au centre, est reçu au foyer de la salle des fêtes par les Amis du "Théâtre en Dreux
".


Depuis, la salle des fêtes  est devenue le "Théâtre" et attend pour  incessamment sous peu sa modernisation et son agrandissement.
"Théâtre en Dreux" est devenu les "Amis du Théâtre" et fêtera à la fin de l'an prochain son quarantième anniversaire.


Eugène IONESCO né le 26 novembre 2009, aurait donc cent ans cette année.
Un certain nombre de manifestations sont prévues comme une exposition à la grande bibliothèque F. Mitterrand de Paris.


Je n'ai pas trouvé ni photo ni  vidéo de la "première" (était ce vraiment la première de cette pièce à Dreux ?) de "Macbett"
Tout de même deux vidéos :
Une représentation récente de "Macbett" et une interview d'Eugène IONESCO.




========================================================

ANECDOTE PERSONNELLE SUR IONESCO.

 

En 1964, j’effectuait un stage  (on dirait actuellement en « alternance »)  dans les locaux du siège du « Gaz de France » porte Pereire à Paris, dans le service comptable centralisant les situations mensuelles des agences régionales.

Je travaillais avec une brave dame d’une cinquantaine d’années qui m’apprenait le rudiment du métier de comptable.
Elle portait une blouse rose, car ce n’était pas encore le règne de l’ordinateur et les carbones pour les taches cela craint.

Bref, J’étais assis en face d’elle et nous partagions le même téléphone.


Un jour, le téléphone sonnant, la dame (Si mon souvenir est exact elle s’appelait Mme Desjardin) saisit le combiné  et je l’entend répondre :

« C’est toi  Gégène » puis s’ensuit une longue conversation assez animée.


En raccrochant la dame me dit :

"J’avais au bout du fil Eugène IONESCO, vous savez bien celui qui écrit des pièces de théâtre. Nous sommes lui et moi, amis d’enfance. Il écrit un livre sur cette période de sa vie. Il me demande sans arrêt des précisions sur des faits dont il se souvent à peine."

 En riant, elle ajoute :

- "Avec tout ce que je lui raconte il devrait me payer des droits d’auteur."


En effet « Gégène » téléphonait souvent. A plusieurs reprises, la dame étant absente j’ai  répondu au téléphone. J’ai ainsi connu quelques brèves conversations sur des banalités convenues comme dans la « cantatrice chauve » avec le maître de l’absurde…

 

Enfant le jeune  IONESCO  « Gégène » à vécu entre 1917 et 1919 à la Chapelle Anthenaise prés de Laval avec sa sœur en pension chez des paysans. . C’est là que ces deux amis d’enfance ont vécu  une période qui restera dans leur souvenir comme un temps très heureux.
 

Je pense que les indications de mémoire de ma collègue se retrouvent dans « Souvenirs en miettes » paru au Mercure de France en 1967
Je vous rappelle que vous pouvez réagir à cette note en déposant un commentaire en cliquant sur "Déposer un commentaire" ou par mail Pierlouim@cegetel.net 
 
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 07:00

 Un extrait de mon feuilleton "AN PAR AN" pour 1961 (que vous lirez au Printemps prochain) :

- "En vacances avec mes  parents en Alsace. Un matin, un peu avant le quinze Août, à l’Hôtel de Sélestat ou nous étions logé, en descendant de ma chambre j’aperçois papa en grande conversation avec le gérant de l’établissement.

J’apprends très vite qu’ils étaient l’un l’autre prisonnier de guerre en 1940/45. Mais ils ont l’air inquiets. La radio vent d’annoncer que les Allemands de l’Est, certainement  poussé par leurs occupants Russes, sont en train de construire un mur infranchissable entre Berlin Est et Berlin Ouest, secteur contrôlé par les alliés. Papa connaît bien Berlin pour y avoir été retenu pendant 5 ans et subi plus de 200 bombardements des Américains. Il peut ainsi à l’écoute de la radio, suivre  mentalement le tracé de ce mur à  travers la ville qu’il a si souvent arpenté.   Pour ces deux anciens prisonniers de guerre cette tension entre les deux blocs est très dangereuse.
 « Aura-t-on la guerre ? »

Les Berlinois commencent sans le savoir 28 ans de séparation arbitraire car ce mur est très particulier et restera unique dans son genre.  Contrairement aux autres murs, comme celui de la muraille de chine ou le mur d’Adrien en Angleterre, il  n’est pas construit pour contenir une invasion venue de l’extérieur mais pour empêcher les habitants de l’Est de fuir leur pays. Preuve que le paradis soviétique prôné par l’occupant Russe ne tient pas tout à fait ses promesses."


Un symbole : Visite du mur de Berlin par JF Kennedy en 1962 avec W. Brandt Maire de Berlin et K Adenauer, Chancelier et le fameux "Ich bin ein Berliner"

Par la suite ayant vécu quelque temps en Allemagne j’ai eu l’occasion à plusieurs reprises de me rendre à Berlin Est, (en 1970 et 1976).

 Berlin, à l’époque était une ville bicéphale :
 A l’Ouest beaucoup d’animation des magasins, des immeubles neufs.

 A l’est : morosité.Encore beaucoup de ruines stigmates de la guerre et un niveau de vie bien inférieur à celui de l’Ouest. Et la présence oppressante du mur.

Les Allemands de l’ouest avaient installé sur le toit d'un immeuble surplombant le mur, un immense  journal  lumineux pour informer hors propagande les Allemands de l’Est des actualités occidentales.

Passer à travers le mur était pour un Français facile mais impressionnant. Je me rendais à l’Est par le métro qui zigzaguait entre les deux parties de Berlin. Les contrôles étaient très tatillons. Interdiction formelle de passer des journaux occidentaux, obligation d’acheter des marks d’Allemagne de l’Est à un cours prohibitif, etc.  .  

 Se promener à cinq personnes dans une étroite et pétaradant Trabant sentant l'huile((moteur à deux temps) la nuit dans les rues peu éclairées de Berlin Est et parcourues de nombreuses voitures policières fut pour moi une expérience unique.  Dormir dans un appartement sans chauffage avec une température de moins 2 degrés (-18 à l’extérieur) (Le chauffage se faisant par des poêles au bois. Mais le bois était rationné.) fut aussi surprenant.

 Le grand-père de la famille qui m’accueillait vivait à l’Ouest. Quand il fut malade, sa fille eut l’autorisation de sortir de Berlin Est pour le voir à l’hôpital. Mais on lui a bien fait comprendre que s’il lui prenait l’idée de ne pas rentrer, sa famille restait « en otage » à l’est.

Pour moi le souvenir le plus marquant fut celui des adieux avec mes jeunes amis allemands devant le métro qui devait me ramener à la vie occidentale. Elke, jeune femme de 25 ans ,  les armes aux yeux me disant :
- « Toi tu peux aller de l’autre côté du mur. Nous, la simple idée de vouloir partir est passible de prison."
J’entends encore ce mot "prison"martelé par Elke  en détachant nerveusement les syllabes  « Gefângnis , Ge-fân-gnis» 

 

 Il y a vingt ans, en Novembre 1989 le mur disparut et l’Allemagne divisée se réunifia. Mais d’autres « murs de la honte » existent toujours, uniquement des murs anti- invasion de l’extérieur : entre Israéliens et Palestiniens, entre Américains et émigrants mexicains, et d’autres moins connus. Quand tous ces murs tomberont peut être que tout ira mieux dans ce bas monde…


Les villes de MELSUNGEN et BAUTZEN appartenaient chacune à une  Allemagne différente, maintenant elles se trouvent dans le même pays et dans la même Europe que leur jumelle drouaise.
Partager cet article
Repost0

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt