Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 18:04

Je vous propose de vous présenter les chroniques de Pierlouim accompagnées des émissions similaires sur RTV 95.7.

J'essayerai d'en poster une à deux ou plus par semaine. Car pour l'instant j'ai écrit 90 articles dans MtaVille et enregistré 140 émissions à RTV 95.7.

Le quatrième thème: LES PREMIERS DROUAIS..

Journal, blog et radio 4 -les premiers habitants du Drouais.

Les premiers habitants du drouaisFort Harouard et les Durocasses.

1• Le Dolmen néolithique de la Pierre Pucre. Sauvé des eaux lors du creusement de ballastières, ce dolmen restauré se dresse sur une île, au milieu du plan d’eau de Mézières-Ecluzelles. Il est l’un des plus imposants de la région. Comment des hommes sans outils ont-ils pu, il y a des millénaires, soulever une telle masse de plus de trente tonnes ? 

 

2• Le Fort Harrouard (A Sorel-Moussel, en bordure de forêt) est un site néolithique mondialement connu des chercheurs. Les hommes s’y installèrent vers le cinquième millénaire avant notre ère, en créant un village fortifié au sommet d’un promontoire et entouré d’un vaste fossé. Le site fut habité près de cinq mille ans, du néolithique à l’âge de bronze et abandonné à l’époque gallo-romaine. Des fouilles archéologiques permirent de mettre à jour de très nombreux objets en os, en silex, en céramiques et en bronze dont certains sont exposés au musée Dessal de Dreux.
Vers 500 av J.C, un peuple Celte venu très probablement de la Belgique actuelle arriva dans la région et remplaça, en s’assimilant avec lui, le peuple sans nom de Fort Harrouard.
Le nom de ce peuple Celte englobé dans l’appellation générale de « Gaulois » nous est connu par des inscriptions tardives du temps des Romains : un nom gaulois probablement latinisé: « Durocasse ». Le territoire de ce petit peuple avait à peu près les limites du futur comté et de l’actuel arrondissement de Dreux. Les Durocasses étaient donc installés au nord de la forêt des Carnutes, actuelle plaine de Beauce, aux confluents de la Blaise et de la vallée de l’Eure et face aux collines de la Normandie. Leur village principal devait se trouver à Fermaincourt.
• Les Durocasses, tout en étant « dans l’orbite des Parisii », jouissaient d’une prospérité autonome, par le fait qu’ils contrôlaient la circulation fluviale de l’Eure. Leur richesse provenait de leur activité douanière, percevant des péages des bateaux provenant de la Seine par l’Eure et chargés principalement d’étain britannique nécessaire à la grande cité Carnute : (Chartres) leur voisine méridionale. Les Durocasses faisaient office de garde-frontières et douaniers pour leurs alliés ou plutôt leurs suzerains: les Carnutes. Douze siècles plus tard, Dreux aura la même fonction de garde-frontière entre le royaume de France et le duché de Normandie. 
• Comme la plupart des peuples gaulois, les Durocasses savaient très bien travailler le métal. -Les Durocasses petit peuple avait sa propre monnaie : les potins Durocasses. Le potin est un alliage composé d’étain, de cuivre et de plomb. Les pièces de ce métal étaient coulées dans un moule et non frappées à l’aide d’une forme. Les Durocasses, vassaux des Carnutes, ne sont pas mentionnés par César dans sa Guerre des Gaules. Et pourtant les Carnutes furent les premiers à se rebeller contre les armées de César mais aussi les derniers à leur résister. On ne connait pas la réaction des Durocasses. Furent-ils alliés des Romains ou résistèrent-ils à l’envahisseur? Astérix était-il Durocasse ? On ne le saura jamais.
• L’importance des Durocasses reste mineure dans la Gaule romaine et le passé gallo-romain de Dreux fut fort modeste si l’on en juge par le peu de traces qui nous en sont parvenues.

Emission RTV 95.7 "Si Dreux m'était conté" 4- Les Durocasses.

Prochaine étape de l'histoire chronologique de Dreux:

Les Romains à Dreux.

26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 11:47

Je vous propose de vous présenter les chroniques de Pierlouim accompagnées des émissions similaires sur RTV 95.7.

J'essayerai d'en poster une à deux ou plus par semaine. Car pour l'instant j'ai écrit 90 articles dans MtaVille et enregistré 140 émissions à RTV 95.7.

Le troisième  thème: CHRONOLOGIE DE L'HISTOIRE DE DREUX.

Journal, blog et radio - CHRONOLOGIE DROUAISE.

- Chronologie drouaise
Monsieur AUBRETON, mon instituteur à l’école Ferdinand Buisson inventa vers 1955 un système visuel imparable pour faire comprendre la chronologie de l’Histoire de France à ses élèves. Il tapissa 3 des 4 murs de sa classe d’un ruban de papier de 20 m de long, d’environ 30 cm de large, à 1m 50 du sol (à hauteur des yeux de gamins de 12 ans). 
Ce ruban de papier représentait à raison d’1 cm pour un an, les 2000 années passées entre moins 50 et 1950. Les dates les plus importantes y étaient indiquées, accompagnées d’illustrations.

Suivons cette machine à remonter le temps : Au départ : sur le mur après la porte : 
• An moins 50 : Vercingétorix, s’incline devant César. Nos ancêtres les Durocasses. 
• An 0 : Jésus Christ. Puis sous les vêtements accrochés aux portes manteaux, la longue période Gallo-Romaine, ce qui nous amène au bout de 5 mètres, à…
• l’an 500 : Clovis et son vase de Soisson, ainsi que la création du comté de Dreux.
• L’an 800 : A 8 m, arrivé au fond de la classe, à l’angle des deux murs, Charlemagne et sa barbe fleurie. Nous continuons notre parcours et au milieu du mur du fond, soit à mi chemin de la bande de papier de 20 mètres de long, nous arrivons à…
• L’an 1000 : Le début des rois capétiens. Un peu plus loin, les comtes Robert de Dreux.


L’Histoire s’accélère. Au bout de 14 m. la Guerre de cent ans qui, logiquement, s’étale sur une centaine de centimètres, incluant les 17années de l’occupation anglaise à Dreux.
• 1515 : Mythique bataille de Marignan. En même temps la construction du Beffroi de Dreux. 
• 1562 : Après un petit saut de 47 cm, la Bataille de Dreux, début des guerres de religion.


Notre voyage dans le temps continue en tournant et longeant le mur sous les fenêtres :
• 1600 : Henri IV et sa poule au pot. Dans les années suivantes Louis XIII, Richelieu et la digue de la Rochelle avec le Drouais Métezeau, Jean Rotrou et sa mort héroïque. 
• 1643/1715 : Sur 70cm, le long règne de Louis XIV, puis Louis XV et la Pompadour. A 2m. 50 de la fin de la bande de papier, des évènements brefs mais importants.
• 1789/1804 : 15 petits cm pour la: Révolution Française, 
• 1804/1815 : 13 petits cm pour la «glorieuse» aventure napoléonienne.
• 1914/18 : 40 cm avant la fin des 20 m d’Histoire, 4cm, seulement consacrés à la boucherie de la Grande Guerre. Puis les 20 cm de paix de l’«entre deux guerres »
• 1939/45 : sur 5 cm la désastreuse deuxième guerre mondiale.

L’histoire de France vue par Monsieur AUBRETON s’arrêtait là, en 1950. Il m’arrive souvent de situer mentalement un évènement historique sur la bande de papier qui parcourait les murs de la classe de mon instituteur à qui je dois la passion de l’Histoire.

================================================================

 

Voici l'émission "si Dreux m'était conté" sur RTV 95.7 correspondante à  la Chronologie drouaise.

Prochaine étape de l'histoire chronologique de Dreux:

Les premiers habitants de Dreux.

24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 16:13

Le Photo Vidéo Club Drouais fête les 120 ans de sa création par une exposition à la Chapelle de l'hôtel Dieu de Dreux..
Lors du vernissage j'ai essayé de raconter les débuts du "Photo Drouais de 1896. Mais sans micro et avec l'écho de cette grande salle peu de personnes ont pu m'entendre.
C'est pour cela que je traduis cette intervention orale par écrit sur le blog...... 

EN 1896 ETAIT CREE LE "PHOTO DROUAIS", ANCETRE DU PHOTO CLUB DROUAIS

En 1896, l'invention de la photographie avait déjà 56 ans. Des progrès constant sur trente ans permirent peu à peu à des "amateurs" de profiter de la joie de photographier.

N'oublions pas que le cinématographe des Frères Lumière est inventé cette même années 1896....

Le premier photographe "professionnel" s'installa à Dreux vers 1860.(Audiger puis Pelvey). Les premiers photographes étaient des droguistes (pour les produits chimiques) ou des marchands de tabacs puis libraires pour l'édition de cartes postales.

Le photographe le plus connu de cette époque fut Albert DIETRICH, arrivé à Dreux en 1881, il s'installa avenue de la gare.. Très vite il développa deux succursales à Houdan et àNonancourt (Trois magasins le long de la ligne de chemin de fer Paris Granville).  

Dietrich en 1896, partit s'installer à Flers et céda son affaire à Georges TOUVAY.

On trouve facilement sur Internet de nombreuses  photos de ces deux photographes drouais (en particulier sur le site Delcampe).
 

Dietrich proposait des photos classiques "posées" de la bourgeoisie drouaise. Touvay puis Tournay des photos officielles des militaires du 101°régiment d'infanterie de Dreux. 

 

EN 1896 ETAIT CREE LE "PHOTO DROUAIS", ANCETRE DU PHOTO CLUB DROUAIS
EN 1896 ETAIT CREE LE "PHOTO DROUAIS", ANCETRE DU PHOTO CLUB DROUAIS
EN 1896 ETAIT CREE LE "PHOTO DROUAIS", ANCETRE DU PHOTO CLUB DROUAIS
EN 1896 ETAIT CREE LE "PHOTO DROUAIS", ANCETRE DU PHOTO CLUB DROUAIS
EN 1896 ETAIT CREE LE "PHOTO DROUAIS", ANCETRE DU PHOTO CLUB DROUAIS
EN 1896 ETAIT CREE LE "PHOTO DROUAIS", ANCETRE DU PHOTO CLUB DROUAIS

En 1896 les photographes "Amateurs" drouais fondent leur association  "Le Photo Drouais"

Article du "Journal de Dreux" du 24 Novembre 1896.

Cliquer sur les vignettes pour pouvoir lire les articles.Cliquer sur les vignettes pour pouvoir lire les articles.

Cliquer sur les vignettes pour pouvoir lire les articles.

La première séance de projection organisée par le Photo Drouais eut lieu le

30 Janvier 1897.

cliquer sur les vignettes pour pouvoir lire les articles.cliquer sur les vignettes pour pouvoir lire les articles.cliquer sur les vignettes pour pouvoir lire les articles.

cliquer sur les vignettes pour pouvoir lire les articles.

Les membres fondateurs du Photo Drouais furent au nombre de 22.

Voyons qui  étaient ces Drouais.

Tout d'abord, le président : CHARLES MARIE DE COYNART.. 

 Charles Marie de COYNART est né à Dreux le 9 février 1863. (Fils de Charles Arsène commandant d’infanterie né et mort à Dreux  qui écrivit « la guerre 1870/71 à Dreux » témoignage précieux sur cette période difficile)

Charles Marie de Coynart fit ses débuts de journaliste à 19 ans sous le pseudonyme anagrammatique de Charles de Tranioc en collaborant au Monde Illustré, où il donnait une chronique cycliste et fut un des premiers journalistes sportifs. Au Figaro illustré pour lequel il écrivit des articles sur les jouets, sa passion de toujours. Il signera également des articles dans La Revue des Deux-Mondes, La Revue de Paris, Le Correspondant, ou encore Le Gaulois.

Il publia ensuite des romans sentimentaux teintés d'un peu de naturalisme tels que Jeanne Arthon (1885), Pas d'amour, mœurs de province (1888) ou Stérile (1890). On lui doit également plusieurs essais historiques: Une sorcière au XVIIIe s.: Marie-Anne de la Ville 1680-1725 (Hachette, 1902).Livres dans lesquels il montre son intérêt pour l’ésotérisme et les doctrines rose-croix. Son recueil de 6 nouvelles «Une mort étrange» de 1936 reste un des best sellers du genre macabre. Il participa sans conviction à des séances de désenvoutement de châteaux soit-disant  hantés.

A 33 ans il fut l’un des créateurs du Photo-Club Drouais et longtemps son président.
A 50 ans il s'engagea comme commandant d'infanterie et devint un héros de la guerre 1914/18.
Officier de la Légion d'honneur, Croix de guerre 1914-1918,  

En 1928 après 32 ans il démissionna de la présidence du Photo Club Drouais. Il s’installa à Versailles et vendit sa maison familiale à la poste de Dreux. Cette maison fut détruite vers 1960. Un nouveau bâtiment la remplaça, actuel Agglomération du pays de Dreux. 
 

Charles Marie de Coynart mourut  le 15 octobre 1941 en son domicile du 56 rue des Chantiers. à Versailles. Sa très belle collection de jouets et poupées disparut lors de l’incendie de son appartement dû au bombardement en 1944 de Versailles Chantiers. 

Il est enterré avec son père au cimetière ancien de Dreux..

Charles de Coynart vert 1920
(coll. personnelle Blanche Dalloz).

Plusieurs membres créateurs du Photo Drouais (qui deviendra photo-club en 1945) étaient des Drouais encore connus. 

PHOTO DROUAIS Création 24 novembre 1896
22 membres dont : 

 SEIGNEURY (secrétaire) – Pharmacien carrefour de Billy. (secrétaire) – Pharmacien carrefour de Billy. Il recevait dans sa pharmacie les adhésion et réservations pour les séances photos mensuelles au théâtre (l'ancien situé place Rotrou)

 

FOUCAULT–Photographe professionnel. Arrivé à Dreux en 1886, il fut d’abord marchand de tabac à l’actuelle «Tourelle » Puis il s’installa rue St Pierre puis rue Parisis et St martin.
A partir de 1901 il devint créateur de cartes postales sur Dreux. Il photographiait et  son fils éditait et vendait les cartes postales dans leur librairie. La grande majorité des cartes postales du début du XX°siècle sur Dreux ont été éditées par Ch Foucault. Des témoignages précieux sur la vie drouaise de cette époque ....
ERNOUF – Il tenait un commerce de droguerie et peinture, père du photographe installé rue d’Orisson vers 1920.

BEAUFOUR- Marchand de bois, entrepreneur en charpentes installé à Dreux,  père d’Henry BEAUFOUR né en 1897. Pharmacien place Doguereau à Dreux et qui créa et développa plusieurs médicament et fut l’instigateur des laboratoires Beaufour Ipsen.

Félix Henri Marie Joseph d’ARJUZON  (Paris, 9 mars 1869 - Paris 5 janvier 1957), cinquième comte d'Arjuzon,  et fils du Chambellan de l’Empereur Napoléon III. Propriétaire du Château de Louye. Sa maison est aujourd’hui la mairie de Dreux..

BEAUNIEE. Alexandre BEAUNIEE (1846-1914) 50 ans  ou Georges BEAUNIEE (1874-1943) 22 ans l'architecte honoraire de la ville de Dreux, en particulier architecte de la salle des fêtes Théâtre.

Edouard MICHON : (1848-1943) Peintre décorateur. 25 rue Rotrou. Cours de dessins et de peinture. Décoration d’appartements et d’églises Restauration et copie de tableaux
Edouard Michon est l’auteur de la fresque de l’école St Martin qui devrait être restaurée et de la salle des mariages de l’ancienne mairie au premier étage de l’ancienne caisse d’Epargne.

GOVIN. Marchand de fer et charbon, le grand-père  de Roger Govin qui fut prés de 40 ans membre et président du photo club drouais ..
Une dynastie de photographes, le fils de Roger, Philippe dessine des bandes dessinées et Sa petite fille Victoria. 18 ans qui veut être photographe a déjà exposé ses œuvres..(entre autre à Vernouillet)...

Roger Govin qui vient de recevoir la médaille de la ville de Dreux et ses deux fils

Rendez-vous dans 120 ans

pour le prochain anniversaire du Photo Vidéo Club Drouais.

24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 11:12
Il y a 53 ans un coup de fusil changeait l'histoire du monde.

Il y a 53, un événement imprévu aux U.S.A.  provoqua un immense émoi dans le monde "libre".

Il y a 53 ans Le président des Etats Unis d'Amérique était assassiné à Dallas.

Cliquer sur les images pour les voir en entier.Cliquer sur les images pour les voir en entier.Cliquer sur les images pour les voir en entier.

Cliquer sur les images pour les voir en entier.

En novembre 1963, j'étais élève interne  en classe de première commerciale au lycée Jules Ferry de Versailles.

Voici comment mes camarades en moi avons vécu le tragique événement de l’assassinat de J.F Kennédy :

Le 22 Novembre 1963 vers 10 heures du soir dans le dortoir nous attendons dans un calme relatif l’extinction des feux et le retour de deux ou trois camarades partis à l’infirmerie pour leur traitement du soir. Certains lisent, d’autres dorment déjà, quelques uns chahutent. C’est une jolie et timide infirmière d’à peine vingt cinq ans qui remplace à l’infirmerie l’ancienne « Titine » partie à la retraite. Curieusement, la fréquentation de l’infirmerie a considérablement augmenté depuis la rentrée.

La chambrée lentement s’assoupit. Soudain, un fracassant brouhaha, une porte violemment poussée. Un cri :

« Les copains, on vient d’assassiner Kennedy »

Stupeur ! Montée quatre à quatre de l’escalier. Tous à l’infirmerie. En effet l’infirmière est la seule à posséder un poste de télévision dans le Lycée (à part bien sùxr le Directeur et le surgé) Et nous voilà une vingtaine d’internes en pyjama, un ou deux pions et  l’infirmière en robe de chambre, entassés dans la petite pièce à regarder passionnément la seule chaîne en noir et blanc de la RTF. La deuxième chaîne, c’est pour bientôt, à la fin de l’année. Léon Zitrone à Paris et Jacques Sallebert en direct de Washington (grâce au satellite telstar) essayent de traduire ce qui ce passe en Amérique sous le choc.

Nous sentons que l’histoire vient encore de s’accélérer.

Si voulez lire mes souvenirs d'enfance sur mes textes "An par an"

-Une jeunesse drouaise : de 1946 à 1962 :

http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/tag/-LE%20FEUILLETON.%20Enfance%20drouaise./

23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 11:03

Pour les 120 ans du Photo Club Drouais une exposition "Rencontres Photographiques" à la chapelle de l'Hôtel Dieu de Dreux.

LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.

Photos du vernissage....

LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.
LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.
LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.
LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.
LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.
LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.
LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.
LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.
LES 120 ANS DU PHOTO VIDÉO CLUB DROUAIS.

Dans le prochain article je vous présenterai les débuts

du photo club drouais le 24 novembre 1896.

15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 15:31

Je vous propose de vous présenter les chroniques de Pierlouim accompagnées des émissions similaires sur RTV 95.7.

J'essayerai d'en poster une à deux ou plus par semaine. Car pour l'instant j'ai écrit 90 articles dans MtaVille et enregistré 140 émissions à RTV 95.7.

Le deuxième thème: GEOGRAPHIE DE DREUX.

Journal, blog et radio -3- Géographie de Dreux.

 mtaville 1Dans le numéro 07 (22 mars 2013) de MtaVille paraissait la cinquième chronique de PIERLOUIM.

================================================

GEOGRAPHIE DROUAISE.

L’histoire et la géographie sont enseignées ensemble, car on ne peut dissocier l’histoire d’un pays de sa situation géographique. Les villes ports de mer, montagnardes ou de plaines agricoles, villes du Nord ou du Sud ne peuvent avoir la même destinée.
Et Dreux, quelle est sa caractéristique géographique ?On peut dire que Dreux est une ville d’intersections, une ville de rencontres et de grande diversité. Je m’explique:
1-Le pays drouais  s’étend le long de la vallée de la Blaise. Il est  limité au nord par uneRivière jumelle: l’Avre. Les deux rivières se jetant dans un affluent de la Seine: l’Eure.  L’Avre fit fonction de frontière entre le Royaume de France et le Duché de Normandie, conférant ainsi à Dreux une position militaire d’observation et de défense essentielle.On peut aussi  parler du pays drouais, région des Trois Vallées.
La Blaise et ses différents bras permit l’installation de nombreux  moulins: à foulon, à tan et à farine. Les coteaux et plateaux ensoleillés favorisèrent la culture de la vigne. Pendant plusieurs siècles,  le drap, le cuir et les grains furent avec le vin les principales ressources de Dreux. Vers 1500, la Blaise «canalisée» rendue navigable permit à Dreux via l’Eure puis la Seine, de commercer avec Paris et Rouen. En contrepartie, les gabarres revenaient vers Dreux avec des pierres de Vernon pour construire entre autre, le Beffroi.
 

2-Dreux est au centre de 4 pays géographiques, 4 départements et 4 régions:
-Au Sud, Dreux se trouve tout en haut de la plaine de Beauce, du département d’Eure et Loir et de la Région Centre. Cette longue plaine en ligne droite depuis Orléans buttant contre la colline  au-dessus de la ville de Dreux, facilita  mouvements de troupes et batailles: celle de 1562 entre Catholiques et Protestants et celle de 1870 entre Français et Prussiens
-Au Nord, à la limite de la ville, prés, collines et bois de la Normandie, Département de l’Eure et de la Région de Haute Normandie.
-A l’est, à vingt kilomètres, le début du Bassin Parisien, le département des Yvelines et la Région de l’Ile de France. Dès l’an Mil, le Comté de Dreux appartint aux Rois de France et la ville jusqu’à la révolution fit partie de la Généralité de Paris.
-A l’Ouest, à la source de la Blaise à 30 kilomètres, les hautes collines du Perche, le département de l’Orne et la Région de  Basse Normandie.

3 -Dreux est à l’intersection de deux axes importants de circulation :
D’Est en Ouest: la route de Paris en Bretagne, actuelle Nationale 12 et la ligne Paris Granville.- Du Nord au Sud: L’axe Rouen-Orléans, que l’on retrouve dans la N 154.
-Le croisement de ces routes se trouvait au «Grand Carrefour», actuellement à l’embranchement de la grande rue avec les rues Parisis des tanneurs et  d’Orfeuil. Ces routes existaient déjà au temps des Durocasses. Jules César l’a d’ailleurs avoué: il n’aurait pas pu envahir aussi facilement la Gaule sans ce réseau de chemins de grande qualité. C’est pour surveiller ce croisement de routes devenues voies romaines que les Romains s’installèrent sur la colline, créant ainsi la ville de Dreux. Cette butte, entre le royaume de France et le Duché de Normandie, fera de Dreux une forteresse frontière pendant plus de trois siècles.

La prochaine fois, nous verrons que pour raconter l’histoire d’un lieu, il est aussi important d’en respecter la chronologie.

Journal, blog et radio -3- Géographie de Dreux.

Prochaine note sur la chronologie de l'histoire de Dreux.

Published by PIERLOUIM
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 15:55

Je vous propose de vous présenter les chroniques de Pierlouim accompagnées des émissions similaires sur RTV 95.7.

J'essayerai d'en poster une à deux ou plus par semaine. Car pour l'instant j'ai écrit 90 articles dans MtaVille et enregistré 140 émissions à RTV 95.7.

Le premier thème: LE NOM DE DREUX.

Au nom de Dreux - La Cité des Druides

Le druide 1921

 

En 1821 le jeune Victor Hugo âgé de 19 ans fit un voyage à Dreux à la recherche de sa bien-aimée Adèle. Les parents avaient éloigné leur jeune fille de ce prétendant poète sans le sou, en la cachant à Dreux. Avant de retrouver son Adèle, Victor fit un peu de tourisme dans Dreux et écrivit à son ami Alfred de VIGNY, alors militaire à Rouen :
« Mon Cher Alfred, il n’y a aucun monument druidique. DREUX a donné son nom aux Druides, et ils ne lui ont point laissé de vestiges. J’en suis fâché pour eux, pour la ville et pour moi. »
• Victor Hugo était influencé par les historiens du XIX° siècle qui faisaient un amalgame facile entre les mots Druides et Dreux. C’était tentant car la région drouaise se trouvait avant l’arrivée des Romains au centre d’une immense forêt, dans laquelle se tenait tous les ans des assemblées de Druides, prêtres de la religion druidique. Le nom Druide signifierait selon certains, «hommes des chênes» de drew, dreu «le chêne». La forêt de Dreux fut longtemps nommée forêt de Crothais, car elle aurait servi de demeure à un druide dénommé Crothos, envoyé à Athènes pour y présenter la philosophie druidique.
• Les historiens drouais du XIX° siècle relayaient ainsi volontiers les croyances du Moyen Age. La ville de Dreux aurait été bâtie par Dryus, 4° roi des Gaules, en l’an 443 après le déluge. Tout ceci n’a aucune réalité historique et ne serait que légendes.
• Dreux fut cependant longtemps dénommé la «Ville des Druides».• L’almanach drouais entre 1900 et 1930 s’appelait «Le Druide». L’association musicale drouaise, école de musique, orchestre et fanfare s’appelait la «lyre druidique». (1900/1970). L’ancêtre de Miss Agglo fut «Reine des Druides» vers 1980.
• Le gui coupé en cérémonie par les Druides offert au nouvel an se retrouve dans la légendaire devise de Dreux « A gui l’an neuf ».La revue mensuelle du patronage Saint Jean vers 1920/40 avait pour nom «Le Gui ».
De ces pratiques celtiques provient aussi l’antique procession des Flambarts, transformée de nos jours en carnaval. Mais le nom de Dreux n’aurait rien à voir avec celui des prêtres à la serpe d’or, coupeurs de gui.
• En 1959, sous le chapiteau du« Radio Circus » planté place Mésirard à Dreux, l’animateur de RTL Marcel Fort saluait ainsi son auditoire du jeu radiophonique «Quitte ou double» par un tonitruant : « Salut les Durocassiens et durocassiennes ! » L’assistance riait aux éclats de cette bizarre dénomination.
• Comment doit-on appeler les habitants de Dreux ? Le Larousse répond : « Drouais et Drouaises». Le malicieux présentateur n’avait pas tout à fait tort.
Il déformait simplement le nom des habitants de l’époque gauloise de la région drouaise :
les Durocasses dont les Drouais sont les lointains descendants.

Au nom de Dreux - La Cité des Durocasses

Durocassio carte peutinger

En 1494 dans une bibliothèque de Worms, une carte géographique très ancienne est découverte et remise à un amateur d’antiquité Konrad Peutinger. Cette carte prit le nom de «table de Peutinger». Elle est une copie du XIIIe siècle d’une carte romaine du IVe siècle dans laquelle figurent les routes et les villes principales qui constituaient le «cursus publicus», c’est-à-dire le service de communication et de poste de l’Empire romain. Une carte routière en quelque sorte. La table est composée de onze parchemins, assemblés pour former une bande de 6,82 m sur 0,34 m. Elle montre 200 000 km de routes, mais aussi l’emplacement de villes, mers, fleuves, forêts, chaînes de montagnes, soit la totalité de l’Empire romain. Dans la partie concernant la Gaule, un nom saute aux yeux: «Durocassio». Il s’agit de la première transcription écrite du nom de notre ville. Le fait de figurer sur cette carte, somme-toute succincte, montre l’importance stratégique qu’avait prise notre cité pour les Romains.
• Le nom de Durocassio, terme probablement «latinisé», viendrait de celui du peuple habitant la région : les Durocasses. En s’installant sur la colline au-dessus de la vallée de la Blaise, les Romains nommèrent l’endroit, du nom de ce peuple gaulois dont la cité devait se trouver vers Fermaincourt. Nous ignorons comment s’appelait cette première citée des Durocasse.
• Que signifierait donc le nom Durocasse? De nombreuses supputations essaient de donner une réponse à cette question. Selon de ce que l’on connait de la langue gauloise, «duro» désignerait un fort et «cassio» un guerrier. Les Durocasses seraient donc les «guerriers du fort». De quel fort s’agissait-il? «Casse» pourrait aussi signifier «chevelure». La «Gaule chevelue» de César?’
On retrouve cette terminaison «casse» dans le nom de plusieurs peuples gaulois proches des Durocasses: Véliocasses (Vexin, Rouen), Baiocasses (Bayeux), Viducasses (Vieux dans le Calvados), Tricasse (Troyes). Le suffixe Casse pourrait ainsi désigner un peuple Celte venu de la Belgique actuelle et disséminé dans la région vers le Ve siècle avant J.C.
• L’organisation romaine avait divisé chaque peuplade gauloise en «pagi» et c’est de cette division qu’est né le Pays drouais (Pagus Durocassinus) le Dreugesin. 
Les Durocasses en devenant Gallo-Romains se déplacèrent peu à peu à l’emplacement de la ville actuelle. Le nom de la ville au fil des siècles se transforma et se déforma.

Après les grandes invasions, vers l’an 500, les Francs «francisèrent» le nom de Durocassio en Dreux, comme Evreux, Bayeux, Lisieux, Villemeux etc. Mais, ne me demandez pas le pourquoi de cette terminaison en E. U. X. 
Après l’an mil, le nom de notre ville se stabilisa en «Dreux», au moment où les Rois des Francs devinrent peu à peu les Rois de France.
C’est ainsi que les Durocasses prirent au fil des siècles, le nom de «DROUAIS». La prochaine fois, nous verrons que son nom ne suffit pas à faire l’histoire d’une ville, il faut aussi tenir compte de sa situation géographique.

EMISSION Sur RTV 95.7 Le nom de Dreux.

Prochaine note sur la géographie de Dreux.

14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 15:22

Tous les vendredis vers 11h 20 Pierlouim cause dans le poste.

L’émission « Si Dreux m’était conté» sur les ondes de RTV 95.7.

Si vous avez raté celle du 11 novembre intitulée « Firmin Didot député et industriel » vous pouvez l’écouter en postcast sur le site de la radio ou sur cette vidéo: . 

Les podcasts sur le site de RTV 95.7 ne concerne que les 20 dernières émissions

(revoir sur  http://rtv-dreux.fr/podcast/ )

145 émissions "Si Dreux nous était conté" ont été diffusées depuis trois ans. encore une bonne centaine sont dans mes tiroirs..

Je me propose de vous les faire toutes entendre par ordre chronologique et accompagnée des chroniques "papier" parues sur le journal "MtaVille"

Prochain article sur mon blog, la première chronique  "Le nom de Dreux".

7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 10:36

Article de l'Echo Républicain de la semaine dernière:

Le site Delisle de Dreux sera bientôt démoli pour la future Usine à loisirs

 

À la place des hangars, une palette de lieux de loisirs qui, selon le promoteur, doit attirer 2,5 millions de visiteurs.? - Archives

À la place des hangars, une palette de lieux de loisirs qui, selon le promoteur, doit attirer 2,5 millions de visiteurs.? - Archives

 

300 emplois« Cette usine à loisirs va quand même générer 300 emplois. C'est très bon pour l'attractivité de l'agglomération. Le loisir est 'lune des attentes des habitants ».Une patinoire, un bowling, des restaurants, un hôtel de 70 chambres, une salle d spectacle et plein d'autres espaces de distractions seront implantés à l'emplacement des anciens hangars du transporteur Delisle, devenu friche industrielle depuis plusieurs années.
Un cinéma, une piste de karting pourraient aussi y voir le jour. Les études de faisabilité sont en cours (voir notre édition du 6 juillet).
Gérard Hamel précise que « le projet avance bien. Les locaux seront démolis au mois de novembre. Le désamiantage a commencé ». Représentant une surface couverte de 30.000 m ², cette usine à loisirs sera similaire à celle de Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne) qui porte le nom de Cartonnerie. 
Olivier Bohin

==================================================================

Revoyons ma note du 16 février 2010 (il y a 6 ans)

sur la fermeture des ets DELISLE.


Vers 1960 dans l' "Action Républicaine" , qui vient de nous quitter aprés une longue maladie journalistique, je lisais des petites chroniques humoristiques sur la vie quotidienne à Dreux.
Ces petits billets signés "SIMPLET", un râleur impénitent, se terminaient souvent par une supplique à un mystérieux ami QUI DE DROIT. 

Permettez-moi, de temps en temps de faire mon SIMPLET en vous envoyant ces petits billets d'humeur et en invoquant notre ami QUI DE DROIT.  
En faisant attention à ne pas trop écouter le faux ami ASQUONMADIT.

---------------------------------------------------------------------------------------------



A Dreux, les noms prestigieux encrés dans la mémoire collective disparaissent les uns après les autres. (Baron, Leloup, pizza Guignolo..etc..)
C'est au tour des transports Delisle à Dreux de tirer leur révérence.....
Le petit camion jaune de 1920 est encore là.
Pour combien de temps ?.....
delisle camion 1
================================================================

Vous souvenez vous de l'agence de voyages DELISLE rue Parisis ?

Il y a moins d'un an on pouvait encore y voir la petite diligence Delisle. Depuis, elle est remplacée par une enseigne plus anonyme d'une agence de voyages d'un réseau national. 
De l'autre côté de la rue Parisis, la pendule de l'Ecole d'Horlogerie d'Anet (école fermée depuis plus de vingt ans) a aussi disparu il y a quelques mois.
Nostalgie, nostalgie. . 
Monsieur QUIDEDROIT : Ne peut-on pas arrêter le temps qui passe et casser la pendule comme celle de l'Ecole d'Horlogerie d'Anet ?.....

DELISLE. Le transporteur va devenir une usine à loisirDELISLE. Le transporteur va devenir une usine à loisir
Published by PIERLOUIM - dans -BILLETS DE SIMPLET.
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 17:37

Pierlouim a plusieurs cordes à son arc....Il raconte la même histoire différemment, par écrit dans le journal « MtaVille » en image dans son blog et à la radio RTV 95.7 ou radio grand ciel 

Premier thème :  HISTOIRE ET HISTORIENS DROUAIS.

================================================

1-Tout d'abord MtaVille:

N°74 - Les historiens Drouais des 17 et 18ème siècles

Histoireplane

Depuis longtemps, alors même que le terme «d’Historiens» n’existait pas, des Drouais se sont intéressé à l’Histoire de leur ville et aussi à celle des comtes de Dreux. C’est aux 17° et 18° siècles que les premières études historiques sur Dreux sont apparues. La médiathèque de l’Odyssée ainsi que les archives municipales conservent précieusement manuscrits et livres imprimés de cette époque. 
Les auteurs étaient soit des religieux et chanoines de la collégiale St Estienne, soit des notables, représentants du roi, baillis et lieutenants généraux, maire de la ville de Dreux.

• Un des premiers manuscrits conservés est celui de Pierre COMBOT, avocat au Parlement et comté de Dreux. Une importante « Histoire de la ville de Dreux », écrite en 1629. 
• En 1657 le conseil de ville fit imprimer, traduire et réunir en un seul ouvrage les anciens textes officiels des 12° et 13° siècles émanant du roi Louis VI le gros et de ses descendants, les comtes de Dreux : Le « Recueil des Chartes et privilèges de la ville de Dreux.». En première page figure la charte de Commune de 1180, octroyée à Dreux par le comte Robert 1er.
• En 1704 le chanoine Jean DONNANT, dans son manuscrit- «l’hystoire de Dreux», traite principalement celle des Comtes de Dreux.
• Eustache de ROTROU était lieutenant général au baillage de Dreux, comme son cousin Jean Rotrou notre poète et dramaturge, 50 ans auparavant. Il écrivit en 1707 un «Abrégé historique des Antiquitez de la ville et du comté de Dreux ». Cet ouvrage renommé «Histoire de Dreux et de son comté» a connu de nombreuses rééditions. On peut encore facilement se le procurer aujourd’hui.

• Claude DORAT DE CHAMEULLES, grand bailli d’épée de Dreux de 1753 à 1759, était le gendre d’Eustache de Rotrou. En 1740 il écrivit «Les antiquités de Dreux ». Ce manuscrit fut transcrit, présenté et annoté par Eric LENUD en 2005, dans un livre édité, par la société des Amis du Musée, des archives et de la bibliothèque de Dreux. On peut le consulter à la médiathèque l’Odyssée ou l’acquérir à la librairie «La Rose des Vents».
• Ces écrits, avec d’autres ouvrages, comme celui en1718 de Jean de LA PLANE, les chroniques paroissiales de l’église St Pierre ou les délibérations des conseils municipaux, sont de précieux documents pour les historiens drouais actuels. Les curés s’intéressaient beaucoup au temps qu’il fait, car les caprices de la météo eurent des conséquences heureuses ou catastrophiques, sur les récoltes et sur les vendanges, pouvant entrainer richesse ou misère et disette dans la population drouaise. Le plus emblématique des curés de St Pierre fut Pierre Bonnet en poste pendant 48 années, de 1741 à 1789, mort à l’âge de 89 ans.
Lucien MERLET en 1875 a consigné dans un livre « Les archives communales de la ville de Dreux » les chroniques paroissiales de l’église St Pierre de Dreux.
• La Société des Amis du Musée a tout dernièrement exécuté un travail collectif considérable de transcription dactylographique des volumes manuscrits, relatant les épisodes de la vie municipale. Un premier tome d’un ouvrage intitulé« DREUX registre des délibérations de la ville » a été édité. Annoté par Eric LENUD, ce premier tome concerne les années 1597, 1599, 1600 et de 1726 à 1732. Comme celui de Lucien MERLET, ce premier tome d’un travail gigantesque est disponible à la librairie «La Rose des Vents». 

========================================================================

2- LE BLOG :Deux notes assez longues, manquant de place je vous invite à les retrouver sur les liens suivants:

http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/article-anciens-livres-sur-l-histoire-de-dreux-1-89672702.html

http://dreux-par-pierlouim.over-blog.com/article-anciens-livres-sur-l-histoire-de-dreux-2-89685409.html

 

========================================================================

4-LA RADIO:

Dans les prochaines notes je vous raconterai avec  ces  trois modes médiatiques la chronologie de l'histoire de Dreux......

Prochain épisode: "Le nom de Dreux".

Published by PIERLOUIM
commenter cet article

Dreux Par Pierlouim

  • : DREUX PAR PIERLOUIM
  • DREUX PAR PIERLOUIM
  • : ACTUALITE ACTIVITE ET MEMOIRE DROUAISES Par le petit bout de ma lorgnette on y voit tout, en avant comme en arrière. DREUX HIER ET MAINTENANT.
  • Contact

Profil

  • PIERLOUIM
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance.
Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire.
Pour me joindre:

 pierlouim@cegetel.net
  • Né à Dreux, j'y ai vécu toute mon enfance. Aprés quarante années d'exil à Lutéce, je reviens dans ma bonne ville. J'en observe la vie quotidienne et culturelle et me souviens de son histoire. Pour me joindre: pierlouim@cegetel.net

Recherche

RECHERCHES D'ARCHIVES

RECHERCHES D'ARCHIVES ANTERIEURES A 2012. Overblog ne présente plus l’intégralité des archives (limitées arbitrairement à un an) alors que le blog est ouvert depuis mars 2009. Pour connaître les archives antérieures vous êtes obligés de chercher dans les différentes catégories ci-dessous

VIDEOS de PIERLOUIM - YOU TUBE

Voir les vidéos de Pierlouim sur le site YOU TUBE.
cliquer :
http://www.youtube.com/results?search_type=&search_query=pierlouim&aq=f



SITES ET AMIS DROUAIS DU WEB

Pour l’instant Over-blog nouvelle (et mauvaise) manière ne m’autorise plus à vous présenter les logos et les adresses des sites drouais sur le net. Espérons que cela puisse être possible bientôt